Ken, Fist of the blue sky Vol.21

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 17 March 2011

Dix sept mois!! C’est ce qu’il aura fallu attendre pour avoir ce tome de Soten no ken…dix sept longs mois où il aura été repoussé un nombre incalculable de fois, à tel point qu’on n’y croyait plus…et pourtant il est là ! On est presque choqué de le trouver à la date annoncée d’ailleurs, on attendait bien une ou deux semaines de report…Mais bravo à Panini qui le sort en temps et en heures (avec juste quelques mois de retard, non vraiment bravo !)

Mais cette attente valait-elle le coup ? Evidemment que oui !

Kenshiro et Zong-Wu ont terminé leur duel, Yasaka s’impatiente, mais Ken s’approche de l’autel du Hokuto pour recevoir les 1800 ans d’histoires et de souffrances de cet art meurtrier qui condamne ses héritiers à la solitude.
Pas d’affrontement dans ce tome, mais on trouve bien plus ! On voyage à travers le passé, de la naissance même du Hokuto jusqu’à l’héritier précédent. On découvre la souffrance de Shuken qui a du se résigner à étouffer le Seito Gekken, à tuer des hommes qui étaient ses frères, à perdre la femme qu’il aimait et qui portait son enfant…et au travers de cette souffrance que Ken partage comme si c’était la sienne, on apprend également les origines de Yasaka en découvrant le devenir de cet enfant maudit. Quelle choc de découvrir que tous les plus grands maîtres de la série, à savoir les deux Kenshiro, Raoh, Toki, Hyoh, Kaioh mais également Yasaka ont un descendant commun (et sans doute Zong Wu)! Cette fraternité mainte fois mentionnée dans lé série n’est pas qu’illusoire, elle n’est pas que symbolique, au fond d’eux mêmes ils partagent le même sang !

Ensuite l’auteur nous entraîne au huitième siècle où on découvre trois jeunes frères, également héritiers du Hokuto qui en subissent eux aussi le destin…quel surprise, et quel plaisir de retrouver dans ces trois frères des sosies de Raoh, Toki et Kenshiro…une grande vague d’émotion s’empare alors de tout fan de cette saga.
Ensuite on fait un détour au seizième siècle où on retrouve une incarnation de Ken face à Oda Nobunaga, rien que ça ! Une nouvelle fois, l’histoire de Ken rejoint l’Histoire ! Tetsuo Hara nous livre ici une de ses plus magnifiques illustrations pour Nobunaga ! Qui pourrait croire en voyant ses dessins que cet homme a des problèmes de vue qui l’empêche de dessiner correctement ?
La dernière escale nous montre le père de Kenshiro dans sa jeunesse, au moment où il doit renoncer à la femme qu’il aime…ce qui résume toute l’histoire des héritiers du Hokuto !
Tout cela aboutit à des retrouvailles touchantes…magnifique !

Tout fan vivra également un grand moment lorsque Yasaka tentera d’interrompre ces émouvantes retrouvailles et que se dresseront devant lui Zong-Wu et Tai Yan, deux héritiers des autres branches du Hokuto…cela rappel l’union de Raoh et Toki pour que personne ne vienne interrompre Kenshiro et Souther dans la première série! Mythique !

Ken est désormais plus fort que jamais, il s’est enrichit de tout ce savoir et de cette souffrance, et désormais Yasaka se dresse face à lui, mais le combat est il inévitable ?

Un tome exceptionnel, ça valait le coup d’attendre !
On n’ira pas jusqu’à dire qu’on est prêts à attendre aussi longtemps pour le suivant !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

19 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News