Keiji Vol.7 - Manga

Keiji Vol.7

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 08 Décembre 2022

Suite à sa rencontre avec Kanetsugu, Keiji ne quitte plus la demeure de ce dernier  ! Pourtant, ce nouvel ami est inquiet  : Le kabuki-mono est suivi, et par un guerrier dangereux. Ainsi fait irruption Iwabe, un «  démon  » venu du village de Nagiri. Mais ce dernier ne semble pas en avoir après Keiji, et ses réelles motivations s'avèreront liées aux tensions qui subsistent entre le régent et la cour impériale...

Le très prenant tome précédent laissait croire que le nouveau chapitre de l'aventure de Keiji se porterait du côté de Kanetsugu, valeureux qui ne manque pas de charisme. Et pourtant... Tetsuo Hara nous piège bel et bien, en entreprenant un voyage vers une nouvelle contrée au cœur d'un conflit lié à l'actuelle lutte de pouvoirs. L'auteur en profite pour amener une révélation sur l'un des personnages secondaires de la série, un développement plus que bienvenue tant Keiji vole totalement la vedette à ses compagnons en temps normal. Le petit groupe central gagne donc en consistance, ce qui n'empêche en aucun cas le kabuki-mono de briller de mille feux... comme à son habitude  !

L'intrigue du village de Nagiri est marquée par ce que le mangaka sait faire le mieux, un héritage qu'il doit à son travail sur Hokuto no Ken. Outre les moments de franche fanfaronnade aux côtés du héros, des moments qui ne manquent jamais d'humour et de saveur, la trame se veut ici plus solennelle. Derrière les «  démons  » de Nagiri se cache une intrigue qui verse dans le drame historique, avec son lot de personnages nobles à la morale digne, le tout appuyé par quelques moments de tragique et de mélancolie. Il se dégage une atmosphère prenante dans cet arc, du moins lors des moments au cœur de Nagiri, jusqu'à ce que l'entrée en scène progressive d'antagonistes vienne faire basculer cette douceur vers des tons plus dangereux.

La trame de l'arc met donc un certain temps à se lancer, sans pour autant manquer de saveur. Aussi, la dernière partie du volume lance des hostilités, avec l'entrée en scène de personnages redoutables dont l'aura émane de l'esthétique si aboutie de Tetsuo Hara. En ce sens, ce septième tome semble être une préparation pour une suite plus ambitieuse que jamais. Difficile de savoir si ce sera le cas, et où nous mènera cette aventure, avant d'avoir la suite entre nos mains. Qu'à cela ne tienne, la hâte de découvrir le futur affrontement de Keiji est bien là, ses adversaires étant cette fois bien dangereux, loin de figures guignolesques que nous avons connues dans les précédents opus.

Après 7 tomes, Keiji ne faiblit pas, loin de là  ! Héritier de Hokuto no Ken, aux élans historiques et jonglant avec davantage d'ambiances, le périple du kabuki-mono se déguste à chaque fois. Alors, comprendre que la série ne connaît qu'un timide succès chez nous, par cette réédition, fait mal au cœur...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato
16 20
Note de la rédaction