Kase-san Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 January 2020

Chronique 2

Voici désormais un petit moment que Yamada et Kase sont en couple. Malgré les petits doutes comme la jalousie et l'auto-dénigrement de Yamada face à sa petite amie qu'elle juge trop bien pour elle, l'adorable petit couple continue d'avancer, pas à pas. Cela fait désormais deux étés qu'elles se connaissent mieux, et déjà le dernier qu'elles vont passer ensemble en tant que lycéennes. Alors, l'occasion est idéale pour se créer de jolis souvenirs pendant la période estivale, d'autant que bientôt se posera plus que jamais la question de leur avenir ensemble si elles venaient à aller dans des universités différentes...

Le temps passe vite dans la série, parfois peut-être un peu vite, mais ce n'est pas forcément un mal, tant cela promet pour la suite: en effet, à ce rythme-là, on peut se dire que sur ses deux derniers volumes, la mangaka Hiromi Takashima aura l'occasion d'aller un petit peu plus loin que la période lycéenne, ce qui serait vraiment bienvenu. D'autant qu'une suite, Yamada to Kase-san, a été lancée au Japon par la suite. Mais en attendant de voir ça, profitons déjà des nouveaux instants de quotidien que l'autrice nous offre avec cet été aussi haut en couleurs que riche en questionnements.

Cet été, il démarre sur de jolies bases pour nos héroïnes, avec tout d'abord une petite journée à la piscine, puis un rendez-vous chez Yamada qui pourrait bien prendre une tournure un peu plus portée par les envies des deux jeunes filles... Bien que rapide, le passage à la piscine jouit d'une atmosphère très positive et rafraîchissante, entre l'émerveillement presque candide de notre chère Yamada face au lieu, la mignonne petite gène de Kase en voyant celle qu'elle aime en bikini, ou simplement les petits instants plus fugaces passés en tête-à-tête... Sur un passage pourtant on ne peut plus classique, l'autrice porte toujours la même bienveillance sur ses deux héroïnes, la même tendresse, le même amour qui continue de se dévoiler maladroitement mais sincèrement... Et c'est bien le même sentiment qui domine pendant le passage où Kase est invité par Yamada chez elle. les deux filles sont seules, dans la chambre de Yamada, forcément Kasé est quelque peu dans un autre état, entre deux mignonneries attentionnés avec les shortcakes le désir de la belle sportive d'aller un peu plus loin se dévoile... mais avec une Yamada si candide, comment les choses tourneront ? En ne tombant jamais dans un érotisme exagéré, Takashima offre là une relation qui continuer d'avancer à son rythme, timidement mais avec envie, entre ces deux filles s'aimant sincèrement et tâchant de prendre soin l'une de l'autre. Ainsi Kasé, sans doute un petit peu plus expérimentée que Yamada, prend-elle surtout garde à ne jamais brusquer sa chère amoureuse qui n'y connaît rien.

Il y a donc de quoi s'extasier tout simplement devant ces situations très classiques mais pleines de tendresse, pour un résultat restant très feel-good... y compris dans l'autre élément-phare du volume: la question du choix universitaire des deux adolescentes. Tandis que Yamada compte suivre le désir de ses parents et son propre désir initial en restant dans sa ville, Kasé est si talentueuse dans son domaine qu'elle pourrait bien recevoir une recommandation pour une université tokyoïte. Leur relation survivrait-elle à la distance ? Sur ces questions d'avenir que quiconque peut traverser, la mangaka esquisse tout doucement de nouveaux tourments chez ses héroïnes, et ici son habituel choix de narration continue d'être efficace: tandis qu'on voit d'emblée tous les doutes de Yamada puisque la narration se focalise toujours sur ses pensées, il faut attendre un peu que Kasé lui confie les siens pour continuer de mieux entrevoir l'athlétique demoiselle. Et le choix soudain de Yamada dans les dernières pages, bien que lui aussi classique, fait alors son petit effet comme il se doit, en donnant aisément envie de découvrir la suite.

Aussi classique qu'efficace, la série continue vraiment d'avoir pour elle cette atmosphère tendre, positive, toute mignonne, qui est bien portée par deux héroïnes attachantes sur lesquelles on pose un regard très bienveillant. Un vrai bol d'air frais, pour une lecture lumineuse toujours aussi agréable.


Chronique 1

Le temps passe vite pour Yamade et Kase qui vivent leur deuxième été ensemble... mais aussi le dernier avant la fin du lycée. Tandis que leur relation d'évoluer, un grand questionnement vient les chambouler toutes deux. Car elles doivent faire le choix de leur université, choix qui pourrait les séparer en terme de distance...

Le traitement du temps dans Kase-san est plutôt remarquable. Car après seulement deux tomes, nous voilà à la fin du lycée, ce qui pourrait laisser entendre que la série dans son ensemble traitera nos deux héroïnes en tant qu'adolescentes... puis en tant que jeunes adultes. Une idée plutôt intéressante et qui permet de toujours faire progresser le jeune couple.

Car l'évolution de Yamada et Kase se ressent à chaque chapitre, puisque Hiromi Takashima apporte sans cesse de nouveaux petites déboires dans le joli couple formé par les deux héroïnes. Si le second opus parlait beaucoup de jalousie, ce qui est aussi le cas de ce troisième tome dans une bien moindre mesure, cette suite aborde la délicate question de l'après-lycée, et l'impact que cette nouvelle période pourrait avoir sur la relation amoureuse des deux protagonistes. Une nouvelle fois, la mangaka croque donc un portrait d'adolescence particulièrement juste, et le rend crédible par les petits doutes des deux concernées sans jamais en fait trop. Au contraire, la sincérité continue d'émaner du titre, qui nous implique forcément dans le quotidien de Kase et Yamada. On rit en même temps qu'elles, on grogne en même temps qu'elles, et on s'émeut en même temps qu'elles, y compris sur les dernières planches garnies d'une jolie émotion bien sentie, qui portent à elles seules toute la dimension feel-good du récit.

Et en ce qui concerne l'évolution du couple, difficile de ne pas évoquer la plus en avant des premiers émois intimes des deux héroïnes. Et là aussi, la mangaka traite la chose avec beaucoup de sincérité, mais aussi une grande décence. Le titre ne part pas dans un érotisme forcé et voyeurisme, mais se contente de montrer l'innocence de deux adolescentes maladroites dans leurs gestes... et ce toujours en traitant la chose dans une incroyable bonne humeur. On apprécie aussi l'idée de l'innocence quant aux rapports homosexuels entre femmes, qui atteste à elle seule le fait que les couples de même sexe sont énormément invisibilisés dans la vie de tous les jours.

Au bout de trois tomes, Kase-san ne faiblit donc jamais. Tranche de vie feel good, romance pétillante et pleine de bonne humeur, œuvre sincère sur l'adolescence, histoire d'amour de deux femmes en permanente évolution... La série sonne juste à chaque fois, et constitue un joli moment d'évasion à chaque page. Pas de doute, on a bien là le yuri le plus saisissant que Taifu ait publié jusque là.
  


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News