Jojo's bizarre adventure - Saison 7 - Steel Ball Run Vol.20 - Actualité manga

Jojo's bizarre adventure - Saison 7 - Steel Ball Run Vol.20

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 28 Mars 2016

Alors qu'il était sur le point d'être vaincu, le Président Valentine parvient à se débarrasser de Dio qui est désormais hors course dans tous les sens du terme. Désormais c'est à Johnny et Jayro de se frotter à ce redoutable adversaire qui non content de déjà posséder des pouvoirs incroyables, va en développer de nouveaux qui vont le rendre quasiment invincible… Le combat s'annonce difficile et violent !

La fin est proche, désormais il ne reste que les principaux personnages qui luttent encore pour la possession du corps du saint, autant dire que les choses sont incroyablement intenses et palpitantes, mais surtout...quel incroyable bordel !!!
Déjà à la base le pouvoir de Valentine était complexe et tiré par les cheveux, mais il restait compréhensible. Mais avec la nouvelle capacité qu'il développe, on est totalement perdu ! Araki de son côté continue de partir dans ses délires, sachant très bien où il veut aller, mais il laissera sans doute pas mal de lecteurs en route.
Et c'est d'autant plus dommage que nous avons là une intrigue remarquable, des personnages qui le sont tout autant, charismatiques, mais ici l'action est terriblement confuse et on se perd facilement et rapidement au milieu de tout ce foutoir !

Même lorsque Valentine n'utilise pas ses pouvoirs, ce sont nos deux héros, Johnny et Jayro, qui nous perdent. On le sait depuis un moment, cette histoire de rectangle d'or est tirée par les cheveux, bien que puisant ses origines dans le concret, mais cette fois c'est tout en chevauchant à toute vitesse que Johnny doit trouver l'équilibre parfait pour réaliser ce fameux rectangle d'or. L'auteur a beau nous le symboliser afin qu'on le perçoive, il trouve des rectangles là où il le souhaite et l'ensemble manque alors de cohérence, et c'est bien dommage.

Cela nous rappelle alors un peu les conclusions des deux parties précédentes, mettant en scène les affrontements contre Diavolo et Father Pucci, et on se dit alors que Araki, à trop vouloir en faire avec des personnages aux pouvoirs impressionnants, n'arrive pas à rendre explicite les affrontements.

Pour autant, et c'est là que c'est d'autant plus frustrant, on ne s'ennuie pas une seule seconde, ce tome se dévore en quelques minutes tant nous sommes happés par le rythme intense que Araki arrive depuis toujours à insuffler à son titre, mais on ne peut s’empêcher d'avoir le désagréable sentiment de passer à côté de quelque chose de génial…

Passionnant, mais frustrant !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News