Imperium Circus Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 21 January 2020

Prélude sur le tome 0 et lancement d’Imperium Circus :

18 mois après sa présentation officielle aux Tsume fan Days 5, convention réunissant les afficionados de la marque à la griffe, Imperium Circus débarque enfin dans les librairies sous le label « kuro tsume ». Présenté à l’époque en grande pompe avec entre autres maquettes de vaisseaux, aire dédiée présentant des planches originales, stand de dédicaces ; Tsume fit le choix d’offrir un tome exclusif en édition limité non disponible à la vente.

Pour ne pas impacter les futurs lecteurs qui ne pourrait se procurer ce titre, le choix d’un préquel fut retenu. Mettant en scène un combat devant être a priori anodin, les 2 personnages principaux se retrouvent pris au dépourvu et mis en difficulté. Si le combat est âpre, la douleur physique n’est rien comparée aux souffrances émotionnelles que l’ennemi leur inflige. Qualitatif tant sur la forme que sur le fond, ce récit avait laissé une forte impression et une envie de voir la suite. Puis le dessinateur Guillaume Lapeyre quitta le projet et fut remplacé par Codaleia, laissant dans l’incertitude quant au changement de style.

Après avoir repoussé la sortie initialement prévue en 2019, certainement pour finaliser le partenariat avec kurokawa ainsi que le packaging conséquent accompagnant sa sortie (plv, présentoir, etc), nous pouvons enfin juger ce premier tome et voir si folie du cirque nous emporte !


Critique du tome 1 :

L’histoire se déroule dans un monde où les cirques semblent avoir une influence non négligeable sur l’économie. Les chapiteaux abritant des troupes prestigieuses attirent les foules, dont découle une activité qui profite à la ville dans son ensemble. Mais tout cela est géré rigoureusement par la commission, organisation qui se charge de faire respecter les différentes règles établies. En effet, s’implanter et se produire devant un public n’est pas donné à tous ! Il faut au préalable défier le cirque en place et le détrôner lors de combats underground, face sombre du monde du cirque. Les artistes utilisent alors l’ostend, énergie à mi-chemin entre le nen de hunter X hunter et le chakra de naruto, pour défaire leurs ennemis dans des combats particulièrement violents.

Dans cet univers nous suivrons Léo et Nathaniel, 2 jeunes enrôlés sous forme d’arnaque dans une troupe peu reluisante. Ils servent de faire-valoir au cirque en place, bien plus puissant qu’eux, dans le but d’amuser les hauts fonctionnaires lors d’undergrounds non officiels, un genre de sparring partner un peu musclé. Après une énième défaite, on en apprend un peu plus sur les aspirations des héros. Si le rêve de Léo est somme toute assez classique, l’aspiration de Nath a de quoi déconcerter !

On arrive alors à une jonction avec la fin du tome 0 quand arrive Theodore Rency, un imperator de la commission, sa venue annonçant la tenue d’un underground officiel. Léo y voit une occasion de briller et de s’émanciper du contrat qui le lie au cirque du chapelier Nilias. Mais cet évènement est amené de façon étrange et soulève des questions. Pourquoi un underground alors que la troupe du chapelier ne semble avoir aucun intérêt ni envie de détrôner celle du marquis bleu ? S’étant éveillé à l’ostend depuis peu, Léo espère être choisi or il semble avoir été désigné d’office pour une bonne raison. Si la première lecture est déroutante, la relecture nous amène à nous demander qui est à l’origine de tout ceci et à qui cela profite. On ne peut alors qu’espérer avoir des réponses qui viendront effacer cette impression de facilité scénaristique.

On assiste alors à quelque chose d’inattendu qui montre qu’Imperium circus ne sera pas le shonen classique auquel on pouvait s’attendre. Même sans pouvoir en parler sous peine de spoiler, c’est tellement surprenant qu’il faut le mentionner !! Malheureusement, l’émotion et le ressenti ne sont pas à la hauteur de ce qu’aurait dû dégager cet événement. Réussir à surprendre à ce point le lecteur et ne pas en retirer un bénéfice laisse une impression de gâchis. S’ensuit alors un combat qui viendra conclure cette première partie et ainsi lancer véritablement l’aventure. On finit ainsi ce tome dans un nouveau lieu avec la perspective de nombreuses intrigues et personnages à découvrir.

De niveau correct dans son ensemble, le dessin souffre toutefois d’inconstance. Tantôt juste tantôt approximatif, on sent un manque d’habitude et d’appropriation du style manga, notamment dans la mise en mouvement. Cela se voit d’autant plus quand il est superposé au travail de qualité sur les décors.

Thème novateur du cirque, choix narratifs audacieux, univers travaillé ; Imperium Circus possède des atouts et affirme sa volonté de proposer quelque chose de différent. Mais pour convaincre, il va falloir travailler la forme et améliorer la façon d’amener les évènements. Malgré tout, on sent un potentiel qui ne demande qu’à être exploité et on espère voir ces défauts disparaître pour réussir à être pleinement absorbé lors de notre lecture.

  


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Khelben

11.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News