Hanayamata Vol.8 - Actualité manga

Hanayamata Vol.8

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 25 Septembre 2017

Toujours désireuses d'accueillir avec entrain Ran parmi elles, d'autant que désormais elles connaissent un petit peu mieux son passé et son vrai fond, les filles du club de yosakoï lui ont organisé une petite soirée... Mais le lendemain, Naru et les autres espèrent quand même que ça a été efficace, et que Ran ne l'a pas mal pris ! Heureusement, Ran les remercie, et il est évident que la jeune fille se sent de plus en plus à sa place parmi ses nouvelles camarades. Seulement, elle ne sait toujours pas comment réagir face à son amie Wako et ses autres anciennes partenaires de yosakoï, et elle se prépare alors à s'excuser à sa manière lors du festival de Kamakura, qui approche à grands pas...


Il faut pourtant attendre les tout derniers chapitres du volume pour que le festival arrive enfin, car avant ça, Sô Hamayumiba décide de proposer quelques nouveaux petits instants de tranches de vie, ponctuées de petits problèmes... et l'autrice le fait avec plus ou moins de réussite.


Entre Ran et Hana qui veulent montrer que malgré leur petite taille elles sont aussi matures que les autres, ou Naru qui se retrouve avec une jupe de yosakoï déchirée à quelques jours du festival, la mangaka offre des petites choses qui ont quand même le mérite d'être rafraichissantes, car portées par par de jeunes héroïnes qui restent mignonnes à souhait, mais concrètement ces passages ne servent à rien et, pire, certains donnent trop l'impression que Sô Hamayumiba tourne en rond, étant donné qu'elle se basse sur des idées qu'elle avait déjà exploitées auparavant. Après 8 tomes, c'est plutôt problématique...


Au bout de tout cela, le festival de Kamakura arrive enfin... et après tant de préparatifs à son sujet, on ne peut qu'être déçu, tant il est survolé ! A peine quelques cases de danse yosakoï, pour un résultat très mitigé visuellement, on certes on ressent bien la joie de ces jeunes filles de danse ensemble, mais où les pas de danse en eux-mêmes restent très, très limités. En fait, le yosakoï se fait plutôt voler la vedette par Ran et Wako, dont la relation est enfin mise au point. On cerne facilement l'amitié forte qui unit les deux jeunes filles, ainsi que l'impact que Ran a eu sur une Wako autrefois solitaire. Mais dommage que ça soit abordé trop rapidement, et que la danse du festival de Kamakura donne l'impression de n'avoir servi qu'à amener ce léger focus.


Entre des chapitres qui tournent un peu en rond et se révèlent parfois insipides, un focus sur Ran et Wako un peu trop bref, et un festival de Kamakura qu'on a l'impression d'avoir longtemps attendu pour rien, ce huitième volume de Hanayamata laisse sur un sentiment mitigé, et confirme encore une chose : le sujet du yosakoï, jamais vraiment mis en valeur, ne semble être plus que jamais qu'un prétexte pour que Sô Hamayumiba nous offre des mignonneries moe assez mal développées. Dommage, car ces collégiennes sont plutôt attachantes et rafraichissantes. Mais après 8 tomes, la série, sans être désagréable, ne décolle toujours pas vraiment.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
10 20
Note de la rédaction