Hanayamata Vol.5

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 Avril 2015

Le club de yosakoï parvient finalement à trouver sa cinquième membre en la personne de Machi ! Cette dernière, qui a pris du retard en danse par rapport à ses camarades, doit faire des efforts, mais peut compter sur le soutien de ses quatre adorables camarades. Le nouvel objectif est clair : préparer une danse pour le prochain festival d'été de Kamakura, et c'est également dans cette optique de Naru décide de s'impliquer encore plus via la recherche d'un costume, élément indispensable du yosakoï pour identifier facilement la bande !


Ainsi le quotidien se poursuit-il pour nos héroïnes, qui, après leur première représentation un pue mitigée, ne perdent pas espoir et se préparent au mieux pour l'été. L'ambiance entre elles reste plutôt décontractée et très naïve... jusqu'à ce qu'un événement inattendu vienne les prendre de court concernant Hana...


Et c'est bien le bouleversement autour de Hana qui vient apporter un peu plus de peps à la série. Il s'agit pourtant d'un rebondissement on ne peut plus basique dans son traitement, puisqu'il trouvera une conclusion heureuse assez mièvre quelques dizaines de pages plus loin après quelques doutes superficiels chez nos héroïnes et des événements qui font vraiment trop dans la surenchère (à commencer par les pages 156-157), mais Sô Hamayumiba l'exploite très bien pour faire ressortir plusieurs choses : la situation familiale de Hana et son lien avec ses parents, mais surtout tout ce que cette dernière a pu apporter à ses 4 camarades via son enthousiasme, son naturel et sa force de conviction, et le gain de maturité d'une Naru qui devient naturellement leader du groupe en l'absence de la petite blonde. On appréciera également la réaction des parents de Naru en découvrant les évolutions de leur fille, ainsi qu'une immersion un peu plus prononcée dans le yosakoï via la représentation de fin de volume (même si ça reste encore trop succinct). Par contre, dommage que les dialogues restent si banals, si niais... Mais cela ne dérangera sans doute pas celles et ceux qui aiment la série depuis ses débuts.


La série continue de jouer la carte du moé et du divertissement mignon et un peu insipide, mais cette fois-ci Sô parvient à faire ressortir de jolies valeurs suffisamment chaleureuses pour conclure comme il se doit la première partie de sa série.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
13 20
Note de la rédaction