Hanayamata Vol.3

Rédaction
Lecteurs
17 /20

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 09 Janvier 2014

Après avoir pu assister pour la première fois à un vrai spectacle de yosakoï, nos héroïnes décident de passer la vitesse supérieure ! Il leur faut consolider leur petit groupe, tout en cherchant où faire leurs premiers pas de danse avant le festival du prochain été.
Au programme de ce début de volume, on a donc la recherche d'un logo, d'un slogan, mais aussi d'un événement où danser pour la première fois... et un concours semble parfait pour ça ! Mais encore faut-il obtenir l'autorisation auprès Sally, l'enseignante peu concernée leur posant un pari : pour participer, il leur faudra réussir brillamment les prochains examens bimestriels. Une tâche facile pour Tami et Yaya, beaucoup moins pour Naru et Hana...

Rien de bien fantastique dans la première partie de ce tome, qui se contente d'enchaîner des petites étapes nécessaires à la consolidation du club. Que ce soit pour trouver un logo ou pour pouvoir participer au concours, il leur faudra faire montre de toute leur détermination et leur solidarité. C'est mignon, mais dommages que toutes ces petites étapes soient si rapidement résolues, avec une facilité parfois déconcertante. Dommage également que le père de Naru ne soit pas plus mis en avant : le voir s'inquiéter pour sa fille chérie, qui s'épanouit sous ses yeux, a quelque chose d'attendrissant, mais le personnage est un peu sous-exploité... comme, pour l'instant, un peu tous les rebondissements et focus de la série.

La suite du volume ne change malheureusement pas cette impression. En se focalisant enfin sur la moins concernée des quatre filles du club, le récit plonge chacune d'elle dans la douleur, suite à une dispute aboutissant sur des propos étonnamment méchants, qu'on a presque l'impression de voir sortir de nulle part. On sent la chose un peu forcée, d'autant que l'aboutissement de tout ceci peine à convaincre entièrement, les tourments et défauts de Yaya étant mis en avant de façon très sommaire.

Pour l'instant, le problème de Hanayamata sur l'ensemble des trois premiers volumes vient de là : l'impression trop régulière que les focus sur les différents personnages sont trop basiques, forcés, sont juste là histoire d'exister. Heureusement, Sô Hamayumiba parvient à rééquilibrer la balance en mettant bien en avant le côté tendre et mignon que dégagent ses héroïnes. Entre la joie et la bonne volonté des jeunes filles, les belles paroles suivies de petits rougissements ou de petites moues, ou les looks choupimimi renforcés par les costumes d'animaux ou de yosakoi, l'auteur s'en donne à coeur joie. A présent, après cette mise en place assez superficielle mais mignonne des différents héroïnes, il lui faut juste concrétiser un peu plus les choses, notamment en mettant mieux en valeur le yosakoï, qui reste encore trop discret sitôt qu'on a dépassé la recherche de logo/costumes.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs