Haikyu !! - Les as du volley ball Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 02 January 2017

Critique 2


Les shonens sportifs sont nombreux, et à peu près tous les sujets sont abordés: le tennis, le foot, le football américain, les courses automobiles, le basket, et on a même vu récemment un titre sur le sumo!
Ce qui a longtemps manqué au paysage manga sportif c'est le volley-ball! Sport dynamique et intense, ce sport semblait être un parfait sujet pour le nekketsu! Et ce sera Kaze qui nous propose de découvrir ce titre issu du Shonen Jump...

Depuis qu'il est tout jeune, Shoyo Hinata est fasciné par le volley, en fait depuis qu'il a vu un match à la télé et qu'il a été totalement fasciné par un joueur! Il souhaite désormais devenir comme lui! Le problème est qu'il est de petite taille, ce qui n'avantage pas les joueurs de volley...mais le travail et la persévérance vont combler cette lacune.
Lors d'un tournoi, il se retrouve face à un joueur surdoué, le "roi du terrain", Tobio Kageyama, qui lamine son équipe...
Un an plus tard, les deux joueurs se retrouvent dans le même club de lycée, tous deux en première année, ils vont devoir apprendre à jouer ensemble et à prouver leurs capacités à leurs aînés qui n'apprécient pas spécialement le caractère individualiste de Tobio... Mais peut-être que le renouveau de l'équipe et ses chances de victoire lors des prochains tournois dépendent de ces deux jeunes recrues... 

Oublions "Jeanne et Serge", Haikyu se présente comme un shonen sportif tout ce qu'il y a de plus classique, la romance n'a pas se place ici! Mais qui dit shonen sportif classique dit aussi malheureusement manque d'originalité! Mis à part le sport vedette du manga, l'auteur nous sort dans ce premier tome tous les clichés qu'il a pu trouver: un ado qui ne semble pas prédisposé pour le sport en question, mais qui à force d'effort, de travail et de persévérance va compenser ses lacunes pour devenir un futur pilier, un autre qui lui s’avère être un petit génie bien que ce dernier soit trop individualiste, la rivalité entre les deux, des preuves à faire pour se faire intégrer par les aînés, déjà une volonté de remporter un championnat...on a beau ne pas connaître ce sport, on a tout de même l'impression d'avoir déjà lu ça cent fois! 
Aucune originalité donc, mais peut on vraiment commencer un shonen sportif autrement qu'en posant les bases en partant des personnages et en disséminant déjà quelques rivalités et traits de caractère spécifiques, bien que clichés?
Car malgré ce manque d'originalité (et après promis, on arrête de l'évoquer), ce premier opus possède un charme certain!
A commencer par une narration dynamique, et il faut bien ça si le titre veut se faire une place dans le genre, la série ne pourrait souffrir d'une certaine paresse pour mettre en scène des matchs de volley. Ensuite on trouve des personnages amusants. S'ils se montrent également très clichés, on ne peut s’empêcher de déjà s'attacher à Shoyo, qui semble aussi bête qu'obstiné. Tobio lui se montre plus agaçant et est peut-être encore trop cliché pour vraiment intéresser le lecteur, mais il ne s'agit là que du premier tome et la marge de progression est grande, d'autant que la fin du volume laisse déjà entrevoir une évolution et une autre facette de sa personnalité. Quoi qu'il en soit, en dépit de leur rivalité affichée dès le départ, on devine qu'ils formeront un binôme de choc une fois qu'ils se seront apprivoisés.
Et enfin on trouve pas mal d'humour, ce qui va certes souvent de pair avec ce genre de titres, mais l'essentiel c'est qu'il fonctionne et qu'il soit efficace, ce qui est le cas ici...donc ça part plutôt bien!

Ce qui pourrait perturber un peu le lecteur néophyte c'est qu'on n'apprend quasiment rien sur le volley en lui même. Peu de règles nous sont expliquées, pratiquement aucune phase réelle de jeu...un fan du genre pourrait en être frustré et un novice n'apprend rien. Là encore ce n'est qu'un premier tome, mais pour l'heure, malgré une narration dynamique, il est difficile de se faire une idée de la future mise en scène des matchs et des phases d'action, et si cela venait à pécher de ce côté, autant dire que le titre perdrait tout son intérêt.

Graphiquement c'est plutôt intéressant, malgré quelques légers problèmes de proportions, l'auteur parvient à rendre les corps dynamiques durant les rares phases de jeu qu'on découvre. Le trait bien que simpliste est assez efficace, mais à ce stade les personnages manquent un peu de "personnalité visuelle", mis à part les deux protagonistes, les autres apparaissent trop communs.

Pour l'heure on a là un premier tome agréable, qui ne nous laisse pas imaginer que nous sommes tombés sur un futur Eyeshield 21, mais qui nous promet au moins une série agréable, la suite nous dira ce qu'il en est...


Critique 1


Depuis son enfance, Shôyô Hinata est un passionné de volley-ball qui, au collège, parvient à se créer une petite équipe composée d’amateurs. Hinata n’est pas très grand mais compense cette faiblesse par des qualités de détente exceptionnelle. Lors d’un tournoi inter-établissements, Hinata et les siens perdent au première match contre le groupe d’un certain Tobio Kageyama, surnommé le « Roi du terrain ». Une année a passé depuis cet échec, et Hinata est arrivé à intégrer le lycée Karasuno. En souhaitant s’inscrire au club de volley-ball, il y retrouve le taciturne Tobio. Son ancien adversaire est désormais son allié, mais les caractères opposés des deux jeunes gens empêchent toute collaboration, un frein de taille dans un sport d’équipe comme le volley…

Après le succès de Kuroko’s Basket, les éditions Kazé réitèrent avec Haikyû, un shônen sportif issu du Shônen Jump se focalisant sur une pratique peu traitée dans le manga : le volley-ball. Rien que pour le concept, le titre attire l’attention et sur ce premier tome, Haikyû propose une introduction sympathique, mais pas dénuée de tous défauts.

Le pitch du titre se révèle assez commun : Un adolescent marginal pour sa passion pour le sport, compensant sa petite taille par des atouts hors du commun, un rival taciturne et solitaire doué d’un grand talent, tous deux devant s’habituer à œuvrer ensemble. Sur ce premier tome, Haruichi Furudate ne nous épargne pas les clichés du genre, ce qui est bien dommage. Les principales figures présentées ici sont des stéréotypes, peu intéressants qui plus est. Hinata est l’archétype du héros optimiste tandis que Tobio représente le rival talentueux et solitaire, même si différents éléments de cet opus tendent déjà à le développer et le faire évoluer.

Plutôt que de s’intéresser aux personnages, l’auteur se consacre à l’originalité représentée par le volley-ball dans le manga sportif. L’auteur ne précise pas tant que ça les règles ici. Contrairement à d’autres séries, nous n’avons pas affaire à des termes nous enseignant la pratique du sport et d’une manière générale, les matchs et scènes de jeu présentées tournent autour de services et de passes. Certes, votre serviteur est loin d’être un spécialiste dans cette pratique sportive, mais nous avons l’impression que l’auteur n’en sait pas tellement plus que nous pour le moment. Mis à part le fait que la balle ne doive pas toucher le sol, ni être touchée deux fois de suite par le même joueur, le rookie en matière de volley-ball ne sera pas tellement plus renseigné à la fin de la lecture. C'est dommage, car étant donné l’absence de personnages vraiment marquant et d’un scénario original, le mangaka loupe l’occasion de détailler de sport, ce qui aurait pu apporter un grand intérêt à ce tome.
Les dessins de Haruichi Furudate sont des plus plaisants et étrangement proches du trait de Kazue Katô dans Blue Exorcist. L’artiste parvient à créer un dessin dynamique et des planches très réussies lors de matchs, lorsqu’il s’agit de détailler une action et jouer sur les ombres. A ce titre, le mangaka montre des possibilités incroyables qui gagneraient encore plus à être développées. En revanche, remarquons un chara-design peu inspiré qui semble lui aussi faire la belle part aux beaux gosses.

L’édition de Kazé est à la hauteur des shônen de l’éditeur. L’adaptation semble correcte, sans coquille, et le peu de notions relatives au volley-ball est retranscrite sans bavure. Le volume ne rencontre aucun problème d’impression, c’est donc une très bonne copie pour l’éditeur.

Haikyû part d’une bonne idée : faire un shônen moderne sur le volley-ball comme d’autres l’ont fait sur le tennis ou le basket. Néanmoins, cette introduction souffre de défauts. N’insistant pas spécialement sur les mécaniques de ce sport, elle fait la belle part à des personnages clichés au possible et une reprise des codes du genre de manière simpliste. La marge de progression de l’auteur est ainsi énorme, mais force est de constater que la pâte graphique est présente et impressionnante. Haikyû est néanmoins une lecture agréable qui assume son rôle de divertissement sans grande prétention, mais la série a les moyens d’évoluer et devenir bien plus prenante.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News