Garçon d'à coté (le) Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 09 December 2014

Natsume, dont la beauté a joué bien des problèmes par le passé dans ses relations avec les garçons et les filles, a toujours pris soin d'éviter ces messieurs, mais aux côtés de Mi-chan, elle se découvre un sentiment qu'elle n'avait auparavant jamais connu. Il lui faudra toutefois un peu de soutien pour assumer son amour naissant et, peut-être, se déclarer. Mais à l'arrivée, qu'est-ce qui l'attend ? Le tome s'ouvre sur la suite des tourments sentimentaux de Natsume, et de ce côté-là les choses se poursuivent toujours aussi bien, en nous permettant de mieux entrevoir le passé qui a conditionné la jeune fille, puis la manière dont elle appréhende ses sentiments. Via le comportement de Natsume, certaines de ses répliques et la réaction plus terre-à-terre et un peu à l'ouest de Mi-chan, l'humour est là, mais on constate surtout un positivisme un peu naïf très plaisant chez la jeune fille face à un amour qui paraît plutôt impossible avec un homme beaucoup plus vieux qu'elle. On sent qu'elle passe doucement un cap dans ses relations avec les garçons, et elle est bien aidée par la bienveillance de ses amis, en tête Sasayan.


Pendant ce temps-là, la relation entre Shizuku et Haru, elle, a toujours autant de mal à se consolider. Les deux adolescents ont du mal à se comprendre et à se trouver, sont rarement en phase, mais semblent clairement s'aimer. Si Robico commence à tourner un peu en rond là-dessus, elle parvient toujours à animer son récit autour de différents événements amusants à suivre : une sortie shopping de Shizuku (si si !), une partie de cache-cache, un séjour aux sports d'hiver... autant d'occasions de toujours offrir de bonnes notes d'humour tout en offrant quelques approfondissements succincts dans les relations entre les personnages.


Au bout du compte, l'auteure parvient à disséminer ce qu'il faut de nouveaux approfondissement et de nouveaux enjeux. On découvre un peu plus le passé de Haru et de Mi-chan via l'anniversaire de la mort de la mère de ce dernier, le retour de Yûzan laisse mieux entrevoir ce qui cloche chez Haru et l'empêche de pouvoir avoir des relations normales, et la "menace" Yamaken se précise de plus en plus, avec une guerre qui est désormais ouverte entre lui et Haru, pour un résultat qui, pour l'instant, est plus humoristique qu'autre chose.


La série suit son cours, Robico y tourne parfois en rond, mais distille toujours ce qu'il faut de douces évolutions. Humour et travail bienveillant sur les personnages font toujours bon ménage dans cette série très agréable.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News