Freaky Girls Vol.8 - Actualité manga

Freaky Girls Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 23 October 2020

Avec le pouvoir de Kaoru et ce qui en a découlé, nos héros ont bien failli basculer dans une autre dimension, mais ce souvenir récent semble déjà presque s'estomper dans leur esprit, d'autant que certains visages ont décidé d'aller de l'avant ! Ainsi, Kyôko a pris son courage à deux mains pour faire sa déclaration à M. Takahashi, mais l'enseignant, forcément embarrassé que l'une de ses élèves le considère ainsi, a pour le moment fait comme s'il n'avait pas compris... pour se laisser le temps de mieux trouver comment éconduire la jeune fille sans lui faire mal ? Qui plus est, Takahashi semble lui-même s'interroge de plus en plus sur la manière dont il voit Satô, tandis que l'enseignante se voit elle même pressée par Ugaki pour qu'elle avoue son amour à son collègue... L'heure serait-elle venue pour elle d'arrêter d'étouffer sa nature de succube et d'assumer son charme ?

Si la question de la possible relation Takahashi/Sato continue de prendre son temps en avançant assez peu ici, il en est tout autre pour l'autre question relationnelle concernant l'amour de Kyôko, et Petos s'applique vraiment à bien tourner la chose, avec bienveillance et considération. Tout en s'attachant aux nombreuses expressions chamboulées de la p'tite dullahan dans quelques pages au découpage irrésistible, le mangaka met en scène un enseignant prenant soin d'apporter sa réponse sans être trop brusque mais en même temps en restant assez direct, de manière à ne pas rendre plus douloureux la chose, et c'est alors avec bienveillance qu'est abordée la déception prévisible de la jeune fille... Une déception qui, alors, ne la plombe pas de façon trop négative, d'autant qu'elle peut ressortir plus forte de cet échec, et que ses deux précieuses amies Hikari et Yuki sont bien là pour la consoler et la soutenir !

Et ce dernier aspect sera également au coeur du dernier tiers du tome, dès lors que, pour le feu d'artifice annuel, Kyôko invite ses deux copines à venir l'observer depuis sa maison. C'est évidemment l'occasion d'enfin rencontrer Saoirse et Hiroshi, les deux parents de la dullahan qui ont tous deux un assez chouette caractère. Mais pendant que Kyôko prépare son yukata, l'occasion est forcément belle pour que les parents et les deux copines de la jeune fille discutent, échangent, voire se livrent... On découvre ainsi, vite et bien, une part de l'enfance de Kyôko, la manière dont sa tête s'est détachée de son corps comme pour tout dullahan, et les efforts redoublés de ses parents pour la protéger, l'aider à devenir forte pour mieux assumer sa condition si particulière en grandissant. les efforts de ces deux parents aimants ont-ils payé ? il semble bien que oui, tant notre chère dullahan semble heureuse, et même suffisamment forte pour se relever rapidement de son chagrin d'amour. Et dans cette optique, il est également indéniable que Hikari et Yuki y sont aussi pour quelque chose, Kyôko ayant trouvé là deux amies très précieuses, chose dont ses parents ont parfaitement conscience en les remerciant comme il se doit d'être là.

C'est aussi joli que bienveillant et touchant, mais l'auteur n'en oublie pas pour autant de continuer à aborder un peu le côté plus "scientifique" de son récit, notamment lors d'une nouvelle entrevue entre Takahashi et Sôma abordant notamment les hexapodes et certains principes de l'évolution. Et tout ceci aboutit alors sur une volume qui, comme ses prédécesseurs, s'avère très sympathique.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News