Fate/Apocrypha Vol.1 - Actualité manga

Fate/Apocrypha Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 24 Juillet 2018

Critique 1

Créée par Type-Moon en 2004 avec le jeu de type visual novel Fate/Stay Night, la saga Fate est devenue l'une des plus prolifiques de ces dernières années. Les séquels, préquels et spin-off se sont multipliés à bon rythme, que ce soit sous forme de jeux, de mangas, de romans ou d'animés. Côté papier, nous connaissions jusqu'à présent la saga en France pour deux mangas : tout d'abord Fate/Stay Night, adaptation du jeu d'origine sortie chez Pika Edition, puis sa préquelle Fate/Zero, basée sur un light novel écrit par Gen Urobuchi, et publiée chez nous par Ototo Manga. C'est chez ce même éditeur qu'en cette rentrée 2017, un troisième manga arrive dans notre pays : Fate/Apocrypha.


A la base, Fate/Apocrypha est un light novel écrit par Yuichiro Higashide de Type-Moon et illustré par Ototsugu Konoe. Terminée en 5 tomes, cette série de romans a vu sa publication débuter en 2012 et s'achever en 2014. C'est à partir de 2016 que ces romans se voient adaptés en manga par Akira Ishida, tandis que l'année 2017 voit arriver son adaptation animée. La saga Fate est donc toujours aussi vivante !


Pour commencer, que celles et ceux ne connaissant rien à Fate se rassurent : certes Fate/Apocrypha nous replonge dans l’univers de la célèbre saga développée par TYPE-MOON, mais cela se fait à travers une histoire indépendante des autres volets déjà sortis. Il n'est donc pas forcément nécessaire de connaître les volets précédents, d'autant que le début du manga s'applique à repréciser le concept de l'oeuvre.


Ces bases sont certes redonnées dans les grandes lignes, mais c'est amplement suffisant pour saisir l'essentiel. Depuis plusieurs générations, a lieu régulièrement dans la ville de Fuyuki la Guerre Sainte, une bataille conduite dans le but de mettre la main sur le Graal, la coupe suprême permettant d'exaucer les voeux. Pour se faire, sous l'égide des trois grandes familles que sont les Tohsaka, les Einzbern et les Makiri, 7 Mages désignés sont chargés de s'affronter jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. Et pour cela, ils ont la possibilité d'invoquer chacun un Servant, un combattant spécialisé qui est en réalité l'esprit héroïque d'une célèbre figure historique (par exemple, Saber dans Fate/Stay Night n'était autre que le Roi Arthur).


Cependant, dans Fate/Apocrypha, le gouvernement japonais a choisi d'intervenir pendant la troisième Guerre Sainte, qui a eu lieu juste avant la Seconde Guerre mondiale, et cela a fait prendre conscience de l'ampleur de cette guerre aux mages du monde entier. Depuis, ces derniers ont régulièrement tenté de reproduire ce système de Guerre Sainte, sans grand succès, en ne donnant lieu qu'à des Guerres Saintes de rang inférieur se déroulant un peu partout sur la planète sans parvenir à faire apparaître le Graal. Du moins jusqu'aux années 2000 où, quelque part en Roumanie, les Yggdmillennia, sous l'égide de Darnic Prestone Yggdmillennia, ont enfin réussi à manipuler à la perfection le mécanisme de la cérémonie mise au point par les Tohsaka, les Einzbern et les Makiri ! Le saint Graal risque de tomber entre leurs mains, et l'association de mages originelle ne peut laisser faire ça. L'unique solution : organiser une Guerre Sainte exceptionnelle, où, dans les deux camps, 7 Mages iront affronter à mort le camp adverse avec l'aide de 14 Servants.


Nous voici donc dans une sorte de "réalité alternative". Ce premier volume sert strictement à poser les choses, et dans cette optique il reste donc très linéaire. Une fois le concept présenté, le premier chapitre s'applique à faire entrer en scène les Noirs, à savoir les Mages du camp des Yggdmillennia et leurs Servants respectifs. Puis le chapitre 2 suit exactement le même schéma, mais avec les Rouges, le camp de l'association de mages originelle. Difficile de faire plus simple. Dans chacun des deux camps, on découvre donc dans les très grandes lignes les 7 Mages et leurs Servants, et ces derniers correspondent de chaque côté à 7 castes précises : Saber, Archer, Lancer, Rider, Caster, Berserker et Assassin, chacune de ces castes correspondant à une façon de combattre précise (par exemple, Lancer se bat... avec une lance). Mais à tout ceci, il faut ajouter un médiateur qui est aussi un maître en la personne de Shiro Kotomine (les habitués de la saga tiqueront forcément sur ce nom), ainsi qu'un 15ème et ultime Esprit héroïque : Jeanne d'Arc, qui s'affiche en couverture, et qui est invoqué sous le nom de Ruler pour veiller au bon déroulement de la bataille. Cette dernière entre en scène de façon très rapide dans le très bref troisième et dernier chapitre du volume.


Au bout du volume, toutes les bases sont donc posées, et la habitués de la saga ne manqueront pas de remarquer tout de suite la principale originalité de cet arc indépendant : alors qu'habituellement les Guerres Saintes n'impliquent que 7 Mages et 7 Servant se combattant à mort, ici on en a 14, pour deux équipes de 7, plus Ruler qui est un cas à part. Cela signifie que, dans chacun des deux camps, les Mages et leurs Servants devront faire équipe, s'allier, coopérer, et c'est bien cette perspective qui pourrait apporter toute son originalité à Apocrypha.


Pour le reste, si globalement le volume fait bien son travail d'introduction, on constate que pour l'instant très peu des personnages mis en place se dégagent vraiment du lot. Côté Maîtres, ils ne sont que trois pour le moment à vraiment ressortir : Darnic Prestone Yggdmillennia bien sûr, mais également Shiro Kotomine dont le rôle est un peu à part, et surtout le charismatique Kairi Shishigô, gaillard musclé et un peu renfrogné dont le design est particulièrement réussi. Et côté Servants, on retient forcément Ruler, mais aussi la Saber des Rouges, le Saber des Noirs, et le Lancer des Noirs qui fait une entrée en scène pour le moins remarquée en posant le ton dès le premier chapitre ! Les autres restent vraiment très en retrait pour l'instant et se contentent d'apparaître, mais il faut bien avoir conscience que présenter en détail près d'une trentaine de personnages en seulement un volume aurait été mission impossible.


Notons que l'un des petits plaisirs de la saga Fate est évidemment d'essayer de deviner quels sont les Esprits Héroïques invoqués, et on retrouve bien cet aspect ici avec Saber des Rouges, invoquée à l'aide d'un morceau de la table ronde, mais semblant pourtant détester les chevaliers de la table ronde. A partir de ces quelques indices, le lecteur peut s'amuser à émettre des hypothèse sur son identité, avant d'en avoir la confirmation.


Le mangaka Akira Ishida, également très connu au Japon pour la version manga de Maoyu, est un artiste qui a déjà de l'expérience sur la saga Fate : il a notamment travaillé sur les mangas Fate/Tiger Colosseum Upper et Fate/Stay Night: Comic Battle. Il est fan de la saga depuis ses débuts, et cela se ressent très bien dans ses visuels qui trouvent parfaitement le ton typique de la saga. Les designs sont réussis même si certains visages se ressemblent un peu trop, et le côté sombre et "mystique" est bien là, notamment grâce au travail sur le noir, sur certaines trames et effets de "lumière". Notons que l'artiste offre beaucoup de grandes voire très grandes cases, ce qui rend la lecture malheureusement très rapide, mais permet au moins de mettre en valeur comme il se doit certains personnages.


On regrette que le tome soit un peu court, puisque même en comptant le petit chapitre "extra" on n'atteint que 155 pages. En revanche, on trouve en fin d'ouvrage une interview croisée illustrée d'Akira Ishida et Yuichiro Higashide, qui s'avère très intéressante, car elle dévoile quelques secrets de conception... ainsi que quelques très légers spoils, soyez donc prévenus.


L'édition fournie par Ototo Manga est très soignée, et donne une bonne impression dès ses 8 premières pages en couleur sur papier glacé. Ensuite, on note le papier souple et épais ainsi que l'excellente qualité d'impression chez Aubin, la très bonne traduction de Nicolas Pujol qui a bien su s'approprier l'univers, et le travail très convaincant effectué par LBH sur le lettrage et l'adaptation graphique.


Fate/Apocrypha s'offre un premier tome qui se lit vite, qui est très linéaire, mais qui pose avec clarté et immersion toutes les bases. Il ne reste désormais plus à l'oeuvre qu'à décoller après cette introduction soignée.


Critique 2


La saga Fate est très certainement l'une des plus prolifiques de ces dernières années au Japon et cela commence à prendre également de l'ampleur en France avec l'adaptation de plusieurs formats!
Tout commence en 2004 par un jeu vidéo "Fate / Stay Night", de type visual novel créé par Type-Moon, qui rencontre un fort succès au Japon. Il sera suivi d'une adaptation en animé puis en manga (en 20 volumes édités en France chez Pika)! Et à partir de là verront une succession de suites / préquelles / spin off qui vont débarquer en tout sens!
En France nous avons également le plaisir de découvrir Fate Zero édité chez Ototo en 14 tomes, et ces derniers poursuivent l'aventure avec le titre qui nous intéresse, à savoir Fate Apocrypha!
Il est difficile de situer ce récit par rapport à ceux qu'on connaît déjà, à savoir Fate Stay Night et Fate Zero, histoire parallèle, antérieur ou postérieur...on ne le sait pas encore, l'époque n'étant pas claire...mais il s'agit bien d'un combat pour le Graal et bien des surprises nous attendent!


Il y a plusieurs siècles, de puissantes familles de magiciens, les Tohsaka, les Einzbern et les Makiri, ont unis leurs savoirs pour recréer le Saint Graal, artefact surpuissant permettant de réaliser un vœu! Mais les familles se sont ensuite déchirées afin de s'emparer de ce pouvoir donnant lieu à une guerre séculaire qui se rejoue régulièrement!
Sept magiciens sont choisis pour participer à cette guerre, avec bien entendu les représentants des trois grandes familles originelles, et chacun d'entre eux peut invoquer un servant appartenant à une caste bien précise: Saber, Caster, Archer, Lancer, Assassin, Berserker et Rider. Ces servants, grands héros du passé au grand pouvoir, sont convoqués pour se battre aux cotés de leurs maîtres!
Mais cette fois les choses seront différentes: suite à l'intervention du gouvernement Japonais au cours de la troisième guerre Sainte, les mages du monde entier ont réalisé l'importance de cette croisade, ce qui a quelque peu changé la donne, ces derniers tentant sans succès de la reproduire partout à travers le globe sans jamais réussir à invoquer la coupe sacrée!
Mais Darnic Yggdmillennia, chef de clan, est sur le point de mettre la main sur le Graal en invoquant les sept servants, ce que ne peut permettre l'association des mages... Ils décident donc de contrer la famille Yggdmillennia en invoquant à leur tour sept servants pour se lancer dans une guerre inédite!


Quatorze servants au lieu de sept! La voilà l'idée géniale de ce titre! Nous offrir deux fois plus de guerriers légendaires qui vont se lancer dans des combats dantesques!µ
Alors bien entendu cela change grandement la donne, non pas seulement à cause du nombre d'affrontements que cela sous entend, mais surtout parce que cela implique que les servants vont devoir s'allier au sein de chaque clan! En effet, nous allons suivre une guerre opposant les "rouges" et les "noirs" un peu comme aux échecs, où les servants tiennent lieu de pièces! Cela va donc changer les relations entre les maîtres et les servants contraints de faire alliance, ce qui nous est pour le moment inédit...mais rien n'est moins sur, car cela ne tient pas compte des caractères et fiertés de chacun, et déjà des dissensions commencent à apparaître, ce qui nous promet de belles surprises!
Et les surprises ne s’arrêtent pas là puisqu'il ne seront pas quatorze mais quinze, rien que ça! En effet, en plus des sept classes invoquées deux fois, sera également invoquée Ruler qui aura pour mission de surveiller cette guerre sainte.
A ce stade son rôle est loin d'être clairement défini, on ne sait pas qui l'invoque, à quoi elle sert vraiment, si elle va prendre part aux affrontements malgré sa neutralité...mais c'est un nouveau concept dans la saga assez prometteur.


Pour ce qui est des personnages, il est bien évident qu'un seul tome ne suffit pas pour tous les présenter bien qu'ils soient déjà tous là ou presque!
On va dans un premier temps faire la connaissance des maîtres du clan Yggdmillennia puis de leurs servants...pour le moment mis à part Darnic lui même, l'instigateur de cette guerre, les autres sont très en retrait. En ce qui concerne les servants, deux sont déjà dévoilés ce qui est par contre assez dommage! L'un des intérêts de cette saga est justement de se questionner sur la probable identité des héros du passé et / ou des légendes qui sont invoqués... Ici pas de surprise l'identité de Saber des noirs est immédiatement connus et celle de Lancer est quasiment dévoilée également...
Pour les rouges, présentés en suivant, même topo, trois personnages sortent pour le moment du lot, à commencer par Shiro Kotomine, dont le nom parlera à ceux connaissant un peu la saga! Il se montre aussi énigmatique que le veut son statut et on sait déjà qu'il jouera un rôle primordial dans cette guerre!
Puis vient ensuite le binôme qui a l'honneur d'être mis en avant, qui sera très certainement celui qu'on suivra tout au long de ce titre: Kairi Ishigo en tant que maître et le Saber des rouges! Tous deux possèdent une grande classe et s'annoncent comme très prometteurs, mais là encore, l'identité de Saber est immédiatement révélée ce qui est toujours aussi décevant.
Et il en sera de même pour Ruler dont on connaît également l'identité. D'ailleurs il suffit de regarder la quatrième de couverture pour découvrir qui sont les deux Saber...on a rarement vu pire comme suspens.


En contrepartie de ce manque de suspens, le titre nous offre entre chaque chapitre une biographie du héros en question, et déjà à l'issue de ce tome, nous découvrons (ou redécouvrons) l'histoire des héros que sont Ruler, et les deux Sabers!


Pour le moment ce premier tome tient toutes ses promesses, on sait d'ors et déjà qu'on va partir pour une grande guerre qui s'annonce épique!
Ceux ayant lu les deux précédentes phases de la saga risquent d'être autant surpris que surexcité, et pour les autres, et bien ils peuvent profiter d'une histoire originale qui ne demande pas d'être familier avec cet univers.


Le trait est plus que plaisant bien que peu original, mais il est particulièrement efficace et l'auteur parvient à donner vie à des personnages possédant une grande classe qu'il nous tarde de découvrir en action!
L'éditeur fait un travail sans la moindre faille qu'il s'agisse du papier ou de l'adaptation, il n'y a rien à dire, juste à profiter!


Un premier opus plus que plaisant qui nous promet une grande aventure qui on l'espère sera à la hauteur des précédentes!


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News