En scène ! Vol.14 - Actualité manga

En scène ! Vol.14

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 03 June 2020

L'heure de la cérémonie de remise des prix du YAGP est arrivée pour tous les jeunes présents, qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes en espérant recevoir un prix ou une bourse. Bien que déjà éliminée, Emma compte bien parvenir à poursuivre ses études de danse en allant à Stuttgart. Shoko a brillé par son interprétation pleine de grâce d'Aurore, mais cela suffira-t-il pour qu'elle atteigne son désir d'intégrer l'école de ballet de Monaco ? Quant à Kanade, qui a bluffé son monde dans son interprétation passionnée de Diane, elle est plus tendue depuis son solo de gala, qu'elle a trouvé raté... Cela mettra-t-il en péril son rêve de bourse pour intégrer le Royal Ballet de Londres ?

"Ce qui est bien avec le ballet, c'est que rien n'est jamais gagné d'avance."

En eux-mêmes, les résultats de la cérémonie ne comportent aucune énorme surprise, mais on n'en dira pas plus pour ne pas spoiler. Toutefois, au-delà des remises de prix et de bourses, le plus intéressant est sûrement la façon dont Cuvie parvient, vite et bien, à nous plonger dans les petits tourments de certaines de ses jeunes danseuses si pleines d'espoir et de tension, en particulier Kanade bien sûr, mais peut-être encore plus Shoko qui ne peut s'empêcher de craindre la déception, de ne pas être à la hauteur de la confiance que son père lui a finale accordée, et qui en arrive à peut-être trop comparer sa différence de niveau avec sa meilleure amie... Par cette petite plongée au plus près de nos attachantes héroïnes, on ressent alors avec autant d'intensité qu'elles la révélation des prix.

Il s'agit donc d'une étape que la mangaka aborde vite et bien, et d'un passage forcément crucial dans la mesure où après celui-ci, l'avenir de chacun de nos jeunes personnages va forcément changer, bouger... Mais avant d'en arriver là, Cuvie prend son temps, fort heureusement, ne précipite rien et a encore des choses à narrer: avec ici deux étapes essentielles devant arriver coup sur coup: le gala du studio où les jeunes danseurs devront faire ensemble un pas de six, et un autre gala où Kanade devra, en compagnie d'Akito, effectuer un pas de deux, "Flammes de Paris". Ce sont ces deux préparatifs qui vont être abordés en parallèle dans la majeure partie de ce tome, et qui se révéleront intéressant sur plus d'un point.

"Pour moi, le temps passé sur scène reste un rêve. Mais je donne tout pour en faire ma réalité."

A commencer par le besoin de Kanade d'enfin progresser dans le pas de deux, où elle a toujours été nulle jusqu'à présent ! La jeune fille devra se surpasser, comme toujours armée de sa passion, afin de progresser sur ce plan-là, tout comme elle devra parfaire son apprentissage dans le fait de danser avec d'autres, que ce soit pour le pas de deux ou pour le pas de six. La mangaka décortique toujours avec un certain soin les aspects un peu plus techniques, notamment les sauts et le besoin des partenaires d'être parfaitement synchrones et de maîtriser leur corps, choses que l'on suit avec toujours autant de plaisir sous le trait fin, élégant, gracieux et crédible de l'autrice. Mais ces danses plus collectives sont également une occasion parfaite pour mettre un peu plus en lumière certains personnages un peu moins en vue d'habitude, notamment masculins, en tête desquels Akito qui a vraiment beaucoup appris pendant sa semaine au YAGP. Mais on pense également à Yuki, partenaire de Kanade pour le pas de 6, qui se sent à la traîne et pas assez bon, mais qui pourrait se laisser emporter par notre héroïne.

Et puis, l'abord un petit peu plus prononcé de certains personnages secondaires permet aussi d'enfin évoquer dans la série une autre chose que tous ces adolescents, à leur âge, ne peuvent que commencer à vivre. Avec de petites questions sentimentales qui pointent, un intérêt qui commence à naître dans l'entourage de Kanade (danseurs comme camarades de classe) pour les questions naturelles de l'amour, Cuvie commence à parsemer son récit d'une chose supplémentaire. Mais ce qu'on y retient surtout, ce que même si elle semble elle-même suscité l'intérêt amoureux de certaines personnes, Kanade n'y accorde aucun intérêt, semble se désintéresser totalement de ça, car son seul amour réside encore et toujours dans la danse, où elle s'épanouit et brille toujours plus.

"Danser restera le coeur de ma vie !"

En Scène! reste ainsi une excellente lecture, portée par son sujet toujours aussi bien traité et mis en image, mais aussi par sa galerie de personnages réussie et son héroïne toujours plus éblouissante dans sa passion.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News