Divine Meteor Vol.4 - Actualité manga

Divine Meteor Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 29 October 2020

La vie plus ou moins tranquille d'Ariyuki avec Armir et ses amis a déjà été riche de nombreux problèmes depuis l'apparition de la déesse dans son quotidien: arrivée d'autres divinités y compris auprès de ses potes, conflits, morts, problème des mangeur d'étoiles... et la situation ne risque pas de s'arranger avec un double-cas épineux. En effet, tandis que notre héros tente de résoudre l'attaque d'un garçon harcelé sans avoir le succès escompté au point de devenir amorphe, voici qu'un médecin tout à fait aparticulier décide de s'en prendre à lui et à son entourage, en utilisant le pouvoir de son dieu...

Le prochain opus de Divine Meteor étant voué à être le dernier de la série, l'heure semble venue pour Mikihisa Konishi d'accélérer quelque peu son propos, au fil d'étapes suivant un schéma somme toute très classique et rapide. Dans un premier temps, on retrouve un Ariyuki tâchant de faire face à un nouveau problème, celui où un garçon harcelé a choisi d'utiliser sa divinité pour se venger violemment de ses trois harceleurs, une situation complexe risquant fort de mettre à mal les conviction humaines mais naïves de notre héros, d'autant plus que dans le même temps un choix fait par Kei pique aussi la curiosité, et que le médecin antagoniste de ce volume semble tout faire pour plonger encore plus l'adolescent dans le désarroi. Tandis que la lutte contre le docteur doit avoir lieu, c'est alors un Ariyuki amorphe que l'on retrouve, car pas loin d'être brisé par ce qu'il vient de vivre et par ce en quoi il croyait au fond de lui sans forcément le montrer. La normalité et la naïveté du jeune garçon sont peut-être ce qu'il y a de plus beau en lui... et ça, il y a deux autres personnages qui en ont bien conscience: Kameji et Saika. Ce sont alors surtout ces deux-là qui sont au premier plan dans la deuxième moitié du volume, au gré de leurs rixes contre le médecin, et cela permettra même de découvrir encore un peu plus ces deux jeunes, en particulier le meilleur ami d'Ariyuki qui montre un fond vraiment intéressant, bien au-delà de l'habituel aspect comique qu'il avait jusqu'à présent.

On ne va pas le cacher: tout ceci reste quand même souvent maladroit dans le rendu. Au-delà d'un schéma classique, la mangaka montre pas mal de raccourcis narratifs avec des transitions un peu bancales parfois, et elle reste très limitée dans son rendu graphique avec des fonds plutôt pauvres et beaucoup d'inégalités anatomiques. Pourtant, Divine Meteor continue plutôt bien de piquer la curiosité autour de ses thématiques concernant le rapport de l'humain à la religion et à ses divinités. Chose que l'on ressent particulièrement dans le besoin d'Ariyuki d'agir par lui-même plutôt que de se reposer sur des prières, et dans les décisions prises par Kameji et Saika en fin de volume pour pouvoir venir à bout du médecin.

En somme, Divine Meteor a toujours sa part de maladresse et ses limites techniques, mais le propos de fond a un quelque chose qui parvient toujours à titiller la curiosité, si bien qu'on attendra la suite et fin avec un certain intérêt.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News