Deathco Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 18 October 2018

Tous les reapers sont en chasse pour moissonner le trophée ultime: Madame M. Mais tous semblent voués à échouer, car seule Deathko est autorisée par Madame M à l'achever quand le moment propice sera venu. En attendant, leur château sur la corniche n'est désormais plus qu'un tas de ruines, et les deux femmes ainsi que Lee (et Taram !) sont à la rue. Mais quand on est à la fois traqué par tous les tueurs missionnés par la Guilde, et complètement inadaptés à la vie grouillante en société, mieux vaut encore aller s'enterrer dans l'endroit le plus inaccessible possible. Dans la cellule la plus isolée de la prison la plus surveillée et la plus dangereuse, par exemple. Mais même en ce lieu où l'on s'ennuie sec, le danger peut toujours finir par arriver. Mais Deathko, elle, ne demande pas mieux: voilà qui pourra sûrement assouvir sa soif de sang. Jusqu'à ce que...

L'heure de dire adieu à la plus chouette des jeunes tueuses sanguinaires est venue avec cet ultime round de Deathco, où Madame M est à nouveau au centre de tout, quitte à parfois voler la vedette à Deathko. Loin d'atténuer son inventivité graphique à l'approche de la conclusion, Atsushi Kaneko nous offre jusqu'au bout quelques merveilles de décor, avec une prison sombre et labyrinthique où il s'amuse un peu à nous perdre, au fil de couloirs malsains où prisonniers inquiétants et gardes se côtoient. Et où, surtout, Deathko continue de tuer le temps à sa manière, fidèle à elle-même. Et c'est dans ce cadre que pourrait bien se jouer la dernière bataille face à des reapers finissant par débarquer en masse. Avec quelques subterfuges, le lot de morts qu'il faut et encore des dégaines travaillées à coups de contrastes noir/blanc, le tout dans une mise en scène souvent jouissive.

Et au-delà de tout ça, à l'issue de cette ultime bataille entre les reapers, Deathko et Madame M, Kaneko, loin de se contenter d'une fin trop classique, parvient à étonner dans la toute dernière partie de son oeuvre. Deathko est-elle morte ? Comment va finir Madame M ? Le mangaka crée une attente très forte, au fil du temps qui passe. Une attente qui paraît presque interminable, autant pour nous que pour certains personnages. Pourtant, il y a une chose à ne pas oublier: Deathko s'était jurée d'accomplir sa plus importante mission au pire des moments possibles, et pour ça elle pourrait être très, très patiente, ce qui marque définitivement la cruauté de cette héroïne géniale.

Deathco peut alors se refermer sur des toutes dernières pages malignes, soudaines, implacables et impeccables, histoire de conclure avec force la série. On ne va pas dire qu'il n'y a pas quelques longueurs durant la partie en prison, en revanche on peut affirmer que la toute dernière partie est excellente, en bouclant ce qui devait être bouclé et en cristallisant assez bien ce qui a fait le charme de cette jeune tueuse sans foi ni loi. Deathco, c'était très bon d'un bout à l'autre, et on aurait bien accompagné encore un moment son héroïne. Quitte à ce qu'elle finisse par nous tuer, nous aussi.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News