Darwin's Game Vol.1 - Actualité manga

Darwin's Game Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 18 September 2014

Critique 1


Sorti en avant-première pour le Japan Expo, Darwin's game poursuit la voie ouverte par les précédents titres de Ki-oon, à savoir des thrillers angoissants à tendance survival. Profitant de la sortie de l'exceptionnel Erased, Ki-oon ne lâche pas le morceau et agrémente son catalogue d'un nouveau titre prometteur. Après le très bon King's game, c'est à un autre jeu que nous allons cette fois participer, un jeu de massacre tout aussi malsain : le Darwin's game !


Un jeune homme fuit dans une ruelle en pleine nuit, il est effrayé. Il envoie un appel à l'aide par SMS à l'un de ses camarades avant de mourir assassiné.


Le lendemain, Kaname Sudo, un lycéen, reçoit une invitation à un jeu sur son téléphone portable : le Darwin's game. D'abord hésitant, il accepte l'invitation par curiosité et là un serpent semble sortir du téléphone pour le mordre au coup… Un rêve sans doute.


Curieux de cette nouvelle application, il ausculte son téléphone dans le métro quand un individu portant la tenue de la mascotte d'une équipe de base-ball tente de le poignarder...le jeu macabre commence alors !


A première vue le nouveau titre de Ki-oon n'a rien de vraiment très original, à la lecture des premières pages en découvrant cette application qui propulse les protagonistes dans un jeu mortel, on pense forcément à King's game, mais également à un titre comme Psyren. Mais rapidement le titre tire son épingle du jeu. En effet, cette fois il ne s'agit nullement de gages, mais bel et bien de duels où les joueurs doivent s'entre-tuer pour gagner des points (et accessoirement rester en vie) et tout ceci se déroule bel et bien dans le monde réel, au milieu des gens étrangers au jeu, au milieu des témoins qui assistent surpris et choqués à des scènes toutes droites sorties d'un film, comme un panda poursuivant un lycéen, ou comme l'atteste l'intervention du policier tentant de sauver Kaname au péril de sa vie.


Pour ce qui est des duels, dans ce premier tome on assiste plus à une chasse à l'homme qu'à un véritable duel. En effet, Kaname encore « noob » dans ce jeu dont il ignore tout, se contente surtout de fuir pour sauver sa vie. Ce n'est que dans un second temps et profitant des conseils d'une étrange joueuse le contactant par téléphone qu'il passera à l'attaque.


Pour l'heure, on sait très peu de choses des personnages, les auteurs privilégiant l'action et ayant fait le choix de faire démarrer leur série très fort à ce niveau, on entre directement dans le vif du sujet sans avoir trop le temps de découvrir les personnages...on les découvre donc dans le feu de l'action. Kaname ressemble à un lycéen comme tant d'autres, banal, un peu froid, pas forcément tourné vers les autres...bref un adolescent dans toute sa splendeur. Le « panda » est peut-être le personnage le plus intéressant du tome, un être lâche qui s'attaque aux nouveaux pour accumuler ses points, on aura même droit à l'histoire de sa vie pour comprendre ses motivations. Cela peut paraître anodin, mais cela démontre que les auteurs ont réellement l'intention de mettre un minimum de profondeur à leur titre qui ne sera pas qu'un bête jeu de massacre.


Enfin on trouve également une jeune fille, à l'allure innocente, mais qui semble connaître le jeu dans tous ses détails et s'avère être une redoutable tueuse. Elle sera sans doute la clé de l'évolution de Kaname.


Ce qui donne en partie son intérêt à ce titre est qu'il se présente comme un jeu dans tous les sens du terme. En effet, visiblement les joueurs peuvent accumuler des points et ainsi acheter des items, des armes, des pouvoirs, diverses capacités...bref presque un RPG où il faut faire évoluer son personnage. C'est peut-être en cela que la série prend son titre en faisant référence à l’anthropologue Darwin et sa célèbre théorie de l'évolution : seuls les êtres capables de s'adapter et d'évoluer pourront survivre à terme, les plus faibles étant condamnés à disparaître. De là à faire le lien avec le jeu, il n'y a qu'un pas. Mis à part la première page du titre nous résumant rapidement la théorie de l'évolution, le rapport avec le titre reste mystérieux sans cela.


Une autre des particularités du titre est qu'il s'ancre dans un monde réaliste où le jeu se déroule à la vue de tous. Ainsi en parallèle on suit l’enquête menée par un duo de policiers très intéressants, bien qu'un peu cliché (le jeune chien fou et le vieux briscard au flair affûté). Loin du schéma classique du huit clos, cette donnée supplémentaire pourrait bien avoir des conséquences d'une grande importance !


On doit ce titre à un duo d'auteurs ayant pour étrange pseudo FLIPFLOP (super la crédibilité). Pour l'heure, si le dessin est tout à fait correct, il n'a rien non plus d'exceptionnel, et encore moins d'original.


L'édition de Ki-oon est comme d'habitude, de bonne facture, un travail sérieux et respectueux autant de l’œuvre que du lecteur !


Pour l'heure ce premier tome s'avère plutôt séduisant, et on est plus que curieux de découvrir la suite en espérant que les auteurs sauront correctement exploiter leurs concepts !




Critique 2


Kaname Sudo est invité à participer au « Darwin’s Game », un jeu sur téléphone portable d’apparence inoffensif. Mais en acceptant, Kaname est mordu par un serpent jaillissant de l’écran, et est expédié dans l’arène du Darwin’s Game, un jeu où les participants doivent s’adonner à un duel à mort, pour gagner de l’argent. Impossible de fuir le jeu, et le premier adversaire du lycéen lui fait bien comprendre en le traquant sans relâche…


Les manga de survival ont le vent en poupe en ce moment. Après Doubt, Judge et King’s Game, c’est un nouveau titra au nom similaire qui paraît aux éditions Ki-oon : Darwin’s Game. A force, la recette peut lasser, à moins que ce nouveau titre parvienne à tirer son épingle du jeu… ce qui est le cas !


Cette fois-ci, pas question d’enfermer une poignée de personnes dans un lieu clôt, ni même de leur donner des gages qui aboutiront à la mort. Cette fois, le jeu est un jeu, au sens propre du terme, une application sur téléphone portable qui contrait les participants à s’entretuer, le tout pour une modique somme d’argent. D’entrée de jeu, le concept s’avère plus intéressant et plus riche, proposant des courses-poursuites angoissantes sur fond de thématique sur l’avidité humaine. C’est sans compter qu’au fil des pages, nous nous rendons compte de la présence de « pouvoirs » qui pourraient être un véritable plus pour l’intrigue, et apporter un mordant supplémentaire.


Ce premier tome propose un jeu de massacre intéressant, bien qu’on n’évite pas quelques clichés du genre. Outre le héros, lycéen ordinaire, similaire à des centaines de séries, on retient la rencontre avec une jeune fille d’apparence juvénile, aux couettes blondes, qui en connaît un rayon sur le Darwin’s Game et qui sera d’une grande aide pour le héros. Cette partie de la recette sent le déjà-vu, reste à voir de quelle manière l’auteur l’exploitera.


Sans attendre et sans se contenter à n’être qu’un jeu de massacre, le Darwin’s Game propose quelques éléments scénaristiques vraiment intéressants. Outre le mystère du jeu en lui-même, évoqué dès ce premier volume, on retient une dimension policière bienvenue qui n’est pas sans rappeler la saga cinématographique Saw. Ainsi, en parallèle du héros, nous suivons le parcours de deux policiers bien conscients qu’une grande énigme se cache derrière les cadavres.


Concernant les personnages, on peut regretter qu’il manque cruellement d’originalité et de consistance, tendant à formater ce premier volume pour le rendre similaire à d’autres. Kaname n’est pas un protagoniste très intéressant et se contente d’être un lycéen dépassé par les évènements, tandis que Shuka, la mystérieuse jeune fille évoquée précédemment, n’est qu’une… mystérieuse jeune fille, néanmoins intrigante. En fait, les personnages les plus réussis pour l’heure sont les deux policiers tant il nous tarde de voir la manière dont ils appréhenderont leurs découvertes et amèneront des révélations dans l’intrigue.


A l’origine de l’œuvre, nous retrouvons FLIPFLOPs, un duo de mangaka peu connu, mais qui a déjà œuvré sur quelques histoires et réalisations graphiques. Néanmoins, le binôme doit faire ses preuves sur son trait tant celui-ci s’avère classique. On saluera toutefois le travail sur les ombrages, un élément visuel qui donne beaucoup de relief aux différentes cases du récit.


Pour sa nouvelle série, Ki-oon propose une édition sobre, mais efficace. L’éditeur, fidèle à lui-même, a soigné sa traduction et son adaptation, si bien qu’aucune coquille n’est à constater. Précisons que ce premier volume était proposé en avant-première à Japan Expo 2014, soit près de deux mois d’avance par rapport à sa sortie officielle, une bien bonne manière de faire découvrir aux visiteurs cette nouvelle histoire de survival… et de leur mettre l’eau à la bouche en attendant la suite.


Sur ce premier tome, Darwin’s Game parvient à se démarquer un tantinet des différents titres du même genre que nous avons connu ces dernières années. La dimension surnaturelle, marquée par la présence de pouvoirs et d’un mystère conséquent, ainsi que le côté policier de l’œuvre sont des atouts qui lui permettent de se distinguer. Le premier aperçu est donc bon, et on est curieux de voir comment le duo FLIPFLOPs va développer son histoire.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News