Couvent des Damnées (le) Vol.6 - Actualité manga

Couvent des Damnées (le) Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 11 June 2018

L'ordre du Claustrum veut répandre des épidémies, une catastrophe qu'Ella et se bande doivent éviter à tout prix. Suite à un plan bien préparé, Hilde est celle qui va tenter de s'évader afin d'alerter le reste du monde des intentions malveillantes de l'ordre. L'évasion est vite remarquée et tout le convent est en alerte, ce qui n'augure rien de bon pour Hilde...


Avec ce sixième tome, la série de Minoru Takeyoshi touche à sa fin, une série qui se sera montrée globalement prenante, notamment grâce à sa bande de personnages forts. Pourtant, il n'était pas simple d'envisager la fin dès ce sixième volume puisqu'à ce stade, Ella et ses compères n'ont même pas atteint la moitié de leur séjour au couvent du partage des eaux. Ainsi, était-il possible d'amener le titre à sa conclusion ? L'auteur nous donne une réponse positive à travers un tome particulièrement riche en événements, et qui propose une fin définitive, sans aucun air de conclusion précipitée.


Enfin, pas tout à fait. On peut éventuellement sentir une certaine hâte dans la manière d'amener directement Ella à la fin de sa scolarité, le mangaka faisant ainsi l'impasse sur de longs mois où Ella et sa bande auraient pu connaître bien d'autres déboires. Une ellipse pourtant justifiée par les événements de débuts de tome qui font partie des plus dramatiques de la série à l'heure actuelle : il est question de mort tandis que l'auteur n'hésite pas à casser littéralement la bande formée par Ella depuis le début. Aller un peu plus loin dans le temps lui permet d'embrayer sur l'arc final de la série, et aussi utiliser tous les pions mis en place dans les chapitres précédents. Un mal pour un bien donc, car il aurait peut-être été difficile de traiter toute cette phase où Ella se retrouve presque seule, sans que l'intrigue tourne en rond.


Alors, après une séquence d'introduction intense et mouvementée, les trois derniers quarts du volume entament l'arc final, un ultime cycle où les rebondissements seront nombreux afin que la série atteigne la conclusion voulue par l'auteur. La grande force de ce volume est de proposer énormément d'événements, de retournements de situation, d'évolution de personnages... tout ça de manière à développer le mieux possible tout ce qui a été instauré dans Le Couvent des Damnées depuis le début, et ne pas laisser de part d'ombres. Minoru Takeyoshi donne ainsi un rôle à chaque petit élément planté dans la série depuis le premier tome, même à des personnages qui semblaient anecdotiques jusqu'ici, car éloignés du combat que menait Ella. Du côté des camarades de l'héroïne, chacun parvient à s'émanciper et avoir un rôle qui lui est propre, plutôt que de vivre éternellement dans l'ombre de l'héroïne. C'est en particulier Hilde qui va magnifiquement briller et gagner en détermination, jusqu'à devenir l'un des personnages les plus forts de la série, elle qu'on avait tendance à sous-estimer dans le premier opus.


Enfin vient l'une des idées centrales du Couvent des Damnées, présentée dans l'introduction du premier tome et qui monte petit à petit dans ce volume : la glorification d'Ella. L'auteur avait créé un certain doute sur la statue de la vierge de fer présentée en tout début de série, mais la nature de celle qui était représentée restait incertaine. Ce doute va planer jusqu'à la toute fin puisqu'un parallèle plutôt habile et intéressant entre Ella et son ennemie jurée, Edelgard, monte jusqu'à la confrontation finale. L'idée est évidemment de magnifier cette héroïne forte et passionnante qu'est Ella, un effet totalement réussi dans cette fin, notamment parce que le personnage ne cesse de gagner en charisme tout le long du tome, quitte à ce qu'il devienne parfois impitoyable, mais en connaissance de cause...


Vient enfin la conclusion, le moment qu'on redoutait un tout petit peu tant on ne l'imaginait pas arriver de suite. Sur son dernier tiers, le tome se concentre sur les événements qui aboutiront à cette fin, une certaine révolte notamment. La fin que nous propose ici Minoru Takeyoshi est sans ouverture aucune, et s'avère logique. Une force puisqu'on peut refermer ce sixième tome sans la frustration que l'on connait dans bon nombre de titres à la finalité mal amenée, mais qui peut légèrement agacer dans l'absence de surprises. Le Couvent des Damnées se termine comme la série doit se finir et ne cherchera pas à prendre son lecteur par surprise. A la place, le mangaka amène cette fin grâce aux moult clés scénaristiques mises en place depuis un moment et à l'évolution de ses personnages centraux, un verdict qui est donc plus qu'honorable.


On notera que l'auteur se paie aussi le luxe d'un petit épilogue pour montrer le devenir des personnages. Plus qu'une ouverture sur un possible nouveau combat d'Ella, il dévoile la nature des survivantes, ce qu'elles deviennent et quel genre de vie elles sont menées à connaître. On apprécie, notamment parce que ça évite la série de se terminer de manière abrupte.


C'est donc sur une très jolie note que se termine Le Couvent des Damnées, série de Minoru Takeyoshi. Le titre se sera montré globalement très bon, passionnant grâce à des personnages, et particulièrement bien rythmé tant l'auteur a mis des obstacles sur la route de ses héroïnes, avant d'amener leur périple à son dénouement. On relira avec plaisir l'entièreté de la série d'une traite, notamment pour apprécier à quel point l'auteur avait disséminé subtilement les éléments de sa fin depuis le début. Pour le reste, on gardera un très bon souvenir des aventures d'Ella et ses camarades, des héroïnes fortes et attachantes qu'on aurait aimé connaître un peu plus longtemps.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News