Classroom for heroes Vol.3 - Actualité manga

Classroom for heroes Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 24 April 2019

La douce Maria, libérée de ses artefacts, a soudainement laissé parler la deuxième personnalité résidant en elle: celle d'une fille sexy à l'allure démoniaque, qui se présente comme étant le Seigneur des démons et qui s'en prend aux apprentis héros ! Elle n'a aucun mal à mettre hors service Earnest et les autres, et bientôt seul Blade se dresse face à elle... mais étant donné qu'il n'a plus autant de force qu'avant, pourra-t-il faire quelque chose ?

Dès le début de ce volume, les auteurs confirment une chose: loin de vouloir proposer un récit de fantasy comme les autres, il font le choix d'occulter les moments épiques, en tête desquels le face-à-face entre Blade et Maria qui est expédié en une page (si si), pour plutôt proposer des petits instants de vie centrés sur le quotidien souvent loufoque des personnages. L'idée est sympathique... mais la réalisation l'est malheureusement moins.

En effet, le problème ici est que le mangaka Koara Kishida (et probablement le romancier d'origine aussi, du coup ?) se contente de petites idées souvent très basiques, comme le fait que Blade ne sache pas nager et doive apprendre pour ne pas décevoir Cuchulainn, et quand ce n'est pas le cas et qu'il tente d'approfondir un peu plus certains personnages il reste très en surface, aborde les choses à la va-vite et n'offre aucun réel enjeu. Par exemple, le cas et la nature de Maria auraient pu être intéressants, mais finalement tout est expédié vite fait sans réel travail. Même topo concernant l'arrivée de la centauresse Dioné, qui permet d'entrevoir un petit peu plus certains éléments du passé de Blade, mais là aussi les choses sont expéditives et sans consistance. Concernant le background de cet univers, il reste désespérément pauvre (on apprend vaguement qu'il existe 4 grands oiseaux sur ce continent, mais à part ça...), ce qui ne rend pas la lecture plus immersive. Quant aux éléments apportant le plus de dangers et donc censés amener un peu de tension et d'enjeux supplémentaires, ils reposent souvent sur une seule chose: la débilité du Roi Lion et directeur de l'académie, qui n'en fait qu'à sa tête, et dont la plupart des actes ne répondent à aucune logique. L'idée de faire de ce souverain/directeur un bouffon plus qu'autre chose est sympathique et peut faire sourire, mais même dans un cas comme celui-ci il faut un minimum de logique dans les événements, or ce n'est pas le cas... A vrai dire, les auteurs semblent bien souvent plus soucieux de faire dans le fan-service, avec des filles de moins en moins vêtues et des situations de plus en plus coquines ou embarrassantes, mais le problème est que ces instants finissent souvent par trop prendre le dessus sur le reste, et que plus d'une fois ils ont l'air franchement forcés, pas du tout naturels. C'est dommage, car à côté de ça il y a certains points qui sauvent la lecture: pas mal de bonnes bouilles franchement rigolotes (même si le dessin en lui-même reste très limité), et une atmosphère globale qui, dans sa légèreté, n'est pas déplaisante du tout.

On le redit: l'idée de base de l'oeuvre est vraiment sympathique, mais malheureusement les auteurs n'en font pas grand chose et se contentent, les trois quarts du temps, de vieux poncifs amenés sans finesse et d'événements jamais vraiment approfondis. La lecture peut tout de même faire sourire, mais dans l'ensemble ce n'est vraiment pas terrible, et ce Classroom for Heroes paraît bien en dessous de ses possibilités...
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

8 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News