Chimères Vol.2 - Actualité manga

Chimères Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 18 May 2018

Jeune garçon des quartiers pauvres, déshérité et faible, Jay souhaite devenir plus fort, afin de pouvoir éviter de se faire prendre par des marchands d'esclaves. Et pour ça, il s'est mis en tête d'obtenir les pouvoirs conférés par la maladie de la chimère, et s'est donc rapproché de Long Chen et Yue. Mais Long Chen connaît bien toute l'horreur de la maladie, lui qui est lui-même contaminé, et l'homme-bête cherche donc à résoudre le problème du garçon en le plaçant sous la protection du Zuidiehua, le cabaret où Yue travaille.


Le début du tome est surtout marqué par une découverte un peu plus approfondie de toutes les douleurs que la maladie de la chimère provoque quand on la contracte, et qui de mieux placé que Long Chen pour le montrer ? On découvre alors mieux toute une facette du passé de celui qui était auparavant surtout appelé Shirabe, et le résultat, sans se traîner, s'avère plutôt efficace en faisant bien ressentir tout que le personnage a enduré... et continue d'endurer, jour après jour.


Puis avec l'arrivée de Jay au sein du Zuidiehua, l'occasion est idéale pour nous immerger un peu plus en profondeur dans ce lieu de spectacles pour adultes, où l'on va pouvoir mieux faire connaissance avec de nouveaux personnages. En plus de Yue, on découvre d'autres artistes de la nuit qui sont pour certains malheureusement un peu survolés, et pour d'autres franchement bien mis en place, on pense surtout ici à Brandon et à l'homme bête Bacchus. Tandis que Jay est pris sous leur aile et s'intègre assez vite et plutôt bien, on cerne un lieu qui, au-delà de ses spectacles érotiques ayant fait sa renommée, regroupe des personnalités assez bien campées, vives et chaleureuses, où l'entraide est de mise sans ségrégation entre les "espèces". Alors quand, en plus, le danger s'en mêle avec une attaque au sein de l'établissement, on a encore plus l'occasion de voir l'entraide et la bonne entente entre les pensionnaires ! L'action a beau rester découpée de façon assez basique et comporter pas mal de petits problèmes de perspective, c'est assez dynamique et prenant, car Kaili Sorano tire bien parti de la plupart de ses personnages, dont on découvre diverses capacités (agilité en tête), le tout étant également ponctué d'un côté un peu "chaud" dû à la nature du cabaret, où les artistes sont peu vêtus. Malgré certaines erreurs anatomiques, Yue a un charme fou, et Brandon et Bacchus ont fière allure, la dessinatrice sachant leur offrir une certaine sensualité.


Quant à la fin du volume, elle poursuit l'"apprentissage" de Jay sur certaines choses, en commençant un intéressant flashback sur Long Chen, raconté par Yue. L'occasion est donnée de cerner un peu le poids qui pesait sur cette dernière en tant qu'artiste au Zuidiehua quelques années auparavant, et surtout de découvrir la manière dont elle a rencontré Long Chen, non sans quelques notes d'humour (Chen a parfois une bonne bouille sous son allure de "toutou").


L'intrigue n'avance pas forcément beaucoup, mais l'univers global y gagne pas mal avec quelques approfondissements classiques, mais efficaces, une découverte plutôt prenante du Zuidiehua, et des personnages assez réussis dans leur genre.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News