Chihayafuru Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 09 May 2013

A peine se sont-ils rencontrés pour partager une passion commune (le karuta) que Chihaya, Taichi et Arata doivent déjà se séparer. Ils se quittent donc à l’aide d’une promesse de se retrouver un jour avec cette même exaltation qui les anime. Mais...

« Ni moi, ni Taichi et ni Arata ne pensions à l’époque que nous allions changer en grandissant. Nous n’étions encore que des cerisiers avant floraison. »

Ainsi nous retrouvons nos héros quelques années plus tard, si notre héroïne n’a aucunement changé quant à son obsession dévorante par rapport au karuta, ce n’est plus vraiment le cas de nos deux garçons... Le temps a fait son œuvre et finit tôt ou tard par métamorphoser tout individu, que ce soit moralement ou physiquement, et notre trio ne pourra y déroger. Une promesse ou une passion ne suffit pas toujours à maintenir une réalité. La preuve réside dans le fait que c’est la personne la plus inattendue qui va s’écarter de la vertu du karuta. Pourtant, la ferveur et le dynamisme contagieux de Chihaya sera suffisant pour convaincre Taichi de la rejoindre à nouveau dans la cause du jeux de cartes qu’elle affectionne tant. Toutefois, est-ce que ce sera assez pour convaincre tout autant celui qu’elle considère comme le dieu du karuta ?

La première chose qui nous persuade et qui nous passionne dans Chihayafuru est la diversité des thématiques (l’amour, l’amitié, le sport, la passion, le drame, ...) que met en place Yuki Suetsugu, ce qui permet à un grand nombre de lecteurs d’y trouver son compte. Mais le titre va bien au-delà de la diversification en se démarquant de par ses personnages véritablement profonds et humains, de par son atmosphère passionnant et poétique ou encore de par sa fluidité narrative. A côté de ce point de vue générale, on aura aussi tôt fait de remarquer plus spécifiquement la richesse intérieure et extérieure de l’héroïne de la série. On s’attachera facilement à ses réactions originales (manger du chocolat abusivement et puis s’endormir comme une masse après un dur tournoi de karuta), son impétuosité, sa bonne humeur pandémique ou encore son amour maladif pour le karuta. Et encore toute une palette de sa personnalité qui convainc le lecteur et qui n’a de cesse de démontrer la profondeur d’un tel personnage.

Outre le background autour des protagonistes et de tous les sentiments qui les traversent, l’auteure a une réelle volonté de faire connaître et d’approfondir ce sport si méconnu qu’est le karuta aux néophytes que nous sommes, que ce soit par l’intermédiaire d’explications, d’actions ou encore de poèmes. Tout ceci accompagné en prime de dessins absolument magnifiques et réguliers, la mangaka ne fait en plus que s’améliorer.

Que dire de plus que cette œuvre est en tout point enchanteresse ! La qualité transparaît à chaque coin de pages tant au niveau du dessin que du contenu. Chihayafuru est tout simplement la vie racontée dans un envoûtant poème aussi limpide qu’impétueux.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News