Chef de Nobunaga (le) Vol.8 - Actualité manga
Chef de Nobunaga (le) Vol.8 - Manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.8

Rédaction
Lecteurs
16 /20

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 10 Décembre 2015

Après bien des actes d’adversité directs ou indirects, Nobunaga rencontre l’Ishiyama Oganji afin d’établir de nouvelles propositions de paix. Tout semble bien parti, l’Ishiyama Oganji gâtant son potentiel futur ami par des plats tout aussi succulents et originaux les uns que les autres, confectionnés par l’étrange et talentueuse cuisinière Yoko. Etrangement, arrivé au dessert et après mangé quatre macarons de suite, Nobunaga se sent subitement mal. Cela paraît d’autant plus invraisemblable lorsque l’on sait que d’autres personnes ont goûté le met avant Nobunaga lui-même. Ken devra à nouveau faire usage de ses talents de cuisine afin de non seulement sauver son maître, mais également de renverser la situation à l’égard de l’Ishiyama.

A nouveau, Nobunaga se confronte de manière sévère à l’Ishiyama, l’un de ses adversaires les plus dangereux à ce jour. Les auteurs nous proposent comme à leur habitude une confrontation originale, haletante et des plus imprévisibles. On est d’entrée de jeu plongé dans le récit. C’est également l’occasion d’en apprendre davantage sur Ken. On apprend ainsi que Yoko et lui auraient entretenu une relation amoureuse. On découvre également que Ken éprouve des sentiments à l’encontre de Natsu, la forgeronne qui l’a sauvé. Pour une fois, l’aspect amoureux ressort davantage de la trame, sans pour autant en devenir le principal. Une mise en avant qui ne sera pas sans nous déplaire. Pendant ce temps, Nobunaga va se rendre compte de toute l’importance qu’a prise son chef cuisinier à ses côtés. Un cuisinier qui commence à faire un peu trop parler de lui, surtout au niveau de ses aptitudes et de ses interventions décisives. Un cuisinier qui devient un véritable problème. Cela devait bien arriver un jour. Ken devient la cible de Shingen Takeda, un grand stratège qui conçoit l’avenir du Japon de manière opposée à Nobunaga. Bien que cela soit prévisible, les auteurs nous prennent à nouveau à revers en nous surprenant par la tournure des événements. Non pas que l’on sera étonné par le fait que Ken est laissé en vie. Non, on sera surpris que du jour au lendemain notre cuisinier des temps postmodernes se doive de changer de camp, au grand risque de changer le déroulement de l’histoire. Un chamboulement qui forcera Ken à revoir ses réelles motivations, sa loyauté envers Nobunaga, sa survie ou encore son amour vis-à-vis de Natsu.

Bien que les projets de Nobunaga n’avancent pas vraiment, cet opus-ci sera l’opportunité de se concentrer un peu plus sur le personnage de Ken, sur ce qui l’anime et sur l’importance qu’il revêt actuellement, que ce soit auprès de Nobunaga ou auprès de ses propres ennemis. On est dès lors des plus curieux de savoir ce qui va advenir.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali
16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs