Bungô Stray Dogs Vol.18 - Actualité manga

Bungô Stray Dogs Vol.18

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 21 September 2021

Chronique 2 :

Pas moins de neuf mois, depuis la parution du tome 17 de Bungô Stray Dogs, ont défilé, jusqu'à la publication tant attendue du 18e opus de la série. Tant attendue, car le fait est que l'oeuvre de Kafka Asagiri et de Harukawa 35 est actuellement dans son arc le plus imprévisible et riche en enjeux, ce qui fait que l'attente entre chaque tome est actuellement assez insupportable. Espérons donc que les éditions Ototo pourront nous proposer plus rapidement la suite ! Mais dans tous les cas, on replonge facilement dans l'intrigue aux multiples niveaux.

Depuis leur cellule respective, Dazai et Dostoïevski poursuivent leurs joutes verbales et stratégiques, en tâchant de faire avancer leurs nombreux pions sur un échiquier dont ils sont éloignés et qu'ils ne contrôlent pas directement... et les principaux "pions" convergent désormais vers un seul et même endroit: le Casino céleste ! Accompagné de Kyôka et de Lucy, Atsushi doit s'arranger pour coincer vivant Sigma, et ensuite déterminer où se trouve la "Page" qui pourrait innocenter les Détectives armés. Mais le si énigmatique patron du casino fait déjà face à une menace de choix: après avoir a priori compris l'utilité réelle du casino dans les effrayants plans des Anges déchus, Teruko et Tachihara des Chiens de garde engagent bientôt le combat contre lui ! Mais il ne s'agit là que de la première péripétie d'un tome qui, une nouvelle fois, n'en manque pas...

Nous laissions le récit sur un rythme trépident dans le volume 17, et ce rythme ne baisse aucunement ici, dès une première partie qui se focalise donc surtout sur le combat de Teruko et de Tachihara contre Sigma. En réalité, Tachihara est un peu plus effacé que les deux autres ici, mais lui aussi aura droit, une nouvelle fois, à quelques approfondissements plus tard dans le tome, puisqu'il reste encore tiraillé dans sa fonction d'agent double, coincé entre les Chiens de garde et la Mafia portuaire où il est infiltré. Quant au combat entre Teruko et Sigma, il tient toutes ses promesses pour plusieurs raisons: les visuels fluides et léchés du dessinateur, le côté bien badass d'une Teruko qui, en plus d'être forte, et très déterminée voire un brin hargneuse... et, surtout, tout un focus concernant donc celui qui s'affiche au centre de la jaquette, Sigma. En alternant entre deux axes que sont le combat lui-même et les discussions entre Dazai et Dostoïevski, le scénariste dévoile petit à petit tout ce qu'il faut savoir de cet adversaire particulièrement mystérieux et vraiment à part parmi les Anges déchus. Pourquoi Dostoïesvki l'a placé au sein du casino alors qu'il ne semble aucunement savoir se battre ? Quel est son pouvoir ? Quelles sont ses origines ? Quel est son rapport exact avec ce casino qui, lui aussi, n'a pas fini d'étonner concernant sa création ? Autant de choses qui seront dévoilées, en faisant de Sigma un être à part intéressant.

Une fois ce combat passé, il est plutôt difficile de parler du tome sans trop en dire, tant il se passe des choses à un rythme toujours soutenu. Alors, soulignons simplement le suspense régnant encore sur le futur funeste de certains de nos héros à commencer par Kunikida et Yosano, le retour d'un autre visage que l'on pensait disparu, les instants de joutes entre Dazai et Dostoïevski qui interviennent toujours pour relancer le suspense... ou encore, tout simplement, l'intensification de ce que les auteurs font de mieux: une succession de rebondissements redistribuant régulièrement les cartes, pour une histoire restant toujours aussi imprévisible puisque, dès qu'un camp semble prendre le dessus, une pirouette vient contrebalancer ça.

La seule petite limite dans tout ceci, c'est qu'à force de retournements de situations, les plans des Anges déchus commencent à être un brin capillotractés. Mais cette surenchère assumée fait bel et bien partie du charme actuel de Bungô Stray Dogs, série actuellement passionnante à suivre et dont on attendra impatiemment le prochain opus.


Chronique 1 :

Dans le Casino céleste, la bataille entre Teruko et Tachihara des chiens de casse contre Sigma, des Cinq anges déchus, fait rage. Le dirigeant du casino parvient à tenir tête à ses deux adversaires, utilisant tous les moyens possibles pour les repousser. Tandis que Dazai et Dostoïevski se font toujours face en prison, la tête pensante de l'agence des détectives se questionne sur les raisons ayant poussé son ennemi à donner un tel rôle à ce personnage si énigmatique qu'est Sigma. C'est alors que la surprenante vérité lui est dévoilée.
De son côté, Atsushi attend le meilleur moment pour agir. Car il lui faut à tout prix Sigma vivant, afin qu'il sache où se trouve la « page » qui lui permettra d'innocenter les siens.

Les neuf mois d'attente auront parus longs pour la suite de Bungô Stray Dogs, d'autant plus que la série se trouve dans un arc particulièrement intense, riche de certains mystères, qui nécessite d'avoir les éléments récents en tête.

Le volume reprend la bataille contre Sigma, directeur du Casino céleste qui constitue l'un des aspects centraux de ce tome. Le personnage est une véritable énigme à lui seul, aussi le scénario de Kafka Asagiri va répondre aux zones d'ombre le concernant, ce en jouant sur deux tableaux : La grande bataille dans l'établissement aérien d'une part, mais aussi le jeu d'esprit entre Dazai et Dostoïevski, les deux antagonistes peinant à se départager sur l'échiquier géant qu'ils dirigent. Seul ombre dans ce tableau : Le plan des Cinq anges déchus qui peut sembler tiré par les cheveux à certains moments.

Tout ce passage du casino ne laisse donc peu le temps de souffler, chaque péripétie apportant son lot de rebondissements, marqués par des interventions de personnages et autres coups d'éclat qui vont permettre à la bataille de se diriger vers son final. Mais même là, les deux auteurs parviennent à conserver un suspense fort, y compris sur le sort de certains personnages. Plus que jamais, cet arc des Cinq anges déchus est un véritable feu d'artifice en plus d'être une course contre la montre dans laquelle nos membres de l'Agence des détectives armés doivent trouver le moyen de s'innocenter.

A ceci s'ajoute la très juste exploitation du personnage de Tachihara, membre des détectives qui jouait double jeu et qui les a récemment trahi. Se pose alors toute la question de sa personnalité, et force est de constater que celle-ci est ambiguë. Le fait de présenter le personnage face à de forts indices pouvant innocenter son ancien camp a du sens, ses tourments menant une grande part de richesse chez le membre des Chiens de chasse.
D'ailleurs, toute la possibilité d'innocenter nos héros fait office de vrai jeu de suspense, durant l'ensemble du tome. Chaque lueur d'espoir est constamment effacée par l'intrigue, laissant ensuite place à de nouvelles lueurs. Peu à peu, l'arc semble s'approcher de son dénouement, ce qui ira de pair avec le sort des détectives armés.

L'arc actuel de Bungô Stray Dogs conserve donc son rythme et son intérêt façonné par les multiples rebondissements, la succession de mystères et toute cette trame autour de la possibilité de tirer les détectives armés de ce mauvais pas. La fin du volume laisse croire qu'on se dirige vers la fin de l'arc, on espère alors qu'Ototo saura nous proposer le tome 19 avec un temps d'attente moindre.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.75 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News