Bloom into you Vol.1 - Actualité manga

Bloom into you Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 24 September 2019

Chronique 2

Bloom Into You est un nom que nous avons déjà entendu en 2018, avec l'adaptation animée du studio Troyca, disponible chez nous sur ADN. Mais à l'origine, il s'agit d'un seinen de Nio Nakatani lancé en 2015, et dont le 8e opus à paraître au Japon sera le dernier. Il n'y avait donc pas meilleur timing pour proposer le manga initial chez nous, titre que l'éditeur Kana a choisi d'intégrer à son label shôjo de part l'importance de l'aspect romantique de l'histoire. Un choix discutable, certes, mais qui n'enlève rien au plaisir de découvrir ce manga très attendu.

Yû Koito vient d'entrer au lycée. Contrairement à bien des filles de son âge, elle n'a jamais ressenti le frisson de l'amour. Ce bien malgré elle, d'ailleurs, puisque Yû aimerait savoir ce qu'on ressent lorsqu'on est amoureux.
Sans grande ambition dans son nouvel établissement scolaire, elle est invitée à découvrir le conseil des élèves. Là, elle fait la rencontre d'un de ses membres, Tôko Nanami. Yû aperçoit son mentor rejeter la demande amoureuse d'un garçon, et comprend que la jeune fille en est au même point qu'elle en terme d'amour. Une vraie lueur d'espoir pour Yû, jusqu'à ce que Tôko semble lui déclarer ses propres sentiments...

Bloom Into You interpelle rapidement dans sa manière de prendre le contrepied total de la comédie sentimentale scolaire. Dans ce premier tome, il n'est pas question d'une héroïne sur le point de tomber amoureuse, loin de là. Au contraire, elle ne sait pas ce qu'est l'amour, tandis que sa nouvelle amie et camarade du conseil des élèves, Tôko, va développer des sentiments amoureux pour elle. On comprend donc rapidement que Nio Nakatani, l'autrice, souhaite nous parler d'amour de manière différente. Yû semble aromantique, tandis que la première personne dont tombe amoureuse Tôko est du même sexe que la concernée. Un pitch de base audacieux et intéressant, mais qui prendra certainement son petit temps pour développer toute son ampleur.

Car si la relation entre Yû et Tôko est au centre du récit, et se montre même particulièrement touchante en plus d'être originale, une très grande partie de ce premier tome se consacre au quotidien des deux lycéennes au sein du conseil des élèves. Un côté routine qui permet de parler des deux héroïnes et de leurs tourments, et de les développer dans un contexte bien précis. Il en résulte un côté tranche de vie à l'atmosphère réussie, mais qui n'ira peut-être pas assez vite pour certains dans la manière d'aborder les orientations et doutes des deux protagonistes.

Un rythme un poil lent qui ne gâche pourtant pas vraiment le plaisir de lecture. Car Bloom Into You présente une certaine sincérité vraiment pertinente, et cherche souvent à sonner juste à travers ses deux figures centrales qui ne sont en rien des stéréotypes. La mangaka nous prend même à contrepied concernant Tôko, en démontant progressivement ces image de future présidente du conseil des élèves parfaites. Elle présente avant tous des humains qui sont pourvus de faiblesse, et qui s'épanouiront très certainement au contact des autres. C'est en ce sens très subtil, et il faut attendre la toute fin du tome pour apprécier pleinement ce parti-pris.

Visuellement, le style de Nio Nakatani correspond totalement à la fraîcheur de l’œuvre. Son très est fin et très expressif, tandis que chaque planche retranscrit parfaitement l'ambiance lycéenne de l'histoire. Le dessin de l'autrice aide énormément à ce plonger dans cette atmosphère, ce qui contribue indéniablement à la réussite de ce premier opus.

Finalement, on regrettera une édition un peu minimaliste. Certes il y a une page couleur, mais le papier extrêmement fin n'est pas de la meilleure qualité qui soit. Kana nous a habitués à mieux sur d'autres titres.
Néanmoins, la traduction d'Aline Kukor semble sans bémol, et retranscrit parfaitement l'ambiance du titre.

Alors, Bloom Into You s'offre une amorce plutôt lente, mais d'une très belle douceur grâce à ses deux héroïnes particulièrement attachantes, mais aussi complexe. Si les idées principales mériteront d'être davantage creusées, elles apportent déjà une intrigue qui sort des entiers battus dans le genre du manga de la comédie romantique lycéenne. Un très joli démarrage, donc, mais on attend que la suite confirme ce très bon potentiel.


Chronique 1

A l'automne 2018, on pouvait découvrir en simulcast sur la plateforme ADN Bloom in to you, un très bel anime qui a su charmer autant pour son récit d'amour entre filles fin et intelligent que pour son atmosphère globale et ses qualités visuelles. Près d'un an plus tard, il était sans doute temps de pouvoir découvrir en France la manga d'origine, et c'est enfin chose faite grâce aux éditions Kana !

Lancée en 2015 par les éditions Ascii Mediaworks dans le magazine Comic Dengeki Daioh (le magazine de Yotsuba&!, Tsukihime, les Petites Fraises..), la série s'achèvera en novembre dans son pays d'origine avec son 8e volume. Elle est l'occasion de découvrir pour la première fois en France Nio Nakatani, une mangaka dont ce fut la première série longue, mais qui officie depuis déjà quelques années sur des histoires courtes et des doujinshi, généralement dans son genre de prédilection qu'est le yuri. Par ailleurs, on peut souligner le statut un peu particulier de l'oeuvre: reconnue comme un yuri par pas mal de monde ou, au moins, comme un shôjo-ai, elle reste publiée dans un magazine "hybride" orienté shônen et seinen, et en France Kana a tout bonnement décidé de le classer shôjo. Comme quoi, une fois de plus, les catégorisations ne veulent pas forcément dire grand chose.

Yû Koito vient tout juste d'entrer au lycée. Entre son quotidien, ses discussions avec ses amies Akari et Koyomi, ou ses interrogations quant au club qu'elle pourrait éventuellement intégrer, elle démarre une vie lycéenne somme tout très classique de toute adolescente. Mais au fond d'elle subsiste un doute, un tourment: elle a beau être éblouie par les mots d'amour et les romances que l'on peut trouver dans les shôjo ou les films, elle n'a jamais ressenti elle-même le moindre sentiment amoureux, comme si c'était une chose qui échappait à sa logique. Cette problématique, elle se la pose d'autant plus au vu de son entourage: Akari qui est raide dingue d'un garçon depuis longtemps, des filles qui courent après des garçons, et surtout un précieux ami du collège qui, un mois auparavant, après la cérémonie de fin du collège, lui a fait une déclaration à laquelle elle n'a toujours pas trouvé comment répondre "non"... Son quotidien risque néanmoins d'être quelque peu bousculé par sa rencontre avec Tôko Nanami, une fille du conseil des élèves qu'elle a accepté d'aider en vue de la future élection du président ou de la présidente du conseil. La première rencontre a été marquante: Yû a tout bonnement assisté au rejet très franc d'une déclaration d'amour d'un garçon par Tôko. un énième rejet. Tôko l'affirme: aucune déclaration ne l'a jamais émue, elle qui est pourtant si convoitée. Et Yû a alors le sentiment que cette fille-là pourrait la comprendre. Elle lui demande alors conseil pour trouver comme rejeter la déclaration qu'elle a elle-même reçue un mois plus tôt, mais à l'issue de tout ceci Tôko va avoir des mots on ne peut plus étonnant...

D'emblée, le récit trouve facilement ses marques, de par la personnalité offerte aux deux héroïnes, qui ont tout simplement du mal au départ à ressentir ou à comprendre le moindre sentiment amoureux. Tôko préfère rejeter de façon franche les déclarations qu'on lui fait, tant celles-ci ne font pas papillonner son coeur. Mais c'est surtout Yû qui touche assez facilement ici: entre la peur de blesser le garçon qui lui a avoué son amour, la crainte de ne pas être "normale", l'incapacité de comprendre ce que veut dire exactement "être amoureux" ou "être spécial pour quelqu'un", son rapport au sentiment amoureux est compliqué, et il en résulte des sujets promettant d'être très intéressants. Tout simplement, on assiste à la rencontre entre deux adolescentes poussées à s'interroger sur ce sentiment, à se demander ce qu'est l'amour, à se questionner sur pourquoi on pourrait les aimer... Sujets que Nakatani emballe d'ores et déjà dans des premiers rebondissements un peu plus classiques du genre, entre le quotidien lycéen pour l'instant surtout occupé par l'élection du conseil, et des premiers petits émois amoureux encore maladroits et qui pourraient plutôt percer sur la longueur.

Cette part un petit peu plus classique, la mangaka en fait toutefois de jolies choses, ne serait-ce que pour son talent dans la mise en place, autour des deux héroïnes, de toute une petite palette de personnages secondaires déjà bien campés, entre les amies de Yû, sa famille, et les membres du conseil. Tous ont déjà leur petite personnalité les différenciant, et ils animent bien le récit. l'autre qualité provient du ton employé par Nakatani, un ton doux, presque posé, et légèrement poétique à travers certaines scènes où les héroïnes discutent ou s'observent.

Qui plus est, la patte visuelle est agréable à l'oeil, en particulier au niveau des décors qui sont très présents. Que ce soit le cadre du lycée, l'extérieur, la maison et la librairie de la famille de Yû... L'artiste soigne souvent beaucoup ses fonds, qui font partie intégrante de l'univers, et où elle offre aussi plusieurs petits jeux de lumière assez fins par le biais des trames. Les personnages ne sont pas en reste: au-delà de quelques très légers soucis de perspective sur quelques cases, on a des designs assez fins et doux, dont les expressions peuvent être par moments assez nuancées, si bien qu'il est facile de se laisser captiver par l'observation de ces jeunes filles en pleine interrogation et découverte d'elles-mêmes.

Tout compte fait, le seul petit reproche que l'on peut faire vient plutôt de l'édition, pas tout à fait à la hauteur de ce que l'on aurait pu espérer: en effet, l'impression laisse un peu à désireux, avec des petits problèmes de moirage assez réguliers et une encre pouvant baver légèrement. Heureusement les chose sont plus convaincantes au niveau de la traduction, assez limpide, et de la jaquette, fidèle à l'originale japonaise.

En définitive, Bloom into you s'offre ici une très jolie entrée en matière, un peu classique sur certains éléments, mais très bien portée par une ambiance délectable, une patte visuelle appréciable, une galerie de personnages secondaires réussis, et surtout deux héroïnes que l'on va beaucoup se plaire à suivre sur la durée, sachant que le meilleur reste à venir.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News