Black lagoon Vol.10 - Actualité manga

Black lagoon Vol.10

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 29 Septembre 2014

Lorsque l’on avait appris à la toute fin 2012 que Rei Hiroe allait bel et bien reprendre sa série, on avait eu toutes les raisons de se réjouir. Au final, cependant, il aurait presque fallu attendre deux ans de plus pour enfin voir débarquer un nouvel opus de Black Lagoon chez nous. L’attente fut longue, très longue, mais c’est avec un plaisir non dissimulé qu’on peut enfin se replonger au cœur de l’enfer dénommé Roanapur !


Etant donné que le précédent volume se concluait en terminant, superbement d’ailleurs, l’arc de Roberta, c’est donc au travers d’un tout nouveau chapitre de la série que nous entamons ce nouvel opus. Une bonne chose, évidemment, qui va nous permettre de nous y replonger en douceur. En effet, après la danse de la mort qui avait secoué la ville tout entière, le Lagoon pense enfin pouvoir souffler un peu. Cependant, le retour de Jane, qui file à présent le parfait amour avec Benny, va venir chambouler ce calme apparent. La jeune femme est là pour piéger une hackeuse chinoise qu’elle soupçonne de mener un double jeu : Feng Yi-Fei. Cependant, la faussaire ne semble pas être la seule à vouloir piéger cette nouvelle venue…


Si l’action avait été au cœur des précédents opus, ce dixième volume va quelque peu changer la donne. Et ce sera notamment dû au fait que, pour une fois, le nouveau personnage qui nous est présenté n’est pas spécialement un adepte du pistolet (même si notre petite hackeuse chinoise ne se privera pas de l’utiliser à tort et à travers lorsque l’occasion lui en sera donnée), mais plutôt du piratage. On va du coup se retrouver embrigadé dans une sombre histoire d’espionnage impliquant de multiples figures étrangères. Le tout sera un peu ardu à suivre, il faut bien l’avouer. Mais, en définitive, ce ne sera pas cela qui sera le plus prenant. Tout l’intérêt du tome viendra plutôt de l’utilisation que fera l’auteur de Feng Yi-Fei. Par son intermédiaire, on va en effet avoir l’occasion de se recentrer complètement sur le duo au travers duquel on suit la série depuis ses débuts : Rock et Revy. La hackeuse va en effet rapidement venir rappeler à notre bon souvenir ce qui avait amené Rock à rejoindre le Lagoon tout en venant permettant de mettre en avant les changements opérés chez lui depuis lors.


Bref, c’est un peu comme si l’auteur venait prendre un nouveau départ en se remémorant les fondations de son œuvre. On se trouve dès lors face à quelque chose qui contient son lot de fusillades, de jurons lancés à la pelle, et de grandes gueules qui jouent à la guerre, mais on est aussi confronté de manière plus intimiste à ce trio formé pour l’occasion. Hiroe prend le temps d'explorer les sentiments de ses protagonistes et leur relation. Du coup, d’autres personnages sont plus en retrait voir complètement absents. On pense à Dutch, Chang, ou encore et surtout Balalaika. Pour l’heure, ce n’est pas bien grave. Mais il est certain que leur retour sera attendu de pied ferme. Et à côté de cela, le duo Benny/Jane vient apporter un côté humoristique qui fonctionne plutôt bien. Tout cela fait que, même si on n’est clairement pas face au meilleur opus de la série, on en ressort avec une certaine satisfaction et une grande impatience de découvrir la suite. Qui viendra un peu plus rapidement, on l’espère !


Enfin, on notera avec satisfaction que la parution espacée des chapitres du présent opus ne se ressent pas au niveau du dessin. Rei Hiroe conserve tout son talent pour la mise en scène (bien que toujours de temps à autre un peu brouillonne au cœur de l’action) et son trait reste des plus efficaces. C’est d’autant plus appréciable que le mangaka a changé de technique au milieu du volume pour passer à un dessin entièrement numérique. Au niveau de l’édition, on notera avec plaisir la jaquette réversible qui nous est proposée. Et à côté de ça, Kaze Manga fournit du bon boulot, notamment par l’intermédiaire d’une traduction toujours soignée, permettant de nous plonger au mieux au sein de l’univers si particulier de la série.


Sans être absolument fracassant, ce retour de Black Lagoon se montre donc réussi. Peut-être plus qu’on aurait pu le croire après une si longue absence et les difficultés qu’a eues l’auteur à reprendre son récit, surtout après un épisode aussi fort que celui de la soubrette. Rei Hiroe se recentre de façon intéressante sur le duo emblématique de la série en utilisant intelligemment Feng Yi-Fei. On espère toutefois qu’il n’oubliera pas de faire revenir sur le devant de la scène les autres figures de proue de son œuvre. Mais quoi qu'il en soit, rien que retrouver le caractère de cochon de Two hands, c'est sacrément bon !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Shaedhen

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News