Black Butler Vol.23 - Actualité manga

Black Butler Vol.23

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 03 April 2017

De curieux événements subjuguent la population londonienne, nobles comme simples prolétaires. Des soirées organisées au music-hall attirent plus de monde semaine après semaine, Elizabeth n’est pas épargnée de même que les quatre anciens préfets du Weston College qui cherchent à expier leurs crimes. L’information n’échappe pas à la Reine qui demande à Ciel d’enquêter à ce sujet. Sur place, le limier de la Reine et Sebastian font face à un personnage surprenant tandis que, de son côté, Scotland Yard mène l’enquête sur des cadavres retrouvés… Quel sombre complot se trame-t-il au cœur de l’Angleterre ?

Le long arc de la Sorcière Verte étant achevé, place à une nouvelle intrigue centrée sur un énigmatique music-hall. Comme à son habitude, Yana Toboso entame les hostilités en créant un tout nouveau contexte aux mystères bien présent et à ce titre, ce tome parvient très vite à maintenir notre attention grâce aux nombreux événements énigmatiques qu’il dépeint. Évidemment, le lecteur de la série ne peut ne pas soupçonner quelques méfaits derrière ces festivités et le nouveau personnage de l’œuvre ne va rien arranger. L’énigmatique personnage qui domine sur la couverture, Bravat, attire tout de suite notre intérêt par bien des manières, dont une qui a de quoi surprendre et nous laisser croire que l’ampleur de cet arc sera beaucoup plus importante que prévu, quitte à s’étendre aux domaines mythologiques plantés dans l’œuvre jusqu’à présent.

L’enquête suit donc son cours dans ce tome vingt-trois, de manière aussi classique dans la forme que prenante dans le fond par les nombreux éléments nouveaux qui surviennent chapitres après chapitres. La mangaka a le don de faire monter la tension crescendo dans son œuvre et ce volume ne déroge pas à la règle, épaississant sans cesse le mystère avant de développer une hypothèse qui pourrait ne pas être la solution finale… On notera aussi une utilisation efficace des différents personnages dans ce début d’arc : celui-ci marque, en effet, le retour des charismatiques quatre anciens préfets du Weston College tandis que Sarivan, vedette de l’intrigue précédente, reste utilisée et ne compte pas être oubliée par l’autrice.

Évidemment, cette aura de mystère ne serait pas typique de Black Butler si un peu d’excentricité n’y figurait pas. La mangaka clame alors, à sa manière, un hypothétique amour des boys bands nippons à travers les quatre fameux préfets, présentés ici comme un véritable groupe d’idoles. Anachronie assumée de telle sorte à créer un décalage dans l’intrigue, le concept n’apporte rien, mais il permet d’apporter de la légèreté à l’œuvre là où on ne l’attend pas, une facette aussi farfelue que fut le joyeux mélange entre naufrage du pseudo Titanic et son invasion de zombies.

Et comme Yana Toboso est très habile pour susciter l’envie du lecteur de déguster la suite à la manière d’un thé dont on ne pourrait se passer, les dernières pages du volume apportent un twist appréciable, confirmant le retour d’un personnage vedette, mais aussi la vocation de cet arc à cibler les différentes créatures surnaturelles de l’univers…


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News