Baron Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 02 August 2019

« Vous qui vivez en parasites sur mon corps, n'êtes que des insectes... Vous qui écorchez ma peau, souillez mon sang, n'êtes que des insectes... Le temps est venu de prononcer ma sentence... »


Riku et Kowloon, les deux enfants de Gaïa, se livrent désormais un combat sans merci juste aux abords d'une centrale nucléaire, parfait symbole des dérives humaines sur Terre. L'un est partisan d'une renaissance, l'autre d'une destruction complète de l'espèce humaine, et la bataille qu'ils se donnent les pousse à utiliser plus d'énergie vitale que jamais, au point de vieillir toujours plus. Et tandis que ce conflit continue, le sort de l'humanité semble déjà scellé : la centrale explose et irradie les habitants à des centaines de kilomètres à la ronde, la nature se révolte, les scènes d'apocalypse de font de plus en plus intenses, et Mizuno ne compte aucunement renoncer à ses plans, quitte à embarquer Yôko vers le pire... Tout le monde semble impuissant, dans le fond. Et Baron, dans tout ça ? Désormais conscient de sa véritable nature que sa mère lui a révélée, il ne peut se résoudre à abandonner Yôko dans ce chaos, et choisit de foncer à sa rescousse. A l'heure où Gaïa livre son jugement sur l'espèce humaine, pourra-t-il faire quelque chose ?


Le moins que l'on puisse dire est que Noboru Rokuda sera parvenu à étonner quelque peu au fil de sa série, ce qui semblait être un récit SF à base d'ovnis ayant, dans ses derniers volumes, pris une tournure bien plus riche en développant des thématiques écolos intéressantes et importantes, quand on a conscience que ce manga a été dessiné il y a 25 ans et que rien n'a changé depuis. Cette sorte de bifurcation en cours de route ne s'est pas faite sans quelques rebondissements un petit peu hasardeux par moments, surtout vers le milieu de la série, mais globalement l'auteur a su très bien rattacher ses différents sujets et intensifier toujours plus le rythme et les enjeux, jusqu'à ce volume final qui ne cède à aucune facilité, dans la mesure où Rokuda enchaîne les scènes-chocs, les morts par dizaines dans un contexte de fin de l'espèce humaine haletant, et n'épargne rien à ses personnages afin d'appuyer de façon encore plus marquante ses messages. Bien sûr, avec le recul le récit n'apparaît pas forcément hyper original, car depuis un paquet d'oeuvres ont abordé la même chose, mais pour, l'époque il faut avouer que ce n'est pas mal du tout, d'autant que le mangaka livre quelques très bonnes idées, comme celle d'avoir fait de Gaïa, la Terre, notre planète, un personnage part entière.


Malgré quelques légères dérives vers le milieu de la série, Noboru Rokuda a donc su très bien retomber sur ses pattes, et enrichir efficacement son récit autour de thèmes écolos qui n'ont fait que s'intensifier, jusqu'à ce volume final apocalyptique très tendu et très bien mené. On gardera de Baron le souvenir d'une série qui a su se sortir du simple divertissement de science-fiction afin de développer bien d'autres choses, souvent de façon marquante. En somme, il s'agit dans l'ensemble d'une très bonne série, une de plus pour Noboru Rokuda après l'excellent Billy the Kid 21. Autant dire que l'on a plutôt hâte de voir les prochains titres que cet auteur que Black Box nous réserve !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News