Balade de Yaya - Intégrale (La) Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 24 March 2016

Yaya et Tuduo poursuivent leur périple à travers la Chine attaquée par les Japonais, pour retrouver les parents de Yaya. Désormais perdus sur une île, les deux enfants vont devoir réfléchir à comment poursuivre leur « balade », et trouver des adultes de confiance pour les aider… Mais y’en-a-t-il ?
L’intrigue développée ici est particulièrement poignante, car elle met en exergue (une fois de plus), les impasses que vivent les populations dans les pays en guerre. Enfants ou adultes, tous souffrent d’être martyrisés, soit par les occupants étrangers, soit par des personnes peu scrupuleuses qui ont recours à une forme d’esclavage moderne pour leur propre entreprise. Le monde de La balade de Yaya est triste, mais les yeux de Yaya et Tuduo brillent encore de l’espoir d’un avenir meilleur, et c’est ce qui rend cette bande dessinée si belle.

Tuduo et Yaya évoluent peu à peu, trouvant l’un de l’autre la meilleure personne de confiance. Aucun n’abandonne l’autre à son sort. Les auteurs souhaitent sûrement souligner, à travers ces deux personnages attachants, l’innocence et le courage des enfants. Si ce n’est, en soi, pas un message original, il est ici très bien amené et enrobé d’une telle beauté graphique que le manque d’originalité n’est en rien un problème pour apprécier l’œuvre.

En outre, le tome quatre contenu dans cette intégrale est particulièrement marquant pour quiconque apprécie les paysages marins et bleutés. La couleur est le point fort de Golo Zhao, et son utilisation des nuances de bleu pour le ciel, la mer et les fonds marins est tout simplement éblouissante. En plus d’être un joli conte, La balade de Yaya est presque un artbook, à n’en pas douter. D’ailleurs, à chaque tome, le scénariste met en scène un lieu ou une situation en particulier (« l’île » par exemple), et le dessinateur parvient à distinguer chaque tome graphiquement grâce à la couleur. C’est un procédé bien pensé et qui valorise la portée artistique de la bande dessinée.

Nous pourrions vous dire « vite, la suite ! L’intégrale des tomes 7 à 9, conclusion de la série ! » Mais il n’en est rien. La balade de Yaya est une lecture simple, puissante, et qui s’apprécie calmement.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Raimaru

18 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News