Baby-sitters Vol.17 - Actualité manga

Baby-sitters Vol.17

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 26 June 2019

Désireux d'inviter à l'aquarium la "jolie fille" vue à la crèche, Inui se retrouve à y aller avec Ryuîchi et Kotaro, ce qui le déstabilise encore un peu plus.
Suite à une remarque, la directrice décide d'acheter à Ryuichi un smartphone, qui va s'avérer pratique sur plus d'un point.
Les frères Nezu s'apprêtent à se rendre ensemble aux bains publics, mais quand Ryu et Kotaro finissent par les accompagner, Chukichi commence à avoir un comportement un peu bizarre qui ne lui ressemble pas.
Arrive ensuite l'heure du grand nettoyage de fin d'année à la crèche, mais comment faire quand Kotaro a peur de l'aspirateur ? Usaida a peut-être la solution...
Enfin, en voulant faire plaisir à sa maman adorée, Kirin commet une grosse bêtise en jetant un objet précieux dans la rivière... Pourra-t-elle être consolée et se faire pardonner ?

Tels sont les 5 nouveaux petits récits qui composent ce 17e volume de Baby-sitters, une série qui malheureusement tend à perdre petit à petit en charme à force de s'étirer... et ce n'est malheureusement pas ce nouvel opus qui va changer la donne.

En effet, une nouvelle fois, Hari Tokeino se contente de chapitres indépendants au format de plus en plus lassant, d'autant plus que les idées de base ne sont pas vraiment originales et que les chutes sont très faciles. Ajoutons à cela la difficulté de la mangaka à faire évoluer son petit monde, et on n'est plus très loin de définitivement se lasser. D'autant plus qu'une nouvelle fois le volume est assez court (moins de 150 pages), si on ne compte pas un petit chapitre bonus de 12 pages sympathique sans plus ainsi qu'un "manga de présentation" de 4 pages qui n'a aucun intérêt pour les lecteurs suivant les tomes depuis le début. Il s'agit d'un petit chapitre qui fut initialement publié au japon dans un autre magazine de l'éditeur pour faire connaître un peu plus la série, mais dans un 17e volume relié ça n'a aucun intérêt, si ce n'est celui de boucher un trou.

La lassitude guette donc toujours plus... mais elle n'est pas encore totalement là, surtout si on lit un volume à très petites doses. Certaines frimousses ont encore et toujours de quoi faire craquer, à commencer par Kirin dans le dernier chapitre. Et puis, même si'l n'y a pas vraiment d'évolutions ou de renouvellement, Haru Tokeino, même si elle n'en fait pas grand chose, parvient à glisser quelques brefs éléments sympathiques sur ses personnages: le fait qu'Inui ne se rend pas compte qu'il plaît à l'une de ses camarades de classe, la mise en avant de la famille nombreuse de Chukichi et de son lien avec son grand frère, ou encore le rôle du père de Kirin dans le dernière chapitre, un homme toujours aussi gaga de sa petite fille chérie et de son épouse adorée (même si elles ne le lui rendent pas toujours bien).

Dans l'ensemble, Baby-sitters suit donc sa routine sans que la mangaka ne se foule beaucoup. Ce n'est pas vraiment déplaisant, ça reste souvent très mignon, mais l'oeuvre apparaît de plus en plus lassante et vaine.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News