Autour d'elles Vol.6 - Actualité manga

Autour d'elles Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 29 December 2021

Chronique 2 :

Après avoir fait le point sur leur situation et sur leurs sentiments respectifs, et s'être interrogées sur ce qui était le mieux pour le petit Yûta, Maya et Michiru ont choisi de se remettre en couple, et de vivre ensemble comme une vraie famille pour le petit garçon. Maya a déjà tâché de mettre un terme à sa possible perspective d'avenir en couple avec le compréhensif Eisuke. Quant à Michiru, elle retourne enfin au travail avec envie et persévérance, et prend soin de rejeter la déclaration de Mochizuki, tout en veillant à ne pas le brusquer, à ne pas être méchante, à le remercier pour tout ce qu'il a fait pour elle et pour son enfant, lui qui a su "trouver la fille perdue" qui était en elle, ce qui lui a permis de repartir de l'avant. Tout semble alors en place pour que, enfin la vie reparte de plus belles pour chacun(e), dans une atmosphère toujours bienveillante, toujours chaleureuse malgré les moments plus doux-amers. Ce qui permet aussi aux deux femmes de continuer à se confier et à se découvrir un peu plus. Que ce soit en parlant de la place exacte d'Atsuko par rapport à Yûta. Ou, surtout, en évoquant certains souvenirs du passé, notamment ceux liés au soudain départ de Michiru sans donner de nouvelles autrefois, ou sur la fois où certaine dernière dit à Maya que Kei emménageait avec son copain, copain que désormais elles ne connaissent toutes les deux que trop bien... Et copain qui sera au coeur de toute la dernière ligne droite de l'oeuvre.

Car à présent, quelle est la place de Nico dans tout ça ? Maintenant que Yûta, le fils de celui qu'il aimait, est entouré d'une famille plus solide avec deux mamans aimantes, le jeune acteur se dit qu'il n'est plus utile ici, qu'il est en quelque sorte "relevé de ses fonctions". Il affirme tout ça sur un ton assez insouciant qui lui est plutôt caractéristique, mais dans le fond, que ressent-il réellement ? Le déclin survient quand, en apprenant accidentellement les circonstances exactes de la mort de Keiichi, le jeune homme reçoit un choc qui finit par laisser apparaître toutes ses émotions les plus noires, qu'il gardait au fond de lui depuis tant d'années. Si bien qu'un jour, il disparaît à son tour...

Autour d'elles est une série qui porte parfaitement son nom: bien que Maya et Michiru soient les deux personnages centraux de l'oeuvre, Shino Torino a pris soin, depuis le début, de développer soigneusement chacune des figures occupant plus ou moins fortement leur vie, de Mochizuki à Eisuke en passant, bien sûr, par leur centre d'attention, l'adorable Yûta. Mais à présent qu'une issue positive a été trouvée pour nos deux héroïnes, c'est donc sur le troisième "parent" du petit garçon que se focalise la dernière ligne droite. Car derrière son apparente insouciance mêlée à la mélancolie liée à son souvenir de Keiichi, il restait bien des choses à traiter sur le jeune acteur, qui a longtemps enfoui en lui des émotions qui, ici, finissent par ressurgir de la plus dure de manière, en voyant le jeune homme rongé par un sentiment de culpabilité injustifié mais impossible à réfréner, au point de le pousser à vouloir commettre le pire. L'ambiance, assez dramatique, brille pourtant surtout pour un aspect que la mangaka a, depuis le début de la série, particulièrement su sublimer dans les bons moments comme dans les instants les plus tristes: les relations, les liens unissant tous les personnages de l'oeuvre. Ainsi voit-on mieux, à tour de rôle, la façon exacte dont Nico considère le fils de son grand amour disparu, mais aussi toute l'importance qu'a pris le jeune homme pour Maya et Michiru bien sûr, mais aussi et surtout pour Yûta lui-même, le petit garçon habituellement si calme étant le premier à affirmer fortement, avec toute sa candeur enfantine, vouloir le retrouver. Et enfin, il ne faut surtout pas oublier Kei, un garçon qui, même s'il est décédé depuis des années, imprègne pour toujours le souvenir et la vie de celles et ceux l'ayant connu, en tête Nico, Michiru et son fils Yûta.

A l'arrivée, chaque personnage aura été particulièrement bien abordé de façon très humaine, tous les principaux axes auront trouvé une issue, et Shino Torino aura su croquer à merveille, avec autant de douceur que de chaleur ou de mélancolie, les liens unissant ses personnages, si bien qu'on a le sentiment qu'Autour d'elles ne pouvait s'offrir plus belle conclusion en seulement 120 pages. 120 pages, oui, car c'est au bout des deux premiers tiers que la série s'achève... ou presque, car le dernier tiers du tome nous gratifie de deux chapitres extras qui sont loin d'être anodins en formant une véritable suite, le premier chapitre esquissant quelques détails supplémentaires sur les perspectives de chacun des principaux personnages, tandis que le deuxième offre une sorte d'épilogue touchant en consolidant encore un peu plus le lien père/fils entre Kei et Yûta, et en ayant l'excellente idée de placer en personnage principal une Hiyori qui a bien grandi, preuve que l'autrice n'aura décidément négligé aucun personnage jusqu'au bout.


Chronique 1 :

Les récents déboires ont permis à Maya et Michiru de se confronter, face à face, puis de s'ouvrir l'une à l'autre. Leurs sentiments respectifs sont dévoilés, et c'est dans ce contexte que les deux jeunes femmes se sont choisies, ne dénigrant plus ce qu'elles ressentent. C'est du côté de Nico que de nouveaux tourments arrivent : Maintenant que Maya et Michiru sont de nouveau ensemble, ce dernier s'éloigne soudainement...

Après cinq premiers volumes qui nous ont porté aussi bien pour la douceur tendre qui s'en dégageait que ses intrigues sociales et sentimentales, il est déjà temps de saluer une dernière fois la poignante tranche de vie de Shino Torino qu'est Autour d'elles. Imaginer ce qu'allait proposer ce dernier volume n'avait rien de simple puisque la fin du cinquième tome bouclait l'intrigue amoureuse principale, réunissant les deux héroïnes dans les bras l'une de l'autre après avoir décortiqué justement et de manière complète leurs parts d'ombre respectives.

Le lecteur n'a pas vraiment le temps de profiter du bonheur retrouvé par Maya et Michiru qu'un autre événement fort survient. Nico, personnage récurrent extrêmement attachant, est au centre de cet « arc final », et à juste titre. Jusqu'à présent, le défunt Keiichi servait de connexion distante entre les personnages mais gardait certains mystères quant à ses relations véritable avec Michiru et Nico. En levant le voile sur le personnage pour débarrasser le récit de toute zone de flou, l'autrice amorce les tourments de l'acteur, dévoilant ses remords au grand jour. Dès lors, l'intrigue prend une tournure plus sombre et bien plus dramatique que ce que nous avons pu voir. Nico, cette figure si joviale, nous est montré sous un tout autre aspect. Ici, l'idylle entre les deux héroïnes n'est plus le point central, le dernier volume décortiquant alors la véritable teneur des relations qu'entretenaient les personnages avec le papa de Yûta. Une connexion que Shino Torino a attendu de faire éclore, à juste titre étant donné que ce développement permet à l'intrigue de trouver un point d'orgue puissant et juste.

Car traiter l'état d'esprit de Nico n'est pas seulement efficace pour créer une atmosphère idéale pour le finale. En développant cette idée comme climax de la série, la mangaka met en relief les problématiques de toute la série. Autour d'elles, depuis ses débuts, a certes planté une tranche de vie centré sur un foyer à part du point de vue de la société japonaise, mais l'œuvre a aussi brassé énormément de sujets comme le deuil et d'autres thèmes liés à la complexité des relations humaines tels que le doute, le remord ou le regret. Parler de manière sincère de Keiichi a une efficacité pour découvrir vraiment les personnages, justifier l'évolution globale de leur histoire, mais aussi cristalliser tous ces propos qui prennent du sens. Aussi, l'union entre Maya et Michiru concrétise bien le chemin parcouru, et le constat que les doutes sont maintenant dissipés. Couplé à un final fort et qui laissera planer un certain doute jusqu'au bout, la conclusion d'Autour d'elles est assez puissante mais aussi juste aussi bien en terme d'écriture que dans sa capacité à rester fidèle avec les ambiances abordées depuis le premier chapitre.

Ainsi s'achève la tranche de vie sentimentale, légère, sociale et dramatique de Shino Torino, première œuvre de la mangaka que nous aurons pu lire. Cet ultime volume s'enrichit de deux chapitres bonus en guise d'épilogue, deux suppléments particulièrement agréables dans leur approche de « l'après », notamment en ce qui concerne des figures comme Yô ou Hidesuke, mais aussi sur le devenir de Yûta que nous voyons devenir un adolescent capable de se confronter à tout ce qui a été narré dans la série. Loin d'être des bonus de remplissage, les deux chapitres ont un intérêt indéniable.

La fin d'Autour d'elles laissera un certain vide tant la série nous a happé. On espère maintenant qu'Akata aura l'occasion de nous proposer d'autres récits de l'autrice, tant on aimerait revoir Shino Torino avec ses autres histoires.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News