Autour d'elles Vol.3 - Actualité manga

Autour d'elles Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 25 November 2020

Michiru a sympathisé avec M. Mochizuki, l'instituteur de Yûta. Constamment effrayée par l'idée d'être une nouvelle fois abandonnée, Maya voit cette relation naissante d'un mauvais œil, au point d'en faire des cauchemars. De son côté, Michiru reste inquiète par la proposition de mariage faite par Kuwabara à sa colocataire. Et comme si ça ne suffisait pas, son nouveau poste à responsabilités lui cause bien des tracas, notamment parce qu'elle entend des ragots la concernant. En perte de confiance, la jeune maman est au plus bas moralement. C'est alors que Mochizuki lui apporte l'aide dont elle avait besoin, tandis que sa relation avec Maya se fragilise jour après jour...

Si les deux premiers volumes de la série de Shino Torino ont traité une ambiance très feel good et pleine de douceur grâce au foyer atypique formé par Maya, Michiru, l'adorable Yûta et ponctuellement l'attachant Nico, une rupture semble s'opérer sur cette suite, une patte plus obscure amenée par une cassure qui se fait de plus en plus vive au fil des pages. Car ce troisième tome, dans sa narration, propose une véritable scission : Si les débuts présentaient le quotidien de Maya et Michiru comme un tout, la mangaka narre ici deux segments parallèles, qui se croisent pourtant, mais qui semblent devenir de plus indépendants l'un de l'autre, ce qui est lourd de sens par rapport au développement apporté aux deux héroïnes.

Alors, le focus est principalement fait sur Michiru et les troubles qu'elle va connaître suite à l'acceptation de sa promotion. Une ascension dont la jeune maman n'était pas forcément prête, et qui va justifier son rapprochement avec Mochizuki, qu'on voyait certes un peu venir depuis l'opus précédent. Le parallèle avec la relation entre Maya et Kuwabara est donc évident, aussi la structure narrative se révèle véritablement astucieuse et permet aussi bien à Michiru de s'affirmer, tout en traitant en profondeur les souffrances internes des deux jeunes femmes. Car Maya n'est jamais oubliée, ses inquiétudes non plus d'ailleurs, celles-ci prenant plus de sens grâce à quelques informations distillées ci et là. Et tandis que Michiru cherche à s'affirmer le mieux possible dans sa profession, la relation humaine principale s'effrite, dévoilant un enjeu clair : Est-ce que Maya et Michiru pourront le braver, s'ouvrir l'une à l'autre, s'accorder une véritable confiance mutuelle et se rabibocher ? La conclusion du volume y répond... En partie. Elle jongle entre optimisme et notes plus mélancoliques, achevant l'opus sur une certaine surprise. Evidemment, puisqu'il reste encore trois tomes après celui-ci, la trame a largement le temps de revoir sa direction. Mais tout ceci laisse croire que cette ambiance plus dramatique ne s'écartera pas de la suite.

Et si tout ceci paraît dense, ce n'est pas la seule optique de ce troisième tome, assez riche dans son intrigue et dans son propos. L'autrice reste alors fidèle à la thématique forte de son récit, vouée à casser les codes familiaux préconçus. Mais parce que le tome est un peu plus sombre, c'est la vision négative d'individus moins ouverts d'esprit qui prime en ces pages, une étape douloureuse pour nos héroïnes mais indispensable pour montrer que la société a besoin de progresser et de s'ouvrir. Tout n'est pas toujours tout noir, heureusement, quelques notes plus positives à ce sujet étant distillées ci et là, quelques moments optimistes dont le volume a besoin.
Enfin, c'est toute la question sur le père de Yûta qui est aussi mise en avant, sur quelques légers instants. Cette optique du récit demeure encore discrète, et semble surtout servir le personnage de Nico qui mériterait de s'affirmer davantage. Reste à voir ce que Shino Torino fera de cet aspect de l'intrigue, sur la seconde moitié de son manga.

La mangaka a donc beaucoup à dire et à traiter dans un troisième opus surprenant par sa direction, moins enthousiasmante et un peu plus propice à la mélancolie, mais toujours savoureux pour ses développements et ses réflexions. Un opus moins feel good mais dense et marquant, qui laissera curieux de découvrir la suite du quotidien de Maya et Michiru, plus fragile que jamais.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News