Atrail Vol.4 - Actualité manga

Atrail Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 18 October 2019

Le combat contre Kanan achevé, Iori et sa "mère" Kozue peuvent enfin rentrer chez eux et reprendre leur quotidien normal... enfin, du moins, c'est ce que notre héros aurait aimé, mais il n'est pas au bout de ses peines, entre les leaders de la secte qui sont désormais à ses petits soins... et, surtout, le dénommé Eduardo Von Rothschild qui a profité de la situation pour lancer son mouvement de réunification de l'humanité. Son nom: l'Alliance du progrès. Son premier objectif: faire sienne le Régime et l'Innovation.

Les conséquences de la création de ce nouveau groupe politique, prenant d'emblée le contrôle de la planète dans un important bouleversement politique, risque fort d'animer toute la deuxième moitié de la série, et cela dès le début en contraignant forcément les membres du Régime et de l'Innovation à faire un choix crucial: soit rallier l'Alliance, soit rester fidèle à Iori. Si le cas de Ruri, le petit frère d'Iori, ne fait aucun doute, les auteurs jouent un tout petit peu la carte du suspense concernant Faï. Se sentant toujours inutile, souvent reprise à cause de ses maladresses et de son manque de contrôle de sa force herculéenne, cette jeune fille devenue attachante est en plein doute. Alors comment réagira-t-elle quand le "Quintette", groupe de 5 personnes au service de l'Alliance et affirmant pouvoir communiquer avec l'Atrail, viendra lui proposer de rejoindre cette nouvelle structure politique ? Ici, Faï se voit testée, aussi bien dans sa fidélité à Iori que dans sa (non)capacité à faire des choix par elle-même. Ca reste basique dans le traitement, mais tout de même efficace. Toutefois, le cas restant le plus ambigu est celui d'Amadeus, qui s'est constitué prisonnier, mais qui cache peut-être d'autres choses... Honnêtement, il n'y a aucun suspense quant à son choix, que l'on voit bien venir. En revanche, les auteurs en profitent assez bien pour présenter les raisons de son choix, à travers un petit flashback présentant son passé, les douleurs que sa vision de la justice ont pu provoquer, ainsi que la relation de confiance qu'il a bâtie avec Ruri. Un flashback arrivant à point nommé, juste avant une trahison mortelle qui fait alors assez bien son effet et qui relance d'autant plus la tension dans une fin de volume assez palpitante.

Cet aspect-là du récit est donc assez efficace ici... mais en dehors de ça, qu'y a-t-il à retenir de ce volume ? Hé bien, hormis quelques donnes supplémentaires sur le passé de l'Atrail, sur le nouvel antagoniste qu'est SEMWL (paie ton nom) et sur son vrai but au sein de l'Alliance (des éléments tous présentés en fin de tome) pas forcément grand chose, car entre le début et la fin du volume, c'est certes sympathique à lire, mais pas forcément palpitant. Le "Quintette", y compris Rhapsodie, s'avère peu intéressant et trop vite présenté, tandis que la demande étonnante de Jin est traitée à la va-vite, et que le petit passage à la plage semble presque hors-contexte, surtout avec sa très légère pointe d'érotisme qui est amenée n'importe comment, sans se justifier, juste parce que Rhapsodie a envie d'exposer les boobs de ces demoiselles. On devine bien que les auteurs cherchent là à conserver encore la part de tranche de vie fraîche qui a parfois animé les tomes précédents, mais cette fois-ci c'est trop forcé.

Ce volume n'est donc pas toujours passionnant, il a ses quelques petits coups de mou, et pourtant le début amène de nouvelles donne intéressantes, tandis que les dernières dizaines de pages ravivent efficacement les enjeux et la tension dramatique. Il n'y a plus qu' à espérer que les promesses entrevues se confirment dans les deux derniers tomes !
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News