Atelier des sorciers (l') - Collector Vol.4 - Actualité manga

Atelier des sorciers (l') - Collector Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 04 April 2019

"Je ne renoncerai pas à ce que je suis."

Tandis qu'Agathe se prépare à passer le deuxième examen du monde des sorciers qui, si elle le réussit, l'autorisera à pratiquer la magie devant les "ignorants", Kieffrey à fort à faire avec l'une de ses autres disciples: Trice. Là où Coco ne cesse de montrer de la curiosité, adore dessiner autant que regarder les dessins magiques, et affirmer même certaines de ses qualités spécifiques comme ses dessins très francs, Trice, elle, tend à ignorer les conseils de son maître, se ferme à certaines méthodes d'apprentissage essentielles, parfois de façon assez virulente... C'est ainsi qu'à l'heure où le deuxième examen arrive enfin, Kieffrey y inscrit Trice sans le lui dire, ce qui ne manque pas d'énerver la jeune fille ! Tandis que Coco et Tasha resteront à l'extérieur avec Kieffrey pendant l'examen, Agathe et Trice, sous l'oeil de l'examinatrice Alyra, iront donc passer leur épreuve à la grotte du serpent, en compagnie de Yinny, maladroit apprenti d'un autre sorcier, pour une mission de protection d'animaux qui s'annonce délicate au sein de de cette grotte bourrée de magie piégée et vestige du passé. Mission d'autant plus délicate que, bientôt, de très dangereux imprévus vont s'y mêler, la sombre Confrérie des Capuchons se mêlant à la fête...

Parle de ce volume en seulement quelques lignes s'avère complexe, tant Kamome Shirahama y propose de nombreuses richesses, à commencer par son travail sur certains personnages en particulier. Il y a bien sûr Coco qui continu d'apprendre et d'évoluer en trouvant ses propres qualités et en faisant toujours montre d'une adorable curiosité, mais notre héroïne n'est, cette fois-ci, pas forcément autant en vue que certains de ces camarades. On pense en premier lieu à la fillette s'affichant sur la jaquette de ce tome: Trice, qui était sans doute jusqu'à présent l'apprentie la plus discrète de Kieffrey, et qui a enfin droit ici à une plus forte mise en avant, tout d'abord en paraissant un peu comme l'élément difficile parmi les protégées de Kieffrey. Elle tend à facilement se replier sur elle-même, refuse d'exercer la magie des autres, veut avant tout développer sa propre magie sans forcément prendre exemple sur d'autres, et cela témoigne en elle d'un besoin essentiel: elle veut exprimer ce qu'elle est dans son entièreté, refuse de se laisser "corrompre" par des magies qui ne lui appartiendraient pas. Mais pourquoi est-elle ainsi ? On le découvrira brièvement via quelques éléments de son passé, juste évoqués rapidement mais qui laissent largement comprendre l'origine de son caractère. Autant dire que le caractère de Trice risque de faire quelques étincelles aux côté des deux autres participants à l'examen. Tout d'abord Agathe, qui confirme qu'elle a tout de même bien évolué depuis les débuts de la série, notamment grâce au contact avec Coco. mais aussi le nouveau venu de ce volume, Yinny, disciple de Cuckrow, un sorcier qui, à force de le voir échouer à l'examen, ne lui accorde plus aucune estime et ne le met aucunement en confiance. Cuckrow apparaît donc bien différent de Kieffrey, qui prend soin de pousser ses apprenties vers l'avant et à essayer de leur faire trouver leur propre voie, et l'autrice évoque alors ici l'importance de bien accompagner les jeunes quand on est leur formateur. Yinny pourra-t-il s'en sortir avec un tel maître ? Ce jeune garçon n'a aucune confiance en lui, se sent nul... mais peut-être qu'au fil de l'examen, au contact de Trice et d'Agathe, il pourra enfin montrer certaines de ses propres qualités.

Au-delà de son excellente exploitation des personnages, Shirahama ne rate jamais une occasion d'offrir des messages justes et forts, on en a déjà vu quelques-uns dans le paragraphe précédent, mais il faut aussi parler d'une idée qui devient essentielle ici: l'importance de trouver sa propre voie et de l'affirmer, car chacun a ses propres qualités. Il y a beau n'y avoir qu'un chemin, il y a forcément plusieurs solutions pour le parcourir, différentes voies à suivre, et nos jeunes héros le montreront bien pendant l'examen.

Examen qui a également pour intérêt d'éclairer encore un peu plus de choses sur le passé du monde, la grotte du serpent étant le vestige des sorts interdits lancés avant le jour de la conjuration. Le lieu possède un espace-temps déformé qui est l'occasion pour la dessinatrice d'offrir quelques belles trouvailles graphiques, mais il recèle aussi quelques funestes secrets liés au peuple qui y habitait autrefois, celui de la cité de Romonon, qui, à force d'isolationnisme, de condescendance et de mépris pour les autres peuples, a précipité sa propre perte... Peut-on vraiment qualifier telle ou telle personne d'inutile ? On entrevoit ici une facette beaucoup moins belle de la magie, une facette plus sombre, en totale opposition avec la vision que Coco a de cette magie, qu'elle considère toujours comme vouée à rendre heureux les gens et à colorer le monde.

Mais ce que l'on apprend de Romonon n'est pas le seul élément venant assombrir quelque peu le récit, dès lors que, dans la dernière partie du tome, revient planer sur nos héros l'ombre de la Confrérie des Capuchons, qui se fait plus dangereuse que jamais, et dont les motivations sont toujours aussi inquiétantes, surtout concernant le rôle futur de Coco et certains éléments sous-entendus concernant Kieffrey. Une dernière partie de volume se refermant, par ailleurs, sur un événement assez terrible, qui donne très, très envie de lire la suite au plus vite... mais il faudra être très patient, le tome 5 n'ayant toujours pas été annoncé au Japon !

Enfin, il reste évidemment la patte visuelle de Shirahama, toujours aussi exquise, riche, bourrée de motifs enchanteurs, ravissant dans ses éléments de bestiaire comme les loups écailleux et surtout les merffons (des sortes de griffons vivant en bord de mer), brillant dans ses designs de décor... L'imaginaire de la mangaka reste un véritable régal, que ce soit dans le fond ou dans la forme.

Notons qu'une nouvelle fois, Pika Edition gratifie la série d'une belle édition collector, et on espère désormais que cela sera le cas pour chaque volume, au moins pour les jaquettes alternatives afin de ne pas avoir une collection dépareillée ! Celle de ce tome présente une Trice aussi élégante que mignonne, et bien sûr comme toujours le verso propose la jaquette standard. En guise de suppléments, pour 4€ de plus que l'édition standard on a droit à une boîte de 12 crayons de couleurs de qualité supérieure. Bien sûr, la boîte est aux couleurs de l'Atelier des Sorciers... tout comme les crayons, qui possèdent tous une dorure reprenant l'un des symboles magiques de la série. Il ne s'agit donc pas de crayons lambda, mais bien d'un joli petit goodies pour les collectionneurs. Et si vous souhaitez utiliser ces crayons, on trouve également dans cette édition 8 illustrations en noir et blanc à colorier. Il ne tient donc qu'à vous, comme Coco, d'utiliser votre "magie" pour "colorer le monde".
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News