Appare Jipangu Vol.1 - Actualité manga

Appare Jipangu Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 08 December 2008

« Appare Jipangu ! » est né au milieu de la série bien connue « Ayashi no Ceres » de Yuu Watase. On peut comprendre que la mangaka ait souhaité se détacher de l’univers sombre, torturé et dramatique d’une de ses œuvres principales … Il est donc normal de constater que le principal but de Watase, avec « Appare », est de mettre en place cet humour omniprésent qu’on connaissait déjà de « Fushigi Yugi ». Ainsi, l’auteur propose trois petits tomes (qui ont quand même mis 5 ans à paraître !) divertissants et surtout légers, à travers une histoire qui nous marque par sa banalité et son évidence. En bonus, deux petites histoires en fin de tomes 1 et 3, dont celui du tome 3 qui nous introduit à Alice 19th … Et le premier qui ressemble plus à l’univers sombre d’ « Ayashi no Ceres » …

L’auteur nous entraîne donc dans le temps pour revenir à l’époque Edo, idée proposée par son responsable comme un défi lancé à la mangaka. Qui le relève d’ailleurs en gardant l’ambiance, les décors et les habits de ce temps révolu, sans toutefois en conserver toute l’authenticité … Yusura, la jeune héroïne de 15 ans, s’est trouvée abandonnée à sa naissance, accompagnée en tout et pour tout d’un bâton à la propriété étrange de retourner la tristesse des victimes contre leurs bourreaux … En chemin dans sa quête de la justice, elle rencontrera un jeune homme qui s’attachera à elle et l’accompagnera dans ses aventures, ainsi qu’une multitude de personnages secondaires qui la soutiendront ponctuellement.

Ce tome 1 nous introduit au caractère particulier de l’héroïne : à la fois garçon manqué et finalement sensible, Yusura nous rappelle Miaka de « Fushigi Yugi », par sa décontraction, et l’humour bien involontaire qu’elle ramène avec elle … Mais « Appare », même s’il a un goût de déjà vu par les graphismes parfois enfantins, se démarque par l’absence de longueurs souvent lourdes que l’on retrouve dans FY … Si l’histoire n’est pas vraiment recherchée, on peut se consoler en relevant les propres dires de Yuu Watase au sujet de la série, qu’elle qualifie de « simplette ». Chaque chapitre raconte effectivement un épisode indépendant. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que Yusura et ses amis parviendront à leur fin sans réels obstacles, la question est ici de savoir par quels moyens … De plus, chaque histoire développe les personnages à sa manière (Samon qui se rapproche de Yusura, par exemple), au travers de comédies délirantes dans lesquels, même aux moments les plus sérieux, on trouve toujours un protagoniste pour lancer une ânerie (Minékichi, la plupart du temps). Chaque page possède son lot d’humour, que ce soit sous forme de Super Deformé, ou SD (personnages ridiculement réduits aux traits exagérément expressifs) ou de remarques saugrenues de l’auteur.

Une série qui démarre sur les chapeaux de roues ! Prions pour que la suite ne s'émousse pas !


NiDNiM


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News