Alive Last Evolution Vol.21

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 August 2014

Avec l'arrivée de Katsumata sur les lieux, l'affrontement final contre Hirose peut désormais avoir lieu, mais un drame frappe déjà Meg, Nami et les autres : devant eux, Taisuke vient visiblement d'être désintégré par Hirose, et seul son bras, arraché, subsiste, gisant sur le sol...
Nous reposions le tome 20 d'Alive Last Evolution sur cette image-choc, annonciatrice d'un final intense et peut-être surprenant. Il faudra toutefois relativiser un peu.

Intense, la dernière ligne droite de la série l'est, sans aucun doute, principalement grâce aux dessins léchés d'Adachitoka, mais aussi grâce à une histoire qui exploite de bonne manière les portes qu'elle s'est ouvertes. Pendant que la tension est entretenue par la menace de la bombe atomique américaine, le face à face contre Hirose prend une tournure donnant beaucoup plus dans le psychologique que dans l'action pure (à vrai dire, vous n'aurez aucun vrai long combat dans ce final), Tadashi Kawashima explorant les blessures passées et l'envie de détruire le monde de Hirose, la décision difficile de la présidente américaine, le souhait de Katsumata, les actes des civils face à la bombe, le choix de nos héros face à la proposition de Mitama... pour présenter différents cas de personnes se confrontant à la mort, et pour soulever de nombreuses questions sur notre rapport à la vie et à la mort. Vouloir sauver un maximum de vies peut-il justifier de tuer ? La mort est-elle forcément une chose mauvaise ? Sans elle, la vie aurait-elle la même valeur ? Qu'est-ce que vivre ? A travers ses personnages, le scénariste nous invite à réfléchir, sans donner la moindre réponse claire. A chacun de se forger un réponse.

Avec son final, la série se pare donc bel et bien d'une dimension assez étonnante... pendant que l'histoire en elle-même, elle, n'étonne en rien dans ses derniers rebondissements, globalement assez gentillets, plutôt prévisibles, voire un peu naïfs (le discours final de la présidente américaine) mais bien menés. On a affaire à une conclusion classique de l'histoire (certains pourraient même être tentés de dire "tout ça pour ça ?"), jusqu'à un dernier chapitre qui toutefois soulève avec beaucoup de justesse et de mélancolie des blessures qui ne se refermeront peut-être jamais totalement, et avec lesquelles il faudra vivre.

Quasiment six ans et demi après la sortie du premier tome chez nous, Alive LE trouve enfin sa conclusion. Parfois un peu longuette ou étirée, la série n'a toutefois jamais réellement déçu et a toujours pu compter sur une ambiance réussie, sur des dessins très plaisants et sur une narration quasiment exemplaire. Et si la conclusion est de facture assez classique, elle existe bel et bien, est suffisamment aboutie, et est élevée par les interrogations sur la vie et la mort que Tadashi Kawashima a de plus en plus glissées au fil des volumes.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News