20th century boys Vol.19 - Actualité manga

20th century boys Vol.19

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 23 April 2010

Dans ce tome, on oublie un peu tout ce qu’il s’est passé avant pour s’attarder sur Joe Yabuki, le fameux guitariste nonchalant qui se dirige vers Tokyo avec la ferme intention d’y entrer. Et ce malgré la muraille, malgré les interdits. Muni d’une guitare, d’une chanson et du talent d’un mangaka que l’on connait bien, Joe se dirige, imperturbable, vers la douane, tandis que les habitants se désespèrent de retrouver leurs familles à Tokyo, que Chono est recherché et que quelqu’un dans la tour de garde semble le considérer comme un adversaire à sa mesure. Il ne faut pas longtemps à cet homme aux lunettes noires pour arriver à passer, sans problème, puis à revenir tout aussi facilement. C’est alors qu’il réussit l’exploit de libérer tout le monde de la peur ressentie face à l’interdit et le danger de la muraille. Alors que tout le monde le voit comme un héros sorti de nulle part, le mystérieux personnage préfère se considérer comme un justicier qui a mis du mal à revenir mais s’accroche maintenant à ce qu’il considère comme son devoir.

On l’a dit, tous les autres personnages sont pratiquement oubliés, à part quelques passages où l’on retrouve une certaine pro du bowling … Et cela manque un peu. Ce tome ci est un volume de transition, où le calme s’installe malgré quelques pics de tension, où la narration fait une pause. Après tout, la révolution ne peut pas surgir de chaque page ! Mais voilà, le tout parait presque vide quand on connait la puissance de certains passages du récit d’Urasawa. Et la puissance par le calme n’a qu’une portée limitée. Bref, on espère que cette fois ci les bases d’une nouvelle ère sont posées, et que l’auteur peut embrayer sur sa fin qui devrait se profiler avec plus de conviction que cela … Avance, Joe Yabuki. Avance vers Tokyo et porte les espoirs des lecteurs. Après tout, une aussi grande série ne peut pas se complaire dans une passade de transition. D’autant plus que la détermination de Kana ne nous laisse pas de marbre, et promet des derniers volumes tout à fait remarquables ! Un petit moment de vide, donc, qui dure trop longtemps, mais qui apporte une certaine fraîcheur et des éclaircissements intéressants, même s’ils font office de détails. Urasawa case ici la vague explication de l’évolution d’un personnage oublié …


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News