One Room - Saison 2 - Actualité anime

One Room - Saison 2

Critique de l'anime : One Room - Saison 2

Publiée le Mercredi, 10 Octobre 2018

Après une première saison, One Room revient sur le devant de la scène durant l’été 2018. Sans expliquer le contexte, l’anime garde son concept initial avec un scénario basé sur le principe de l’Otome Games.



Si nous prenons en compte le contexte japonais actuel, démographiquement en déclin, nous pouvons voir One Room comme une série voulant encourager les rencontres. Mais est-ce vraiment utile ?

En reprenant l’idée des jeux de drague, l'anime se pare de la mise en scène très particulière, qui nous avait déjà horrifié durant la première saison. Malheureusement, la caméra nous oblige, une fois de plus, à voir les scènes au travers du regard du personnage principal. Un homme, populaire auprès de quelques femmes.

Durant des épisodes très courts, de 3 minutes, nous découvrons ainsi quelques tranches-de-vie.



Déjà, dans les résumés proposés par Crunchyroll, le héros de cette histoire est décrit comme un pervers et nous y sommes associés, malgré nous. Ce n’est guère flatteur et la coopération n'est pas toujours évidente. Malheureusement, ses propos étant toujours inaudibles, nous sommes obligés de nous mettre à sa place en reconstituant les dialogues.
Le mutisme de la première saison devient alors insupportable.



Au moins, l'animation est toujours aussi agréable à l'œil même si elle n'a aucune chance de sauver l'anime. Les trois jeunes filles sont mignonnes, même si elles ne sont guère originales. Leur personnalité de surface aura raison des spectateurs les plus tolérants tandis que les autres ne connaitront, sans doute, que la première des trois demoiselles.

Pour ceux qui aiment le fan-service, la série pourra éventuellement convenir. C'est même son seul intérêt. Les regards lubriques sont fréquents et les réactions ne se font pas attendre. Les rougissements et regards gênés sont nombreux.



De leur coté, les décors sont étonnamment travaillé pour une série de cette qualité. A l'image des photographies, les paysages sont capturés et exposés sous nos yeux d'une très jolie façon. Les jeux de lumières mettent l'ensemble en valeur, tandis que la bande-son, très calme mais peu variée, nous berce. Ce ne sera cependant pas suffisant pour nous faire accrocher.



Encore une fois, l’intégrité artistique semble avoir quitté les producteurs qui ne font aucun effort pour développer un minimum cette histoire. Si la première saison pouvait être vue comme une erreur, celle-ci n'aurait jamais dû exister.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
zebuline

5 20
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News