Skwar Jay - Actualité manga

Skwar Jay

Interview de l'auteur

Publiée le Samedi, 23 September 2017

En juin dernier se sont formées les éditions Meian, qui ont rapidement lancé leur premier projet : Egregor. L'histoire du projet est particulière : d'abord écris sous forme de roman par Jay Skwar avant qu'il le repense en manga, Egregor a ensuite adapté par Harumo Sanazaki pour permettre la mise en dessin par Kaya Tachibana. Le titre eut droit à une mise en avant prestigieuse lors de Japan Expo 2017, avec présence des trois auteurs sur le salon pour de nombreuses séances de dédicaces, et une mise en vente en avant-première du premier volume et du tome zéro, ainsi que d'un coffret collector de qualité. Nous avons pu nous entretenir avec les trois artistes qui se sont livrés volontiers sur la naissance du projet, ses thématiques, ainsi que sur l'adaptation du roman en manga.


Egregor était à la base un roman. Qu'est ce qui t'a donné envie de te lancer dans cette écriture, et comment te sont venus les différents concepts ?


Jay Skwar : Quand je suis sorti de ma Terminale Littéraire en 2010, je me suis passionné par la philosophie, c'est à ce moment-là que j'ai commencé à écrire Egregor. J'ai lu pas mal de mangas durant mon adolescence, tout ce qui est Naruto, One Piece, Hunter X Hunter, FullMetal Alchemist... J'avais déjà écrit différentes histoires, mais je voulais me lancer dans un vrai roman pour le concrétiser plus tard. J'ai commencé à l'écrire et à travailler l'univers mais il s'est avéré que quand j'ai découvert Berserk, l’œuvre m'a tellement marqué que j'ai décide de faire de mon roman un manga, ou au moins une bande-dessinée. J'ai commencé à examiner des collaborations avec des auteurs français mais, malheureusement, ça n'a pas abouti.
Puis, il y a un peu plus d'un an, j'ai eu le plaisir de rencontres mesdames Sanazaki et Tachibana par le biais de monsieur Onishi. Je leur ai présenté le script ainsi que l'univers, et toutes deux y ont adhéré. C'est là qu'elles se sont montrées partantes pour ce projet.

Egregor est ainsi devenu un manga. J'ai d'abord adapté mon roman en un script, puis madame Sanazaki l'a réadapté de manière à respecter les codes du manga, du shônen en l’occurrence. C'est à partir du rendu final que madame Tachibana a commencé à travailler, et a dessiné Egregor.



Mesdames Sanazaki et Tachibana, qu'est-ce ce qui vous a impressionnées dans Egregor, et vous a données l'envie de vous lancer dans ce projet ?


Harumo Sanazaki : Un ami m'a fait lire le roman, et j'ai vite été très touchée. Je ne m'attendais pas à participer un jour à ce type de projet, aussi j'ai été ravie d'apprendre qu'on avait besoin de moi. C'était inespéré.

Kaya Tachibana : Jay Skwar a beaucoup aimé mes dessins, et on m'a demandé si j'étais d'accord pour illustrer le manga adapté du roman. J'ai aussi été très emballée, rapidement. J'avais quelques inquiétudes parce que je ne parle pas français, et Jay ne parle pas japonais. Il y avait des différences de langage mais aussi culturelles. Mais c'est sur ce plan que l'aventure s'est montrée enrichissante. Je me demandais si l'alliance franco-japonaise allait fonctionner mais j'étais aussi heureuse car il s'agissait d'un véritable challenge, je devais me donner à fond.


Jay, tu nous as dit avoir été marqué par Berserk, on sait aussi que des œuvres de fantasy comme Le Seigneur des Anneaux et Game of Thrones t'ont influencé. Quels éléments particuliers t'ont marqué dans ces sagas ?

Jay Swar : Dans ces séries d'heroic-fantasy, on trouve une sorte de souffle qui n'est présent dans aucun autre style selon moi, le souffle de l'épopée. C'est une dimension un peu RPG, The Legend of Zelda étant aussi l'une de mes inspirations, qui m'a donné envie d'écrire Egregor dans l'idée qu'un jeune garçon, au fil de ses rencontres et de ses découvertes, va évoluer dans un univers qu'il ne connait pas vraiment, comprendre les codes et les secrets de ce monde, et parvenir à découvrir ses origines. L'idée du parcours initiatique était en phase avec le style heroic-fantasy. Et vu que j'étais influencé par ce style, grâce au Seigneur des Anneaux et Game of Thrones entre autres, je me suis dit que c'était le bon contexte pour raconter cette histoire.

Aussi, j'aime ce qu'on retrouve dans l'heroic-fantasy : ses créatures mythologiques, ses châteaux... Je voulais vraiment créer un univers dans ce style-là.



Pourquoi avoir choisi le format manga pour l'adaptation ? Egregor aurait pu être une bande-dessinée, format franco-belge par exemple...


Jay Skwar : Tout à fait. A la base, je préfère le manga à la bande-dessinée, mais je voulais faire Egregor au format BD au départ. Cependant, les collaborations potentielles n'ont pas été très productives, et je me suis rendu compte que le format bande-dessinée n'était pas vraiment ce que je voulais. C'est le manga que je recherchais, l'esprit shônen notamment, en travaillant aux côtés de mangaka. Et ça s'est réalisé.


Madame Sanazaki, qu'est-ce qui a été difficile dans l'adaptation de l’œuvre originale en manga ?

Harumo Sanazaki : Dans les romans, les univers semblent plus vastes puisqu'ils font appel à l'imagination du lecteur. C'est lui qui se forge son monde. Dans une adaptation manga, il faut réunir tout cet univers en une seule case ou une seule page. Il faut trouver ce qui est juste et, pour y arriver, on a fait traduire l’œuvre originale pour l'adapter le mieux possible. C'est la dimension "liberté" du roman qui était difficile à retranscrire.

Ensuite, le roman et le manga sont deux supports très différents. Quelque chose qui peut être court dans un roman peut prendre beaucoup de pages dans un manga. Il faut donc rassembler les idées et faire au mieux pour ne pas s'éterniser sur dix pages du manga pour une page du roman. C'est une des difficultés de l'adaptation. Si dans un roman il notifié une attaque de 1000 soldats, ça prendra une ligne dans le roman mais 5 pages dans le manga.



Madame Tachibana, vous avez travaillé sur des shôjo de la collection Harlequin, un registre totalement différent. Comment s'est passé le changement d'un style à l'autre ?

Kaya Tachibana : C'est vrai que j'ai été surprise quand on m'a demandé de travailler sur Egregor, car mon style est plutôt shôjo. Et je savais que l'auteur voulais un style shônen, voire seinen ! Mais il se trouve que Jay ne voyais pas dans mon dessin une aura particulièrement shôjo. En France, on fait plus la différence entre shôjo, seinen et shônen. On le fait aussi au Japon, bien sûr. Mais en tant que mangaka, je ne fais pas trop ces distinctions, je dessine surtout ce que j'ai envie de dessiner. Dans Egregor, il y avait bien-sûr les indications de Jay, mais j'ai essayé de coller le mieux possible à l'univers, afin que ça plaise aux lecteurs. Mais il était aussi important que Jay se dise "Oui, c'est ça mon univers". Je n'ai donc pas trop rencontré de difficultés, dans le sens où je ne me suis pas souciée des catégories éditoriales.

Motoharu Onishi : Si madame Tachibana s'est mise au manga, c'est grâce à Golgo 13. C'est sa base. Quand j'ai été publiée, les gens l'ont classée dans le shôjo mais intérieurement, elle est davantage shônen et seinen.


Qui dit dark-fantasy dit univers sombre et scènes très crues, il y en a notamment dans le premier tome. Malgré tout, est-ce que vous vous fixez certaines limites dans la représentation du gore ?

Jay Skwar : Concernant la violence, on ne sera jamais au niveau de Berserk, on se limitera à la frontière du shônen. Je pense que L'Attaque des Titans est un bon compromis, c'est ce qu'on avait défini avec mesdames Tachibana et Sanazaki. Il y aura du gore, mais pas question de voir des boyaux à toutes les cases. On ne va pas se gêner non plus, car la violence crue est indissociable de la dark-fantasy. Elle fera partie intégrante de l'histoire.



Vu qu'Egregor était initialement un roman, il n'y avait pas forcément d'images. Comment avez-vous conçus les designs des personnages, des monstres, et les décors ?

Jay Skwar : Avant conception des personnages et des décors, on fait un workshop sur plusieurs jours. Je transmet un maximum d'informations sur l'univers à madame Sanazaki, afin qu'elle s'en imprègne et le comprenne. En parallèle, je vais transmettre à madame Tachibana des illustrations de personnages d'autres œuvres qui m'ont plu et qui se rapprochent, selon moi, des personnages de l'histoire. Madame Tachibana peut s'en inspirer et les réinterpréter à son style, en plus des indications qu'il y a dans l'histoire. C'est un peu la même chose dans les décors, par exemple dans Berserk où certaines doubles pages m'ont vraiment marqué. C'est de cette manière que je donne des bases sur lesquelles partir pour développer les personnages et l'univers.


Madame Tachibana, comment créez-vous les personnages et les décors à partir de là ?

Kaya Tachibana : Les paysages au Japon et ceux en France sont totalement différents. En tant que japonaise, j'ai j'ai grandi en lisant des choses sur le Japon traditionnel tandis qu'en Europe, on a plus l'habitude des décors d'heroic-fantasy car ils correspondent au patrimoine historique. On se concerte, je réalise un premier jet, pendant que Jay me donne ses indications. Des rectifications ont lieu, car les points de vue entre japonais et français sont différents, du point de vue culturel.



Certains personnages sont les Egregor, c'est aussi le titre de la série. Pourquoi ce terme-là ?

Jay Skwar : Je vais essayer de ne pas trop spoiler. (rires)
C'est un peu le mot clef de toute l'histoire, un peu comme Berserk qui définit l'état du héros. Mais là, Egregor est un réel concept qui signifie que lorsque plusieurs individus unissent leurs forces dans un même projet, ils créent une sorte de conscience collective, une identité indépendante, un Egregor. Je me suis réapproprié ce concept pour élaborer une caste de personnages, c'est un peu les élus de cet univers. Ces Egregor sont capables de se lier à l'énergie universelle et ne faire qu'un avec elle, afin d'accéder à une nouvelle source de pouvoir qui serait la source originelle de toutes les forces et de toutes les magies qu'on découvrira durant l'histoire. C'est un petit peu le pouvoir ultime de l'intrigue, une petite dizaine de personnages pourra y avoir accès, dont le héros, ça je peux le dire. Ce concept sera la résolution d'un grand nombre de mystères qui seront lancés tout le long de l'histoire.


Pourquoi avoir fait du protagoniste un apprenti forgeron ?

Jay Skwar : Foa est fasciné depuis très jeune par le travail artisanal de son maître, Darbin. Il était impressionné par toutes ces étincelles et pouvait le regarder pratiquer pendant des heures. C'est aussi lié à ce concept d'énergie développé dans l'histoire, parce que l'énergie est quelque chose d'instable, en fluctuation constante, un peu comme dans Star Wars avec la Force, où l'énergie n'est jamais stable et toujours mobile. Aussi, j'ai pensé que lui attribuer une activité simple et modeste était en phase avec le fait qu'il n'avait de grande ambition, contrairement à pas mal de shônen, par exemple One Piece où le héros veut devenir le roi des pirates. Pourtant, la mère de Foa est une grande héroïne, et lui ne veut pas suivre ses traces mais juste faire comme son maître. C'était lié au caractère que je voulais lui donner.



Justement, par rapport au fait que Foa ne cherche pas à suivre la même voie que sa mère, certains événements vont le pousser dans cette direction. Dans le premier tome, il y a souvent cette idée du destin que l'on peut changer ou non, et aussi le côté changeant des ambitions que peuvent avoir les êtres humains, Pourquoi ces thématiques te tiennent à cœur ?

Jay Skwar : C'est assez lié à la philosophie qui m'a passionné en dernière année de lycée. J'ai pensé que le Destin et le Libre arbitre sont des concepts intéressants à exploiter, parce qu'on se demande toujours si on est maîtres de ses choix ou si on dépend d'une fatalité. C'était passionnant de montrer que la frontière entre ces deux notions est très ténue, mais aussi très floue, qu'il est difficile de savoir si on peut contrôler le Destin ou pas. Au départ, Foa est soumis à cette fatalité, il ne peut rien faire d'autre qu'être confronté aux événements tragiques du premier tome, mais prendra petit à petit le contrôle de son existence, peut être maître de son destin et peut changer le cours des événements grâce au pouvoir qui dort en lui. C'est ce que je voulais montrer : le Destin n'est pas si impossible à contrôler.


Sais-tu déjà combien de tomes comportera Egregor ?


Jay Skwar : Si on conserve mon idée de base on partira sur deux saisons de 13 tomes chacune. Elles seront assez distinctes sur le plan chronologique, même s'il ne se sera pas écoulé tant de temps entre les deux arcs. Je pense qu'on s'en tiendra à 26 volumes pour ne pas trop se disperser, et rester concentrés sur le parcours initiatique du héros. Je ne reproche rien aux shônen comme Naruto ou One Piece qui comportent plus de 70 volumes, mais on se focalisera sur le héros pour ne pas trop s'étendre. Ça restera sous les 30 volumes, c'est certain.



D'où vient ton pseudo ?

Jay Skwar : Quand j'étais jeune, j'allais souvent sur les forums. J'avais un pseudo, Skull Warrior, qui veut dire crâne de guerrier. (rires)
Un jour, il y a quelques années, j'ai contracté ce pseudo pour donné Skwar, et j'ai mis Jay au début car j'ai pensé que ce serait un bon nom d'auteur si un projet venait à se concrétiser.


Interview réalisée par Takato et Koiwai. Remerciements à Jay Skwar, Kaya Tachibana et Harumo Sanazaki pour cette rencontre et leurs réponses, ainsi qu'à leur interprète et agent, Motoharu Onishi.


Interview n°2 de l'auteur

Publiée le Dimanche, 11 August 2019

Fin 2018, les éditions Meian ont rebooté leur création originale Egregor, en choisissant le dessinateur coréen Kim Jae Hwan, connu pour le Manhwa Demon King et des séries Warcraft. Il fut présent à Japan Expo 2019 aux côtés de Jay Swkar, auteur et scénariste de l’œuvre. Leur planning ayant été très chargé, les demandes de dédicaces ayant été nombreuses, les deux artistes ont accepté de nous recevoir entre deux séances, le temps d'une interview qui leur a permis de revenir sur ce reboot et de leur vision du récit.



Bonjour Jay Skwar et Kim Jae Hwan. Comment s'est faite votre rencontre, et qu'est-ce qui vous a donné l'envie de travailler ensemble ?



Jay Skwar : Je m'étais procuré les tomes du mahnwa Warcraft durant mon adolescence. A l'époque, j'avais trouvé le graphisme magnifique ! Il se trouve que M. René Park, notre coordinateur, a pu nous mettre en relation avec Kim Jae Hwan. Ce n'est qu'après coup que j'ai réalisé que c'est lui qui avait dessiné ces tomes de Warcraft. C'était un hasard énorme et une chance immense, ce qui m'a encore plus motivé pour relancer le projet Egregor. Tout ça est donc grâce à M. Park qui connait beaucoup d'auteurs coréens.


Kim Jae Hwan : Je pense que c'est le destin qui nous a réunis. C'est donc grâce à M. Park que j'ai pu rencontré Jay. Lorsqu'il m'a envoyé le scénario d'Egregor, j'ai été captivé par l'histoire. Ça m'a donné envie de travailler directement à fond sur la série !

egregor-itw-exlibris-2.jpg

Qu'est-ce qui vous a particulièrement séduit dans le scénario de Jay Skwar ?



Kim Jae Hwan : C'est une histoire d'heroic-fantasy très différente des autres. Notamment parce que le récit démarre par une phase d'action avant de rejoindre véritablement son point de départ. C'est une démarche très différente. Aussi, beaucoup de personnages ont un charisme particulier. De mon côté, c'est aussi une difficulté, car je veux vraiment que chaque personnage ait sa place dans l'histoire. Comme je ne me sens pas encore totalement à la hauteur, c'est difficile pour moi de mettre en dessin le caractère de chacun de ces personnages.


De ton côté, Jay, qu'est-ce qui t'a séduit dans le dessin de Kim Jae Hwan ?


Jay Skwar :
Ce que j'aime avant tout, c'est le character-design des personnages de Jae Hwan, le visage qu'il va leur donner. Il y a une sorte de mélange, il leur apporte parfois de la rondeur et de la délicatesse, et d'autres fois il les rend très marqués et charismatiques. Il a un panel de designs très variés, si bien qu'on a parfois l'impression que deux personnages pourraient venir de deux mangas différents. Cette diversité, je la trouve géniale. Et c'est encore mieux dans un manga comme Egregor qui aura un grand nombre de personnages, car on n'a pas l'impression de répétition dans les designs, Jae Hwan sait se renouveler à chaque fois.


En dehors de ça, j'adore le rendu du mouvement qu'il donne dans les combats. C'est ultra dynamique, le découpage est saisissant, c'est immersif dans la mise en scène et cinématographique sur certaines cases... C'est ce tout qui, je trouve, est approprié pour de la dark-fantasy. Pour moi, Jae Hwan, c'est l'idéal.


Kim Jae Hwan : Je pense que Jay me fait trop de compliments parce que je suis là. Si je n'étais pas là, il dirait autre chose. (rires)

egregor-jaquettes.jpg

Jay, tu es français, tandis que Jae Hwan est coréen. Est-ce que la barrière de la langue rend la collaboration compliquée ?



Kim Jae Hwan : C'est très difficile à expliquer scientifiquement, parce qu'on travaille par télépathie. (rires) M. Park est le centre de la télépathie, il passe et reçoit les messages.


Jay Skwar : M. Park est toujours très réactif. Dès que je lui donne une information, il la transmet aussitôt à Jae Hwan. Au-delà de la barrière de la langue, il y a aussi le fait qu'on soit loin l'un de l'autre. Ainsi, la participation de René est énorme, ça va au-delà de la coordination, c'est presque de la supervision. Il est le troisième maillon d'Egregor.


Jay, donnes-tu des consignes ou des storyboard à Kim, ou est-il entièrement libre dans sa mise en images ?



Jay Skwar : Je ne sais pas vraiment dessiner un storyboard. Pour aider Jae Hwan, je lui donne d'abord un scénario. Puis, après concertation, je lui transmet un découpage technique qui contient des indications écrites, page par page et case par case, pour toujours lui donner des indications de ce que j'ai en tête du côté de la mise en scène. Évidemment, il est un vrai professionnel qui maîtrise le découpage, donc mes indications ne feront que l'aiguiller tandis que lui les reprendra avec sa propre mise en scène. C'est simplement pour lui faire gagner du temps et lui donner de légères pistes.


Concernant les visuels, je transmets à Jae Hwan des illustrations de personnages d’œuvres qui m'ont marqué, qui peuvent être proches de la vision que j'ai. Bien-sûr, il les refera totalement à sa sauce. C'est ce que j'aime : il créé parfois des personnages totalement différent de ce que j'avais en tête, mais je m'y retrouve encore plus par rapport à la vision que j'avais à la base. Il a ce côté intuitif, et il prend de très bonnes initiatives créatives, par rapport aux personnages, mais aussi par rapport aux décors qui sont encore plus beaux que ce que j'imaginais au départ.

egregor-itw-exlibris-1.jpg

Qu'est-ce qui a changé, dans les grandes lignes, entre la première version d'Egregor et celle qu'on découvre maintenant à travers ce reboot ?


Jay Skwar : Dans le premier tome, on est toujours resté sur une attaque du village, mais j'ai changé des choses par rapport à l'assaillant. Dans la première version, il s'agissait de barbares commandités par un autre personnage. Ici, j'ai préféré donner une dimension plus "dark", plus blood-fantasy, avec les Faucheurs qui sont plus inquiétants et qui ont un petit côté chimérique. Au début, ils forment une menace invisible, avec les signes annonciateurs qui arrivent au fur et à mesure. C'est un aspect plus menaçant que je trouvais intéressant de donner à l'adversaire. En même temps, j'ai créé la caste des Chevaliers qui vont défendre chaque village. Le reboot m'a permis de modifier la concept-story qui va donner à l'histoire une dimension plus claire. Pareil pour les enjeux, on sait qui défendra les villages, et qui seront les ennemis de ces protecteurs. C'est la grosse différence. Concernant les grandes lignes, ça restera la même chose.


Aussi, il y a un autre personnage, Hatal, qui a été redéfini. Dans la première version, il était plus chétif et mourrait dès le premier tome. Mais j'ai trouvé plus intéressant de garder quatre piliers dès le départ, et de les développer en gardant Hatal dans la suite de l'histoire, car il y avait des choses à exploiter autour de lui.

egregor-itw-card.jpg

A partir du tome 2, l'intrigue commence à jongler entre les protagonistes. Jay, comment établis-tu le juste équilibre scénaristique dans ce jonglage ?



Jay Skwar : C'est un exercice un peu délicat, parce que le fait d'avoir quatre héros qui sont sur un pied d'égalité au niveau de l'importance scénaristique n'est pas facile à équilibrer. Foa reste quand même le pilier central, mais les trois autres ont vraiment une importance dans le sens où chacun d'entre eux apportera son lot de révélations dans l'histoire. Notamment par rapport à leurs origines et à l'environnement dans lequel ils se trouvent dans le deuxième tome. C'est aussi bien l'occasion de les développer eux que développer d'autres points de l'univers. Même si Foa reste le fil rouge et aura plus de temps d'apparition, ces trois autres protagonistes auront toujours une importance dans le récit, ce qui nécessitera un équilibre dans le switch entre les intrigues.


Côté dessin, Jae Hwan, arrivez-vous à vous adapter à ce jonglage entre les points de vue dès le tome 2 ?



Kim Jae Hwan : Le travail de dessinateur est de suivre pile poil le scénario. Comme beaucoup de personnages sont dispersés dans le monde d'Egregor, les décors changent à chaque fois. Ça peut devenir une difficulté. A chaque fois que j'ai du mal, je lis et relis le scénario pour bien comprendre et maîtriser les personnages. C'est comme ça que j'avance petit à petit.

Page_couleur_2.jpgPage_couleur_1.jpg

Il y a un petit côté shônen à pouvoir dans Egregor, ce qui est rare dans la dark-fantasy. Pourquoi avoir fait ce choix ?


Jay Skwar : La partie pouvoirs du récit est celle sur laquelle je me suis le plus cassé la tête, surtout ce côté couleurs qui n'est pas facile à représenter sur du noir et blanc. Au début, j'ai demandé à Jae Hwan de faire plusieurs types d'éclairs différents, car il y en a de plusieurs couleurs. Puis il y a les flammes rouges, bleues... J'ai créé un système au niveau des énergies qui est, je pense, très cohérent mais complexe, quoique moins compliqué qu'un Hunter X Hunter avec le Nen très poussé. C'est d'ailleurs l’œuvre de Yoshihiro Togashi qui m'a le plus inspiré au niveau des hiérarchies dans les magies.



Même si elles commencent à être expliquées dans le tome 2, elle seront éclaircies par la suite, et on aura de plus en plus d'informations sur elles. Plus tard, les lecteurs sauront très vite associer un type de magie à tel ou tel personnage. Celles-ci dépendent aussi de la personnalité de ces protagonistes. Ça fait un peu shônen à pouvoirs, mais je pense que ce système sera ensuite plus simple pour le lectorat, ce qui sera appréciable. La magie reste importante dans cet univers, même si c'est intéressant de voir des séries comme Kingdom sans énergies quelconques, où il n'est question que de combats bruts.

egregor-itw-planche-2.jpg egregor-itw-planche-3.jpg

Parallèlement à la sortie du tome 2, tu as lancé un concept qu'est le Journal de Foa. C'est un journal en ligne qui nous en apprend plus sur l'univers, chapitre par chapitre, ce qui apporte des enrichissements sur Egregor. Quelle difficulté d'écriture cela représente ? Pourquoi as-tu choisi de représenter ces éléments via ce format, et pas directement dans le manga ?



Jay Skwar : Quand j'ai commencé à écrire le scénario du manga, j'ai pensé que pas mal d'informations seraient difficiles à placer, et rendraient le récit indigeste. Elles n'y trouveraient pas leur place. Mais c'était dommage de jeter ces informations et anecdotes à la poubelle. Le fait que Foa se confie à un journal est en phase avec sa personnalité. Il a ce côté mélancolique de sa vie qui lui a été en quelque sorte arrachée. Au final, c'était intéressant d'offrir au lecteur cette interface qu'est le journal, dans lequel le héros raconte plein de choses sur son vécu et son ressenti sur les changements de son existence ou sur ses perspectives d'avenir. C'était une bonne opportunité, et le journal est une bonne idée qui n'est pas anachronique au final, car il y avait des journaux intimes en tout temps. Ce qui serait bien, c'est de faire un recueil, lorsque assez d'épisodes seront parus. On peut imaginer une sympathique reliure en cuir, un papier type parchemin... quelque chose d'esthétique pour faire un bonus intéressant.


Jae Hwan, vous êtes bien connu en France pour vos séries Warcraft ainsi que Demon King. Entre temps, votre style a énormément évolué. Cette évolution est-elle due à des changements de techniques de dessin, comme le passage au numérique ?



Kim Jae Hwan : Ce changement de style n'est pas vraiment intentionnel. Chaque histoire a son caractère, et plus je me plonge dans l'histoire et plus mon dessin s'y adapte, mais je ne m'en rends parfois même pas compte. J'essaie juste de faire par rapport à l'histoire que je dessine.


Dans Egregor, les décors sont très travaillés et semblent avoir des inspirations très occidentales. Est-ce bien le cas ? Quelles sont vos influences pour dessiner les décors ?



Kim Jae Hwan : A l'origine, je suis quelqu'un de très attiré par la fantasy. Quand je travaille sur une série du genre, je cherche logiquement des informations sur internet ou dans des ouvrages. Chaque histoire est différente, et je cherche les meilleurs décors pour donner de la couleur au scénario. Cette fois-ci, c'est Game of Thrones qui m'a beaucoup aidé, car je trouve que l'ambiance correspond énormément à celle d'Egregor.



Interview réalisée par Koiwai et Takato. Remerciements à Jay Skwar, à Kim Jae Hwa et à son interprète René Park, ainsi qu'aux éditions Meian pour avoir permis la rencontre.



Ci-dessous, retrouvez le coup de crayon de Kim Jae Hwan immortalisé en vidéo.

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News