Test rétro - A Link to the Past- Actus manga
actualité manga - news illustration

Jeux Video Test rétro - A Link to the Past


Lundi, 13 May 2013

En ce début de semaine, Zelda est à l'honneur sur Manga-news. en effet, notre chroniqueur Luciole21 vous propose de revenir avec nostalgie sur l'un des épisodes cultes de la saga : A Link to the Past.




Récemment, j'ai appris que Nintendo allait sortir une suite à The Legend of Zelda : A Link to the Past, sur sa Nintendo 3DS. A Link to the Past 2 ! Quelle idée grandiose que de poursuivre le voyage légendaire d'un des épisodes les plus marquants de la saga Zelda aujourd'hui ! Alors que j'approche de la quarantaine, l'idée de pouvoir replonger dans mon adolescence à travers la suite de cet opus légendaire me redonne du baume au cœur. Comment, j’exagère ? Je puis vous assurer que A Link To The Past premier du nom fut pour moi une véritable claque, et j'en ai même la preuve. En effet, j'ai à l'époque décidé de retranscrire mon engouement pour le titre à travers un texte rédigé peu après avoir terminé le jeu, et dont voici le contenu :

« Après deux volets sortis sur Nes, la saga Zelda effectue son grand retour sur Super Nes avec un opus qui révolutionnera sans aucun doute le milieu vidéo-ludique : The Legend Of Zelda, A Link To The Past !

Il y a bien longtemps, en Hyrule, était un pouvoir d'or, caché dans une terre d'or. Fruit de toutes les convoitises, ce mystérieux pouvoir provoquait la disparition inexorable de quiconque se rendait en terre d'or pour se l'approprier. Lorsque de ce lieu ténébreux s'exhala un jour une aura maléfique, le roi d'Hyrule ordonna à 7 sages d'en sceller l'entrée et ainsi empêcher les forces diaboliques qui s'y terrent de se déverser au royaume des hyliens.
Bien des années après, alors que les hyliens semblent être une race à jamais éteinte et que ces faits immémoriaux ne sont plus que mythes, un sorcier du mal nommé Agahnim entreprend de briser le sceau magique, et met tout en œuvre pour éviter qu'il ne soit recréé. Pour arriver à ses fins, il supprime le roi d'Hyrule, et fait disparaître les descendants des 7 sages, parmi lesquels une certaine Zelda...
Alors qu'il n'a aucunement conscience de tout cela, un jeune garçon nommé Link se voit alors chargé d'éradiquer le mal, et ainsi, de sauver le monde.

Dans un premier temps, analysons plus amplement le système de jeu.
Nous progressons en vue zénith, et passons d'un écran à l'autre avec un scrolling rapide, comme dans les deux premiers jeux. De ce point de vue, le joueur peut voir et analyser plus aisément chaque élément du paysage, et il en aura besoin. En effet, le jeu contient une multitude de petits détails optionnels ou primordiaux, de recoins secrets et de fissures cachées, qui parsèment le monde et les donjons.
Le gameplay est simple (la manette de Super Nes est un vrai plaisir à manier), malgré quelques éléments quelque peu décevants. Les boutons « L » et « R » ne servent à rien, et on ne peut utiliser qu'un objet à la fois, en l'assignant à la touche « Y ». La touche « B » sert à manier l'épée (cela ne peut être changé), la touche « X » à afficher la carte et la touche « A » aux diverses interactions (soulever des pots, actionner des leviers...). On aurait pu envisager une utilité aux boutons « L » et « R » pour éviter de devoir régulièrement retourner dans l'inventaire pour changer d'objet, mais le tout reste facile d'accès, et au final très fonctionnel.

Car on ne change pas une équipe qui gagne, vous devrez à nouveau alterner entre les donjons et le monde extérieur. Une fois de plus, vous parcourrez ces temples à la recherche d'une relique quelconque, trouverez en chemin un nouvel objet, et finirez par vaincre un boss. Les donjons sont toutefois nettement plus longs que pour les deux premiers opus, puisqu'ils s'étendent maintenant sur plusieurs étages. Ceux-ci recèlent de nombreuses énigmes, à la difficulté croissante tout au long du jeu. Entre chaque temps, vous serez également amenés à rechercher divers items nécessaires pour la poursuite de votre aventure, bien que certains soient facultatifs. Ceux-ci sont particulièrement variés et nombreux, allant de la cap d'invisibilité au bâton de feu, en passant par le grappin, un nouvel objet particulièrement utile.

Par ailleurs, le jeu développe ici un concept des plus originaux, en permettant au joueur (en l'y obligeant même) à alterner entre deux mondes, celui de la lumière et celui des ténèbres. La surface de la map, initialement de taille respectable, est alors doublée pour notre plus grand plaisir. Une véritable dualité est ainsi opérée, l'affrontement entre Lumière et ténèbres étant d'autant plus prenant que chaque force en présence possède son propre univers. Vous êtes le seul à pouvoir passer de l'un à l'autre, via des portails dimensionnels dissimulés un peu partout en Hyrule, et vous serez de nombreuses fois amenés à effectuer divers aller retour pour progresser dans votre quête, ou pour accéder à certains lieux. Chaque élément du premier monde a un équivalent dans le second, et chacun d'eux a ses propres caractéristiques, et ce dans chacune des zones de la carte (montagne, lac, village, désert...).

Revenons-en à la réalisation. L'enthousiasme qui s'empare du joueur dès les premières minutes de jeu quant aux graphismes n'aura à aucun moment perdu de son intensité. Les textures, les reliefs, les couleurs... Tout est plus beau, et l'immersion d'autant plus envoûtante. Un travail minutieux a réellement été effectué de ce côté là, visible à travers les reflets, les petites animations, les ombres...
La bande son, elle aussi, prend une toute autre ampleur dans cet opus. Le tout semble beaucoup plus naturel et plus charmeur, les pistes musicales se chevauchent pour créer une véritable ambiance, tantôt sombre, tantôt épique. Une vrai réussite encore une fois !

Arriver au terme de votre périple vous prendra de nombreuses heures, et débloquer tous les item facultatifs et tous les quarts de cœurs vous occupera quelques temps de plus. Une durée de vie conséquente pour un jeux vidéo de ce type.

En somme, ce troisième opus s'impose sans conteste comme le meilleur de la saga à ce jour, et ce sur tous les aspects, à ne manquer sous aucun prétexte ! »




… Vraiment, ce jeu fut une claque magistrale, et il n'a d'ailleurs pas perdu de sa splendeur. Si je devais brosser un portrait du jeu vingt ans après, voilà ce qu'il en serait :

Graphismes :
Pour l'époque, c'est vraiment beau, et on peut dire que les capacités de la console sont poussées à leur paroxysme. Même aujourd'hui, les graphismes sont loin d'être désagréables, les textures sont travaillées et de nombreux effets de style rendent le tout fluide et l'immersion des plus aisées.

Durée de vie :
Comptez entre vingt et trente heures pour finir l'Histoire, d'avantage si vous souhaitez le terminer à 100%. Une durée de vie très appréciable et des plus honorables, quand on sait que de nos jour, rares sont les jeux vidéos à passer le cap des vingt heures. Peut-être même vous surprendrez vous, à mon instar, à reprendre de temps en temps cette bonne vieille Super Nes pour quelques pérégrinations dans un Hyrule plein de petits riens des plus distrayants.

Jouabilité :
Comme expliqué plus haut, quelques menus défauts se font sentir, notamment l'inutilité des touches « L » et « R ». Cependant, le tout demeure très précis, simple et efficace. On pourra toujours reprocher au jeu son absence d'originalité dans la façon de vaincre les boss (presque tous se battent avec de simples coups d'épée), mais le combat contre Ganon est si bon qu'on oubliera tout cela assez vite. Et encore une fois, la manette de la Super Nes est un modèle d'ergonomie.

Bande son :
Les thèmes les plus éminents de la saga naissent ou se perfectionnent ici ! Un plaisir qui vous enchantera durant toute l'aventure. Merci à Koji Kondo et à son talent de compositeur hors du commun !

Scénario :
Avec le recul des années, et avec l'aide de la chronologie officielle des jeux de la saga, nous savons que cet opus se classe chronologiquement juste après Ocarina Of Time, dans la branche « Link est défait face à Ganondorf ». On comprend d'autant mieux l'univers sombre et l'ambiance des plus pessimistes qui ponctuent le jeu, avant que l'espoir ne renaisse progressivement. Pour le reste, le jeu fait preuve d'un peu plus d'originalité que les deux précédents jeux, mais malgré toutes ces fioritures, votre mission reste la suivante : Tuer Ganon, sauver Zelda et de ce fait, le monde. Rien d'original, mais même aujourd'hui, la sauce prend, grâce à cet aspect mystique et fascinant qui caractérise cette saga de légende.

En résumé :
L’épisode qui démocratisa la série et qui la hissa à la hauteur des plus grands, voilà ce qu'est ce troisième opus de la saga. Certains objets, certaines pistes musicales, certains types d’énigmes qui deviendront des classiques de la série y font leurs apparitions. Là où les deux premiers jeux, très bons au demeurant, tâtonnaient encore un peu, A Link To The Past achève de rédiger cette recette incontournable qui constituera le terreau des futurs opus. Une expérience vidéo-ludique obligatoire pour tout fan de la saga, et dans tous les cas, un chef d’œuvre intemporel. Puisse sa suite changer la nostalgie en émerveillement.

18/20




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Dommage je viens de récupérer Ocarina of Time sur N64 xD mais je compte bien me procurer celui là aussi :)

tsubasadow

De tsubasadow [3734], le 13 May 2013 à 22h32

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

qui n'aime pas zelda :3 moi j'adore

naru34140

De naru34140 [778], le 13 May 2013 à 22h04

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

mon zelda préféré! :heart:

kokitolous

De kokitolous [1125], le 13 May 2013 à 18h55

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News