Re:Zero - Collector Box - Blu-Ray Vol.1 - Actualité anime

Re:Zero - Collector Box - Blu-Ray Vol.1

Critique du dvd : Re:Zero - Collector Box - Blu-Ray Vol.1

Publiée le Lundi, 02 Juillet 2018

Est-il encore nécessaire de présenter Re:Zero, série dont la popularité n'a aucunement faibli depuis maintenant près de deux ans ?


A l'origine, il s'agit d'un light novel de Tappei Nagatsuki (en cours de parution en France aux éditions Ofelbe), lancé en 2012 sur internet en auto-publication, puis chez l'éditeur Media Factory quelque temps plus tard.

Tandis que cette série de romans se poursuit toujours au Japon, elle connaît vite, dès 2014, sa première adaptation manga, puis plus tard un deuxième et un troisième manga, chacun d'eux adaptant un arc différent (les trois premiers, très logiquement).





Par chez nous, et à l'international de manière générale, c'est pendant l'année 2016 que la saga Re:Zero s'est réellement fait connaître, en ayant droit à une adaptation animée produite par l'excellent studio White Fox, auquel on doit plusieurs séries de qualité comme Steins;Gate ou Jormungand.
Annoncée par Kadokawa en juillet 2015, celle-ci a été diffusée sur les chaînes TV Tokyo, TV Osaka, TV Aichi et AT-X du 4 avril au 19 septembre 2016.
Elle compte 25 épisodes de 24 minutes, sauf le premier épisode qui est double et dure 50 minutes.
Sur la chaîne AT-X, chaque fin d'épisode était suivie de mini épisodes bonus : tout d'abord Re:Zero kara Hajimeru Break Time / ("pauses" en français), puis Re:Puchi kara Hajimeru Isekai Seikatsu (Re:Petit en français).



La série a été diffusée en simulcast dans de nombreux pays, notamment sur Crunchyroll en France et sur Anime Limited au Royaume-Uni. Les spectateurs français ont pu découvrir l'épisode 1, censé être double, en deux épisodes divisés et nommés tout simplement épisodes 1A et 1B.



L'anime a rencontré un succès retentissant dans de nombreux pays, au point de se classer parmi les séries les plus populaires de 2016, aux côtés, entre autres, de Yuri!!! On Ice ou d'Erased. Dès lors, inutile de préciser qu'elle a considérablement participé au gros succès commercial du light novel au Japon pendant la période de sa diffusion, celui-ci ayant alors vu son nombre d’exemplaires imprimés doublé en 5 mois, passant d’1 million à 2 millions.



En narrant les aventures de Subaru Natsuki, étudiant un peu extravagant, très obstiné et sincère, qui se retrouve soudainement plongé dans un autre monde proche d'un RPG fantasy en ayant acquis pour seule capacité le fait de pouvoir revivre des boucles temporelles (comme des points de sauvegarde dans un jeu), l'anime s'est vite imposé comme l'une des pièces maîtresses du courant isekai de ces dernières années. Parmi les principales raisons de ce succès: un héros assez étonnant, un concept de "Mort réversible" parfaitement exploité et se renouvelant facilement, un univers dévoilant petit à petit ses enjeux, une qualité de réalisation, de mise en scène et d'animation souvent impeccable,et peut-être surtout une galerie de personnages dans l'ensemble très réussie, chacun ayant ses petites spécificités et son petit background. Ainsi, vous n'êtes sans doute pas passé à côté de Rem par exemple, soubrette aux cheveux bleus dont la personnalité a déchainé les passions, ce qui lui vaut d'avoir continuellement droit à des flopées de goodies depuis deux ans.



Dans cette chronique, on ne va pas revenir une énième fois sur le contenu de la série elle-même : elle a déjà eu droit à une longue chronique de la part de mon collègue Takato (si vous souhaitez avoir un bon aperçu des spécificités de la série sans spoils), et à deux dossiers (sur les deux premiers arcs) conçus par mes soins (revenant plus en détail sur la saga, avec d'éventuels spoils). Ce qui nous intéresse surtout ici, c'est la sortie physique, tant attendue par les fans, de la série ! Annoncée au printemps 2018 par l'éditeur @Anime en collaboration avec Crunchyroll, la première édition, présentée comme étant collector VF et vostf et se déclinant en DVD et en Blu-ray, se divise en deux coffrets, et le premier des deux coffrets vient tout juste de sortir et contient justement l'ensemble des deux premiers arcs. On évoquera ici l'édition Blu-ray.



Pour commencer, de l'extérieur, le coffret se présente dans un format 173x141mm (légèrement plus grand qu'un boîtier Blu-ray standard) bien compact. A l'avant, il affiche une illustration d'Emilia, la demi-elfe aux cheveux argentés ayant charmé Subaru au premier regard. L'arrière, lui, propose une fiche de présentation (synopsis, bonus...), qui est détachable afin de laisser apparaître une illustration des jumelles soubrettes Ram et Rem, illustration connue puisqu'elle a notamment inspiré deux superbes figurines au fabricant Good Smile Company. Le tout sur un fond majoritairement blanc et ponctué vers le bas d'une décoration aux motifs violets. Les deux illustrations jouissent d'un vernis sélectif qui les fait très joliment ressortir.


On retrouve le nom de la série sur la tranche et le haut du coffret, avec là aussi un fond blanc et quelques motifs. Le résultat, vu de l'extérieur, a donc un rendu assez sobre et élégant de bonne qualité, et d'autant plus agréable que le coffret est conçu dans un carton bien rigide.
Une fois le coffret ouvert, on tombe tout d'abord sur le digipack deux volets, contenant les deux Blu-ray, avec les épisodes 1 à 5 sur le premier disque et les épisodes 6 à 11 (en passant, on appréciera la division des épisodes entre le coffret 1 et le futur coffret 2: le coffret 2 contiendra un peu plus d'épisodes, car le choix a été fait de s'arrêter pile à la fin du 2e arc pour le premier coffret, ce qui est judicieux). Les deux faces extérieures du digipack proposent deux illustrations de Subaru et d'Emilia de près (coupés au buste), tandis que l'intérieur, une fois les disques enlevés, propose sobrement le même fond décoratif à motifs violets, ce qui est le mérite d'être cohérent. Quant aux deux disques, ils bénéficient de sérigraphies très soignées, reprenant les deux illustrations d'Emilia et de Rem & Ram présentes sur l'extérieur du coffret. On aurait éventuellement apprécié des illustrations différentes, mais le résultat est beau, et on y trouve également, bien sûr, les numéros des épisodes.



En dehors du digipack, le coffret contient également son principal bonus: un livret de 52 pages en couleurs au format 170x133mm, bénéficiant d'une excellente fabrication. En plus d'une couverture bien rigide là aussi sobre (fond blanc et motifs violets), la qualité du papier est très bonne, tout comme celle de l'impression. Ce livret se divise en deux grandes parties, chacune se consacrant à l'un des deux premiers arcs. Au programme pour chacune des deux parties: brève introduction, petite présentation des personnages avec à chaque fois quelques visuels clés (expressions faciales, look...) garnis de brefs commentaires basiques, sélection de 12-14 dessins d'animation-clé intéressants à observer avec les petits commentaires malgré leur taille assez petite (il y a deux dessins par page), et une sélection de 9-10 illustrations de décors en couleurs ou en noir et blanc, là aussi très plaisants à observer dans les détails malgré leur petitesse, et ponctués de brefs commentaires de présentation. Au final, ce livret est assez bien garni, mais on regrettera que tous les textes restent si basiques en se contentant de présentations sommaires. Tous les textes sont proposés à la fois en Anglais et en Français, sans doute aurions-nous aimé que les textes anglais libèrent de la place pour plutôt avoir des commentaires un peu plus détaillés, mais sans doute l'éditeur n'avait-il pas le matos pour ça. Notons aussi que le nom des comédiens de doublage français n'est indiqué nulle part, contrairement aux japonais.



Passons maintenant au contenu des galettes.
Après les courtes présentations de Crunchyroll et d'@Anime, chacun des deux disques s'ouvre sur un menu clair et fluide, plutôt agréable, car il affiche en fond une scène animée de la série sur un fond sonore lui aussi tiré de l'anime. On regrettera juste de retrouver la même scène sur les deux disques.



Côté bonus, contrairement à ce qui est indiqué sur le petit flyer collé à l'arrière du coffret, on n'a pas droit à l'ending sans crédits, mais à l'opening sans crédits (l'ending sera probablement pour le coffret 2). On trouve ensuite les 6 premiers épisodes de Re:Zero Pauses et Re:Petit, les deux miniséries bonus que l'on a évoquées au début de cette chronique, et qui sont ici uniquement en vostf. Dans un style plutôt chibi, léger et coloré, ces deux petites séries sont plutôt sympathiques à suivre. L'une propose des petites anecdotes rigolotes et éclaire un tout petit peu plus l'univers de la série, et l'autre envoie les personnages du monde fantasy au Japon avec Subaru avec de petits éléments de vie nippone.



Côté son, on a droit à 2.0, du bon mixage très clair, rien à redire. En revanche, côté image, il y a de quoi redire et être un peu déçu. Si l'ensemble s'en tire vraiment très bien dans les phases claires et colorées et que c'est fluide, on note à plusieurs reprises du colorbanding dans des scènes généralement plus sombres, un défaut qui était sans doute évitable si ça avait été un peu retravaillé. Cela gâche pas mal certains brefs passages, et est évidemment en dessous de ce que la qualité Blu-ray est censée proposer, surtout pour une série qui date de 2016.



Mais l'image n'est peut-être pas le plus gros raté: beaucoup de fans risquent de déchanter en découvrant la version française, assez calamiteuse. Evidemment, avoir une VF en plus de la vostf est toujours une sorte de bonus bon à prendre, à même de satisfaire les allergiques de la vo ou celles et ceux qui ne parviendraient pas à lire les sous-titres (par ailleurs de bonne qualité). Mais malheureusement, l'ensemble manque vraiment de conviction. A commencer par Subaru, incarné par Grégory Laisné. Subaru est un garçon censé être assez extravagant, un peu loufoque, obstiné, franc... soit quelque chose de très énergique, ce qui se ressent très, très bien en vostf et participe beaucoup à la vivacité constante de l'anime. Or, en VF, on se retrouve avec un Subaru amorphe, très mou, sans intonation, et qui semble complètement réciter son texte à longueur de temps, même dans les instants plus graves. Alors forcément, ça pourrit en grande partie le dynamisme global. Concernant des personnages comme Beatrice ou surtout Rem, ce sont surtout des erreurs de casting qui frappent: les voix ne collent pas du tout aux personnages. La mignonne Rem est rendue très fade et trop mûre par Estelle Darazi, et la petite Beatrice paraît trop adulte avec la voix Catherine Collomb. Pour la plupart des autres personnages importants, comme Emilia, Felt ou Ram, ça passe un peu mieux, mais là aussi ça manque régulièrement de conviction, d'entrain.



Au final, ce premier coffret Blu-ray collector de Re:Zero est, en lui-même, un très bel objet, doté d'une très agréable fabrication assez élégante, sobre et solide, et de différents bonus plutôt sympathiques à parcourir. En revanche, nombre de fans devraient passer outre la VF assez désastreuse, et surtout il y a ces quelques problèmes d'images assez indignes d'une série récente en Blu-ray. Dommage que ce défaut vienne quelque peu entacher un petit coffret pourtant de bonne facture.



Note de l'anime pour les épisodes 1 à 11 : 17/20




Note du coffret : 14,5/20

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News