Hunter x Hunter - Chimera Ant Vol.4 - Actualité anime

Hunter x Hunter - Chimera Ant Vol.4

Critique du dvd : Hunter x Hunter - Chimera Ant Vol.4

Publiée le Vendredi, 06 Avril 2018

Le château du Roi est devenu un véritable champ de bataille. La diversion visant à éloigner le Roi de ses gardes a porté ses fruits, aussi Netero entame son affrontement contre le monarque des fourmis-chimères pendant que le reste de l'équipe se confronte à Yûpi et Pufu. De son côté, Gon a retrouvé Pitô. Une fois qu'il aura soigné Komugi, il devra s'occuper du sort de Kaito...



C'est avec ce coffret que s'achève l'arc Chimera Ant, la partie la plus longue et la plus riche de Hunter X Hunter en termes de thématiques abordées, qui ne cesse de gagner en intensité avec des épisodes faisant monter l'intérêt crescendo.
Si la bataille contre le Roi s'achève dans ce volume, l'arc se terminera véritablement par un épisode de conclusion qui figure sur le coffret final de la série animée.



Le chaos règne dans les événements couverts par cette quinzaine d'épisodes. Cette dernière phase de l'arc ne se montre pas avare en péripéties entre l'intense combat entre Netero et le Roi, et les différents affrontements entre la garde rapprochée et notre fine équipe de Hunter. Un peu à l'image du coffret précédent, les épisodes présents peuvent donner l'impression de tirer le récit en longueur. Certains combats n'ont parfois pas de conclusion et sont stoppés par certains événements scénaristiques en cours de route, tandis que l'intrigue prend encore une fois le temps de s'intéresser à la psychologie des différents personnages, via une narration toujours aussi présente, mais qui s'effacera petit à petit, mettant en valeur la mise en scène pure.





Un aspect qui pourra se montrer barbant aux yeux de certains, mais qui a une certaine efficacité sur le plan narratif. En effets, la thématique phare de l'arc, à savoir l'opposition entre fourmis-chimères et humains, atteint son aboutissement ici. L'idée est de montrer que les fourmis, fort de leur évolution, se sont humanisées, chacune d'entre elles ayant développé son caractère, qu'il soit individualiste ou altruiste. A l'inverse, c'est le jour le plus obscur des humains qui sera montré, ce qui tend à désamorcer l'engagement du spectateur pour le camp des Hunter. Les ambitions du Roi ne seront d'ailleurs pas totalement mauvaises, presque défendables même, tandis que la conclusion apporte une note réellement tragique autour de cette confrontation dont le facteur décisif fut peut-être un manque de compréhension entre les deux camps. Au-delà de l'idée de domination de l'espèce la plus forte de cette planète, c'est cette idée d'humanité qui est sublimée dans cette partie finale de l'arc.



Le tout se veut donc riche en idées, sans pour autant être rébarbatif. Si certains épisodes se posent pour se pencher sur les personnages, d'autres se montrent efficaces par l'action dépeinte. Le combat entre le Roi et Netero apporte un grandiose rarement vu dans la série, tandis que Gon aura aussi droit à son propre duel, absolument tragique et presque effrayant, même, dans la mise en scène. La réalisation de Hiroshi Kôjina se veut très symbolique, à l'image de certaines planches de Togashi, tout comme elle est impactante. Le dernier disque du coffret se dévore donc sans peine tant ce qu'il montre fourmille d'idées en termes de mise en scène, et sert à merveille des événements captivants.



Et parce que dans son manga d'origine Yoshihiro Togashi a livré un arc porté sur le combat, mais qui joue volontairement avec les acquis du schéma nekketsu, la conclusion est loin de celle qu'on pouvait s'imaginer au départ. Là où on pensait un ultime combat dantesques entre le Roi et certains personnages, la fin est ici cruelle et douce-amère. La fin de l'arc est positive dans un certain sens, mais particulièrement triste d'un autre point de vue. Difficile alors de rester de marbre face à cette conclusion d'arc qui a pour mérite de laisser quelques portes ouvertes pour la suite de l'histoire : l'arc des élections.



Concernant l'édition, Kana Home Vidéo reste minimaliste et fait preuve de certaines maladresses. Certains artworks choisis pour les menus constituent de véritables spoil, l'une des images constituant même le plan le plus symbolique et tragique de l'arc. On notera aussi l'absence de livret et de poster, soit le peu de suppléments qu'on pouvait se mettre sous la dent, signe aussi du fiasco commercial que fut cette édition DVD et France. Le délai se sortie entre le second et les derniers volumes de l'arc est donc particulièrement compréhensible. Mais d'un autre côté, quelle tristesse qu'une adaptation-fleuve de cette qualité n'ait pas droit à une édition digne de ce nom...
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

18 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News