Humanoid Kikaider - Intégrale

Review du dvd : Humanoid Kikaider - Intégrale

Publiée le Mercredi, 22 July 2009

A la même période qu'un certain Tezuka dessinait son Tetsuwan Atom -plus connu sous le nom d'Astro Boy-, Shotaro Ishinomori nous racontait aussi des histoires de robots. Humanoid Kikaider The Animation est, comme son nom l'indique, l'adaptation animée de la série du même nom. Comme Astro boy encore, la série est une relecture du conte de Pinocchio. Mais à la différence de Tezuka, Ishinomori donne à son histoire un coté bien plus sombre et tragique. Jiro, le Kikaider, est souvent seul, mal aimé et repoussé par les humains. Il va se retrouver confronté à plusieurs autres robots qui veulent le détruire pour le compte de Dark, une mystérieuse organisation.

Comme le Metropolis de Rin Taro, cet animé mélange avec brio modernité technique et dessins vieillots. On retrouve le style kitsch de Ishinomori, très proche de celui de Tezuka. Ce dessin brut et mal dégrossi, une fois passé l'étonnement, ne jure pas trop avec l'animation de cette fin de XXème siècle. Animation de grande qualité : c'est fluide, les mouvements des personnages sont crédibles et les décors sont travaillés. Un gros point fort pour cette série : la musique. Là aussi, la qualité est au rendez-vous : on a droit à un très bon opening qui nous plonge d'entrée dans une ambiance particulière entre tristesse et effroi. Les mélodies durant les épisodes sont aussi excellentes, l'action et les sentiments des personnages sont magnifiquement soutenus par ces sonorités.

Le sujet a été traité par Tensei Okawara, qui rêvait d'adapter la série en animé depuis son enfance. Il nous offre 12 épisodes très dynamiques à la mise en scène excellente. Il a choisi de conserver le style d'Ishinomori : on retrouve ainsi des robots très simplistes et peu crédibles mais qu'importe : on arrive à y croire ! Ce n'est jamais ennuyeux même si on retrouve les effets à répétition classique des sentaïs : la transformations de Jiro, un ennemi par épisode -toujours plus perfectionné- (c'est d'abord un shônen ne l'oublions pas), l'organisation au chef très caricatural... On se passionne pourtant très vite pour cette histoire finalement très adulte. Le fond reste classique : ce type d'histoire a pour but premier de s'intéresser à la condition humaine. Jiro la machine qui pense contre Gill l'humain sans cœur. Rien de bien nouveau. C'est kitsch mais pas lourd car le personnage de Mitsuko, la fille du professeur Kohmyoji, apporte un plus non négligeable. Elle est bien plus mise en avant que le Kikaider et se révèle vite être le véritable personnage principal de l'histoire, celle qui éclaire les zones d'ombres. Quel est donc le mystère qui entoure la création de Jiro et quel était le but de Kohmyoji ? Une intrigue simple mais qui vous tiendra en haleine jusqu'au bout, avec quelques retournement de situation bien sentis.
On s'épargnera par contre le visionnage de l'épisode 8 qui n'est qu'un remontage des 7 premiers qui n'apporte absolument rien. Un résumé inutile d'autant plus que la série est courte. C'est vraiment dommage de voir ce genre de choses dans une série pourtant de qualité.

L'édition proposée par Dybex est plutôt correcte. Le coffret est sobre mais agréable à l'œil : il contient 3 slimpacks enfermant un DVD de 4 ou 5 épisodes. On ne retrouve pas de version française mais la VO sous-titrée est de bonne facture. Les menus sont bien pensés et distillent parfaitement l'ambiance mélancolique du titre. On regrettera par contre l'absence totale de bonus.

Au XXIème siècle, et après de nombreuses séries sur le sujet, Kikaider s'avère peu original. Néanmoins, il ne faut pas oublier que c'est un titre précurseur. Sa très bonne réalisation devrait permettre de dépasser les nombreux effets kitschs pour profiter de cette version sombre de Pinocchio très divertissante.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Blacksheep

16 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News