Card Captor Sakura - Collector VOVF Vol.1

Review du dvd : Card Captor Sakura - Collector VOVF Vol.1

Publiée le Mardi, 22 September 2009

Sakura Kinomoto est une petite fille tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Jusqu’au jour où (il faut bien que ça arrive !) elle va, par inadvertance, s’intéresser de trop près à un livre étrange d’où s’échappent des cartes. C’est la catastrophe pour Sakura qui rencontre Kero, le gardien des cartes, et se retrouve investie de la lourde mission de récupérer chacune des cartes dispersées à travers la ville. Elle apprendra bien vite que toutes les cartes ont un pouvoir particulier, et qu’il lui faudra les vaincre pour les sceller et s’en servir comme bon lui semblera. Et tout cela avant qu’un fléau ne s’abatte sur la chasseuse de cartes et son entourage ! Cette édition collector nous propose de redécouvrir le célèbre animé qui aura ravi bon nombre de bambins à l’époque de sa diffusion française. Si l’histoire de base est assez simple, ainsi que l’idée de la magical girl, Card Captor Sakura se différencie largement des autres séries du genre. En effet, la naïveté des situations et la candeur de l’héroïne n’arrivent pas à s’imposer comme des défauts, tant les bons sentiments sont attendrissants. Tous les personnages sont bienveillants, et les seules figures parfois hostiles sont les cartes, qui ne sont pas humaines. Aucune notion du mal n’est ici présente, seul le mystère montre parfois le bout de son nez.

Si les plus jeunes ne se formaliseront pas de l’aspect enfantin de cette série … les plus vieux non plus ! Car pour qui aime ou a un jour aimé Clamp, on retrouve ici leur art du « kawai » poussé à l’extrême. Entre humour, personnages attachants et leçons de morales omniprésentes, même un avis objectif s’amuse de cette narration à la fois ludique et éducative. Sakura est le personnage typiquement capable de nous entrainer à sa suite sans nous demander notre avis, pour nous faire découvrir les joies d’un amusement simple. Un retour aux valeurs telles que l’amitié, la droiture et le courage nous attend dans ces épisodes un peu sucrés. Ceux-ci, en effet, se présentent souvent sous un même schéma qui peut devenir un peu redondant et lourd à digérer à cause de l’effet guimauve. Mais un visionnage fractionné suffit à régler le problème, qui n’est somme toute pas si insurmontable que ça. Toute cette mièvrerie affichée n’est jamais surjouée ou exagérée, car Sakura est véritablement candide. Ce que l’on peut regretter, principalement, c’est les 35 épisodes de cette première box … Alors qu’on attendait une fin digne de la première saison, nous voilà un peu frustré. Il faudra attendre (et payer !) le deuxième coffret pour nous offrir le luxe d’un dénouement qui casserait cette linéarité dans la narration. Quel est cet étrange rêve que Sakura fait régulièrement, qu’en est-il de tous ces mystères ?

D’un point de vue purement matériel, la réalisation de cette série est une réussite à tous points de vue, ou presque. L’image est très nette, les couleurs à la fois claires et nuancées, les ombres bien rendues, les décors pastel en adéquation avec l’ambiance de la série … L’animation fait son travail, la colorisation est superbe, et ajouté aux qualités graphiques incontestables du style des Clamp, visuellement, c’est très réussi ! Les expressions de Sakura sont tout particulièrement bien rendues. Mais la qualité de cette édition ne s’arrête pas là : les deux pistes stéréo sont de qualité, les voix sont très claires, parfois un peu trop. Certaines intonations sont trop plates, trop parfaites pour l’humour un peu déjanté qui règne sans relâche sur la série. Les musiques, elles, sont en totale harmonie avec le scénario : bien adaptées, efficaces, mais répétitives au possible ! On apprend à connaître tous les thèmes qui annoncent un moment de tension, puis la réussite. L’avantage est que le tout est facile à suivre, et donc très adapté aux plus jeunes. De même, les menus sont attrayants et hauts en couleurs, bref, tout est fait pour attirer un public moins mature que le manga. D’ailleurs, le doublage français va dans ce sens : abandon de tous les noms originaux pour d’autres, plus simples. Ce choix, malheureusement, coupe la découverte à la culture nipponne et surtout, surtout, aura tendance à faire fuir très loin les véritables fans. Heureusement, la version originale est excellente, tant au niveau des voix, des intonations que de leur dynamisme.

Bref, au niveau de cette édition collector, on ne peut qu’applaudir des deux mains. Le coffret, s’il fait très « enfantin », est attrayant pour qui sait ce qui s’y trouve, très tape à l’œil mais également élégant. Le rose pastel ne jure pas avec le jaune pâle, et les deux se marient à la perfection aux éclats dorés qui parsèment la boite mais aussi les différentes facettes du porte CD. Celui-ci affiche quatre dessins différents de l’héroïne, adopte un système de pliage pratique et agréable, protège les CD eux même décorés, et abrite en plus un livret spécial. Ce dernier, plastifié, reprend l’histoire, ses origines, les personnages, les cartes, des dessins inédits et un tas d’informations non négligeables, quoique parfois moins accessible au public visé. Pour en finir sur les bonus, notons la présente de galeries de croquis et d’illustrations sur les CD, ainsi que la présentation de certaines cartes de Clow. Ils regroupent également une partie réservée aux génériques dans les eux langues et certaines bandes annonces de l’éditeur. Au final, un investissement qu’on ne regrette pas pour toutes ces qualités matérielles. Il est juste dommage que la série en elle-même soit un peu trop « jeune », et se ferme à une grande partie du public qui a pu apprécier le manga. Mais pour retomber en enfance ou alors redécouvrir une série déjà vue et revue étant plus jeune, cette édition est tout simplement le choix le plus judicieux.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

17 20


Note de la rédaction
Note des lecteurs





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News