Wonder Border - Actualité manga

Wonder Border

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 September 2021

Déjà connue en France pour les récits A Beautiful Sunny Day et L'amour tombé du ciel, la mangaka Aki Ueda a fait son retour en juin aux éditions Hana avec une double actualité, à savoir la publication de deux one-shot. Tout d'abord, Wonder Border, récit en 5 chapitres (plus un bonus) pour un total d'environ 200 pages, prépublié au Japon courant 2017 dans le magazine Qpa des éditions Takeshobo. Puis Over Squale, un manga en 7 chapitres, totalisant près de 270 pages, prépublié au Japon entre 2018 et 2020 lui aussi dans le magazine Qpa, et qui n'est autre que le spin-off de Wonder Border. Fort logiquement, intéressons-nous tout d'abord à Wonder Border.

Wonder Border, c'est l'histoire de Hiroharu, jeune homme qui sort depuis 5 ans avec Natsurô, un homme plus âgé que lui, aussi sérieux que gentil et fiable. Notre héros n'a donc aucune raison de se sentir tourmenté en étant en couple avec cet homme tendre, avec qui il se sent bien... du moins, jusqu'au jour où il recroise par hasard la route de Kazuaki, son ex qu'il n'avais pas revu depuis cinq ans et qui, à l'époque, l'avait plaqué de triste manière pour aller vivre à Tokyo. Kazuaki est désormais de retour dans sa ville natale, il entretient même une relation à distance avec une jolie femme du nom de Tôko... et pourtant, le voici qui se met à tourner de très près autour de Hiroharu, jusqu'à emménager dans l'appartement voisin du sien et à se montrer très tactile. Hiroharu a beau essayer de résister, il succombe de plus en plus aux avances de Kazuaki, et se sent de plus en plus mal vis-à-vis de Natsurô qu'il est persuadé que Kazuaki, éternel insouciant, n'est aucunement sérieux avec lui. Mais est-ce vraiment le cas ?

Aki Ueda nous conte ici une histoire aux accents d'adultère somme toute assez classique, et qui ne surprendra jamais jusque dans son final. le récit est plutôt standard, et n'est pas dépourvu de quelques raccourcis (par exemple, le fait que Kazuaki emménage pile à côté de chez Hiroharu), ou au contraire de certaines rallonges concernant les tourments intérieurs de Hiroharu pour un résultat somme toute prévisible. il y a ainsi quelques errances en terme de rythme du scénario, et c'est peut-être à mettre à l'actif de l'expérience de l'autrice dans le domaine: en plus d'avoir été la toute première oeuvre d'Aki Ueda pour le magazine Qpa, Wonder Border s'inscrit dans un style d'histoire que l'autrice n'avait jusque-là jamais fait, donc on peut comprendre qu'elle tâtonne un peu.

Mais quoi qu'il en soit, cela n'empêche pas la mangaka d'assurer l'essentiel, avec une histoire où les principaux éléments sont bien mis en avant. D'un côté, Hiroharu ne peut que se sentir coupable vis-à-vis de Natsurô, tandis qu'il cède toujours plus aux troubles que provoque en lui Kazuaki malgré ses réticences, malgré sa détermination à conserver sa relation saine avec Natsurô. Et d'un autre côté, derrière son côté direct et son apparente insouciance, Kazuaki dévoile petit à petit son vrai fond, la sincérité de ses sentiments et ses regrets de l'époque où il a laissé derrière lui Hiroharu.

Visuellement, si l'on excepte l'aspect un brin confus des instants érotiques, on retrouve le dessin plutôt agréable d'Aki Ueda. La dessinatrice livre un rendu clair, porté par des personnages principaux à l'allure élancée, et dont les expressions faciales retransmettent bien la personnalité de chacun d'eux (l'aspect incertain/troublé de Hiroharu, le côté insouciant mais franc de Kazuaki, la grande douceur de Natsurô, le caractère de Tôko quand bien même elle est très peu mise en avant).

Très classique mais assez efficace, Wonder Border offre un petit récit qui est donc plutôt convaincant dans l'ensemble. En attendant de découvrir Over Squall, spin-off prometteur puisqu'il mettra en vedette l'attachant Natsurô.

Côté édition, on a droit aux standards de l'éditeur: première page en couleur, papier assez épais et souple permettant une qualité d'impression convaincante... A la traduction, Amandine Martel propose une copie suffisamment claire.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News