Tower of God Vol.1 - Actualité manga

Tower of God Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 11 June 2021

Le webtoon est aujourd'hui un pan de la bande-dessinée qui concerne largement la France. De manière logique, son émergence a eu lieu sur des plateformes telles que Delitoon, une évidence puisque ces récits sont pensés pour une lecture numérique, par un scrolling de l'écran. Mais même si la narration est pensée pour cette lecture, le livre reste un objet cher au cœur de beaucoup, et c'est pourquoi certains éditeurs francophones cherchent à rendre accessibles ces œuvres au format physique. On pense notamment à Batard chez Ki-oon ou à Solo Leveling dans le catalogue de Kbooks, label du groupe Delcourt/Tonkam. Pourtant, c'est Taifu qui a ouvert le bal avec le thriller Killing Stalking. Appartenant à l'éditeur, Ototo poursuit dans cette dynamique avec l'un des webtoons les plus attendus au format papier : Tower of God.

Lancée en 2010 sur la plateforme coréenne Naver, Tower of God est l'oeuvre de SIU et compte à ce jour plus de 480 chapitres, ce qui en fait un titre particulièrement dense. La version physique provient d'ailleurs directement de la Corée. Lancée en 2019, celle-ci dénombre actuellement 6 volumes. SIU s'implique d'ailleurs énormément dans cette mouture, surtout en ce qui concerne le redécoupage de son œuvre, à tel poinr que l'artiste semble s'être épuisé et ait dû faire quelques pauses dans son travail.

Chez nous, la série fut proposée pour la première fois sur le plateforme Webtoon, mais c'est sûrement son adaptation animée qui a attiré l'oeil d'un public encore plus grand. Produite par Telecom Animation Film et réalisée par Takashi Sano, l'anime aura son petit succès, via les plateformes Crunchyroll et ADN. Cette adaptation a sûrement fait office de leitmotiv pour une sortie physique du webtoon, en plus de la popularité déjà grandissante du récit sous son format numérique.

La Tour de Dieu rassemble les aventuriers aguerris aux grandes ambitions. Quiconque atteindra son sommet pourra voir ses désirs les plus fous être exaucés, mais son accès n'est pas permis à tout le monde. Figurant parmi les choisis, Rachel plaque tout pour tenter l'ascension des lieux, au grand désarroi du jeune Bam qui voit partir celle qui lui a tant apporté. Sans réfléchir, il se lance à sa poursuite pour lui aussi attérrir dans la Tour des Dieux. Mais sa place est-elle légitime ? Car Bam semble être un cas à part, ce qui piquera immédiatement la curiosité des administrateurs et autres guides. Malgré le danger que l'aventure représente, le garçon est prêt à tout pour retrouver celle qui compte plus que tout à ses yeux, y compris mettre sa vie en jeu. A son tour, il tente la conquête de la Tour des Dieux...

Récit d'aventure typique, le premier tome de Tower of God ne prend pas de pincette et nous plonge directement dans la quête du jeune Bam, après une mise en contexte assez rapide. Rythme oblige, le lecteur est plongé dans le bain, ce qui ne manque pas de créer une forme de curiosité addictive qui nous pousse à suivre toute la première moitié du volume d'une seule traite. Pour renforcer cette efficacité, SIU réussit à habilement planter le caractère mystique de son univers à capter notre intérêt par ses différents mystères. Difficile de savoir si le monde dans lequel évolue Bam est similaire au notre, tandis que la Tour des Dieu s'apparente avant tout à un univers de fantasy où chaque étage peut constituer un monde à part entière. Le lieu est régit par ses règles et hiérarchie, ses exceptions aussi, tant d'éléments que l'auteur distille avec efficacité pour rendre la première étape de son aventure prenante et sans temps mort. Ce premier volet va d'ailleurs plus loin que ça en terme d'aventure puisqu'il aborde déjà la seconde quête de l'oeuvre, celle-ci prenant une forme totalement différente de la première. Tower of God semble donc être capable de se renouveler à chaque aventure, ce grâce à la richesse apparente de son univers.

Et en dehors de l'aventure, de premier tome parvient à conter un début d'histoire grâce à un protagoniste somme toute mystérieux, mais aux objectifs clairement définis. Il est entouré de mystère et constitue un cas à part parmi les aventuriers de la Tour, soit un premier ingrédient « classique » parmi bien d'autres que SIU intègre dans son titre. En ce sens, ces débuts de Tower of God puisent clairement dans des codes surutilisés depuis des décennies, et plusieurs rebondissements ne nous surprennent pas tant que ça. Est-ce un mal ? Pas vraiment, tant l'artiste parvient à faire graviter plusieurs de ces mécaniques presque clichées autour des grands mystères de la série. Dès lors, on ne demande qu'à en savoir plus, avec la curiosité de découvrir comment l'histoire se développera à partir de ces promesses.

Aussi, on pouvait redouter le côté linéaire de la série, de par le concept d'étages à franchir et un héros bien particulier mis en avant. Fort heureusement, la deuxième partie du tome redistribue quelques cartes, étend le folklore de l’œuvre et présente un second personnage essentiel. Petit à petit, Tower of God prend des airs de grande aventure autour d'un panel de figures assez codifiées mais qui présentent des caractères affirmés, ce qui suffit à rendre l'épopée attractive.

Enfin, difficile de ne pas évoquer la patte graphique de SIU, qui a largement de quoi déstabiliser un lectorat plus habitué au manga. Entièrement en couleur, ce premier tome brille de son contraste entre le travail pur sur les personnages, assez hésitant voire amateur par moment, et une mise en exergue de l'univers via des environnements et effets de couleur travaillés au numérique, et amenant une patte majestueuse à ces premières aventures. Les deux aspects se marient assez difficilement, ce qui constitue donc une originalité artistique, pour ne pas dire une prise de risque. Ca a son charme, mais ça ne plaira sans doute pas à tous. Chacun sera donc juge de cette patte qui ne peut laisser indifférent.

Par ce premier volume, Tower of God s'apparente comme une expérience particulière et une sorte d'OVNI. Surprenant dans son approche tout en restant extrêmement classique dans ses codes, riche et envoutant dans son univers tout en recyclant des idées déjà vues ailleurs et visuellement aussi imposant que maladroit, ce début d'aventure amène une lecture singulière. L'ensemble se construit efficacement malgré ses limites apparentes, et il n'en faut pas plus pour créer le divertissement et apporter le souffle effrené de l'aventure. Les plus curieux, eux, pourront même se diriger vers l'adaptation animée et le webtoon d'origine, afin d'observer la manière dont SIU a établi son œuvre à l'origine, et comment celle-ci fut retravaillée pour la version physique.

En ce qui concerne l'édition, Ototo propose une bien belle copie. Intégralement en couleur, l'ouvrage profite d'un papier couché brillant dont l'encrage retranscrit bien les jeux lumineux de l'auteur. L'adaptation graphique de LBH semble elle aussi sans doute note, tandis que la traduction initialement conçue par la plateforme Webtoon sait mettre en exergue les subtilités et mystère de son univers et de ses personnages. A noter que le volume est proposé au format poche, une première par rapport aux autres webtoons publiés en physique et qui bénéficiaient du grand support jusqu'à présent. Le tarif pratiqué est d'ailleurs particulièrement fair-play : 7,35€ pour un tome de près de 200 pages et intégralement en couleur constitue un très bon prix, rendant la série accessible au grand public.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News