The Promised Neverland Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 23 July 2019

Chronique 2


Emma, Ray et le mystérieux homme se mettent en route pour Goldy Pond, la prochaine étape indiquée par Minerva. Les deux évadés s'attendent à ce que le périple ne soit pas une partie de plaisir. En, en effet, le danger rôde à chaque instant. L'homme est bien décidé à faire mourir l'un des deux camarades lors de l'aventure, mais il ne s'attend pas à ce qu'Emma, perspicace, parvienne à lire en lui comme dans un livre ouvert...


La série aura mis un petit moment pour rebondir suite à l'évasion de Grace Field House. Pourtant passionnante, la transition nous laissait un peu dans le flou, quant aux enjeux de la suite. Ce 8e tome permet d'y voir bien plus clair, ou d'une moins d'instaurer une menace immédiate puisque le nouvel affrontement de nos héros se trouve bien à Goldy Pond...


Car rien ne peut être trop facile dans The Promised Neverland. Si l'aventure vers la nouvelle destination peut sembler trop simple, Emma et Ray étant plus doués que prévus dans la chasse des démons, c'est bien la fin du volume qui instaure, de manière inattendu, un danger beaucoup plus grand. Il faut alors saluer la manière dont Kaiu Shirai parvient à renouveler son scénario. L'arc de l'évasion présent davantage un grand duel psychologique contre « Maman », mais la bataille s'annonce ici plus violente et physique. Les auteurs, tant par l'intrigue que par le dessin, ne se privent d'ailleurs pas de dépeindre un début d'affrontement sanglant et impitoyable, preuve que nul ne semble être à l'abri (sauf certainement Emma). L'arc du terrain de chasse est lancé de manière intense, avec quelques mystères et de nouveaux ennemis à la fois effrayants et fascinants, ce qui augure une très bonne suite.


Évidemment, toute cette partie semble prévoir quelques avancées scénaristiques majeures. Dans ce tome, le scénario se construit surtout autour du mystérieux homme, un ancien évadé d'un centre d'élevage, seul depuis la perte de ses camarades. L'intrigue ne perd pas trop de temps à décortiquer le personnage, et même si son évolution peut paraître un peu rapide à un certain moment, le travail des auteurs à son sujet reste efficace et confirme que l'homme (dont on ne connait toujours pas le nom) s'imposera comme un allié de plus en plus charismatique au fil des chapitres.


Avec tout ce que la série a introduit depuis la fin de l'évasion, il y a donc de quoi faire. La série a renoué avec son ambiance brutale et sombre, le rythme s'accélère et de nouveaux enjeux sont habilement proposés, sans compter le lot de nouveaux personnages attachants ou inquiétants introduits. Avec l'arc du terrain de chasse, The Promised Neverland est bel et bien relancé ! Il y a de quoi attendre, avec hâte, le neuvième opus qui devrait confirmer tout le potentiel de cette partie de l'histoire.


Chronique 1


Laissant derrière eux Gilda et tous leurs autres camarades bien cachés dans le repaire, Emma et Ray se sont mis en route pour Goldy Pond, tout en sachant pertinemment qu'ils ne peuvent pas totalement se fier à leur guide, l'hostile homme qui vivait seul dans le repaire depuis 13 ans ! Et sans que les deux enfants le sachent, l'adulte au nom mystérieux projette déjà de sacrifier l'un d'eux deux... mais qui ? Et puis, aura-t-il seulement besoin de se donner cette peine ? En effet, il s'avère que les monstres sauvages peuplant la forêt ne tardent pas à les attaquer, et qu'ils sont un peu particuliers: pouvant se régénérer, étant donc a priori immortels, et ne lâchant plus leur proie une fois qu'ils l'ont repérée...

Comme le laissait deviner la fin du tome 7n ce huitième opus de The Promised Neverland démarre sur les chapeaux de roue, avec de l'action et de la tension revenant au grand galop ! L'adulte se contentant d'observer de loin les deux enfants, voici Emma et Ray tout bonnement livrés à eux-même face à une horde de monstres terrifiants, avec pour seuls munitions les quelques armes qu'ils ont pu emporter... et leur cerveau. Tout en assurant l'action grâce aux planches saisissantes de Posuka Demizu, le récit imaginé par Kaiu Shirai fait surtout appel, à nouveau, au sens de l'observation et de la déduction de nos deux jeunes héros. Pour s'en sortir, il leur faudra analyser en vitesse le comportement des monstres pour déterminer leur point faible, mais aussi se rappeler des observations qu'ils ont pu faire de leur guide et se rappeler certaines des précieuses paroles qu'il a pu lâcher, paroles pouvant parfois sonner comme de véritables petits indices. Alors, les deux enfants pourront-ils s'en sortir ? Et même s'ils s'en sortent, qu'est-ce qui les attend derrière, notamment concernant leur guide ?

Sur ce dernier point, Emma a une conviction: il est sûrement possible de dialogue plus en profondeur avec l'adulte, pour tenter de le comprendre et essayer de mieux coopérer avec lui, mais celui-ci sera-t-il ouvert à la discussion ? A partir delà, pendant quelques pages le récit vient approfondir un peu plus cet homme. Et même si le tout n'est pas surprenant concernant les horreurs qu'il a traversées, la perte de ses camarades et la raison pour laquelle il rejette toute entraide en bloc, cela s'avère bien menée rapide et efficace, grâce aux paroles fortes d'une Emma toujours aussi audacieuse, parole pleines de sens dans le parallèle qu'elle fait entre l'adulte et elle-même, puisque elle aussi perdrait sûrement les pédales si elle en venait à perdre soudainement et brutalement tous ses amis.

Après l'affrontement dans la forêt, cette très brève accalmie est donc bienvenue, d'autant qu'elle amène déjà une évolution dans le comportement de l'adulte. Mais dans The Promised Neverland, Kaiu Shirai particulièrement de prendre au dépourvu son lecteur, de le lancer sur une tout autre voie quand on s'y attend le moins, et c'est à nouveau ce qui se passe ici avec un rebondissements très soudain et rapide qui propulse Emma seule dans un tout nouveau contexte. la découverte des lieux, aux allures de village européen, a de quoi séduire sous les dessins travaillés de Demizu. Mais la réalité de ce "jardin secret" est bien plus horrible et cruelle que le cadre ne le laisse présager. On regrettera quand même un peu que le scénariste tombe ici dans une affaire de "chasse à l'homme" très banale pour l'instant et n'apportant rien de vraiment neuf et enrichissant, si ce n'est une cruauté décuplée chez un groupe de démons évolués. Néanmoins, le récit reste addictif, que ce soit grâce à certains drames assez durs, à l'audace et au côté intrépide d'Emma qui sont toujours intacts, à la découverte de nouveaux personnages qui pourraient jouer un rôle important (ne serait-ce que Lucas), et à la toute fin du volume qui nous prépare à un moment important concernant William Minerva et ses desseins...

Autant dire que la lecture, malgré les quelques légères limites évoquées, sait une nouvelle fois se faire très prenante et inattendue par certains aspects. La tension reste palpable, le rythme est constant, le sens du rebondissement est toujours là, les planches de Demizu reste un régal, et Shirai semble toujours savoir où il va !
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News