Temps retrouvés (les) Vol.2 - Actualité manga

Temps retrouvés (les) Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 25 June 2020

Il n'y a pas d'âge pour (re)tomber amoureux et revivre, et Ippei et Kotoko en sont la preuve: bine qu'âgés, les deux veufs septuagénaires se sont épris l'un de l'autre en se côtoyant, et n'ont plus qu'un seul désir: vivre tout simplement le reste de leur vie ensemble, en allant même jusqu'au mariage ! Mais hélas, leurs familles respectives ne parviennent pas à accepter cette décision qui leur apparaît insensée. Leurs enfants et beaux-enfants on chacun leurs raisons de s'y opposer, raisons plus ou moins valables: quand l'un craint pour sa réputation notamment au travail, l'autre a le sentiment que si son père se remariait cela reviendrait à trahir sa défunte mère. Les deux familles font alors tout pour empêcher les deux tourtereaux de se voir... Mais y a-t-il la moindre raison valable pour empêcher ces deux seniors de vivre tout simplement leur amour et les dernières années de leur vie comme ils l'entendent ? Les choses pourraient prendre un nouveau tournant lorsque Gin, s'adonnant à des travaux à corps perdu au centre Gin pour oublier son chagrin, finit par faire un AVC...

Suivant un déroulement classique dans son déroulement en forme de "Roméo et Juliette inversé" mais particulièrement beau dans ce qu'il dégageait autour de ses deux personnages principaux, le premier volume des Temps retrouvés ne manquait pas de charme, d'émotion et de justesse, mais à son issue on attendait surtout de voir le récit de Kei Fujii et de Cocoro Hirai confirmer avec son deuxième et dernier volume. Et dans l'ensemble, ça ne manque pas, tant les deux auteurs parviennent à doser avec une certaine sensibilité le parcours de Kotoko et d'Ippei dans leur amour rendu compliqué par leurs familles puis, bientôt, par l'accident venant frappe le vieil homme.

En plus des complications familiales ou d'ailleurs que les auteurs dépeignent très vite mais plutôt bien avec un petit portrait de société assez critique (la manière dont le fils de Kotoko est obnubilé par le travail en ne prenant jamais de repos, les questions liées à l'image/réputation, les difficultés financières du côté de la supérette, ou même la relation de Sakura avec un jeune homme sourd...), Fujii et Hirai abordent ici une autre réalité de la vieillesse à travers l'AVC qui vient frappe Ippei parce qu'il a fait trop d'efforts: à un âge avancé, les problèmes de santé sont forcément plus nombreux, alors le senior peut-il seulement se résoudre à embarquer Kotoko dans ses problèmes, elles qui n'aurait sans doute pas la force physique de le soutenir si jamais il ne pouvait plus jamais récupérer totalement ? Il faut aussi se dire que cet accident est sûrement dû à son anxiété à cause de sa famille, et que si celle-ci n'avait pas rejeté si brutalement son désir de remariage son état de santé n'aurait peut-être pas tourné ainsi...

Et pourtant, derrière ces complications, ce sont bien des messages bénéfiques qui attendent le lecteur en suivant jusqu'au bout le parcours de ces deux amoureux et de leur entourage. Malgré les oppositions, Ippei et Kotoko s'aiment, n'ont aucune envie de finir leur vie seuls et tristes, et rien ne devrait avoir le droit d'entraver le bonheur simple qu'ils veulent pour leurs dernières années de vie, jusqu'au bout. C'est un aspect que le récit rendra très bien, jusque dans son dernier chapitre de "nouvelle vie" très joli, paisible et marqué par certaines rédemptions, puis dans son épilogue magnifique et n'ayant aucunement besoin de mots pour nous faire comprendre le parcours de chacun ainsi que le profond apaisement trouvé par les personnages. Un apaisement mettant surtout en valeur le plaisir de profiter en douceur des plus simples bonheurs de la vie avec les personnes que l'on aime, une chose assez universelle et ne se limitant pas à nos deux tendres héros.

Qui plus est, le travail visuel de Cocoro Hirai reste particulièrement séduisant, tant son trait crédible et assez fouillé (une nouvelle fois, mention spéciale aux expressions faciales âgées, mais aussi aux décors omniprésents) se voit sublimé par le réalisme, les nuances et la douceur de la colorisation. Un superbe travail, jusque dans ces dernières pages totalement apaisantes et intelligentes dans ce qu'elles ont à évoquer.

Au bout du compte, le diptyque de Fuji et Hirai ne déçoit aucunement avec ce deuxième volume. Bien au contraire, l'histoire gagne en puissance malgré quelques éléments un peu rapides, et le travail graphique de la dessinatrice est plus beau et évocateur que jamais. Un bien beau récit, montrant qu'il n'y a pas d'âge limite pour aimer et simplement vivre et être heureux.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News