Sleeping Charon Vol.1 - Actualité manga

Sleeping Charon Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 30 Novembre 2018

Après nous avoir ravis en 2016-2017 avec le dérangeant et fascinant pupa, la mangaka Sayaka Mogi revient aux éditions Komikku avec une série en 3 volumes. De son nom original Nemureru Mori no Karon, Sleeping Charon a été prépublié au Japon de 2015 à début 2017 aux éditions Kôdansha, au sein du magazine Young Magazine the 3rd, un magazine que l'on connaît déjà en France pour les séries Gleipnir, Fool's Paradise et Freaky Girls.

Tout commence alors qu'un petit garçon, entièrement recouvert de noir, telle une ombre, avance sans même savoir pourquoi vers une grande porte fermée, accompagné d'autres silhouettes tout aussi sombres que lui. Les tâches noires qui recouvrent son corps lui font mal, il a peur, encore plus quand les autres silhouettes se mettent à disparaître... Il arrive finalement seul devant la grande porte et, effrayé, la voit finalement s'ouvrir toute seule, pour le laisser pénétrer en une demeure étrange où il est vite accueilli par celle qui semble être la maîtresse des lieux: Charon, une petite fille aussi mignonne que joyeuse, qui l'appelle d'emblée "mon prince", l'invite à jouer ou à manger des sucreries, tout en étant entourés d'autres fameuses ombres noires et des deux femmes de chambre Lily et Mary. Tout ça, ça a l'air bien mignon... mais le jeune garçon est amnésique, c'est à peine s'il se souvient très vaguement de son papa, de sa maman, et d'une autre personne qui aurait été là avec lui. Il a le sentiment bizarre qu'il doit attendre quelqu'un en ce lieu, mais les questions se bousculent dans sa tête. Qui est-il ? Où habitait-il ? Que fait-il ici ? Qui est Charon ? Que sont ces silhouettes noires qui habitant aussi dans la demeure ?

Avec pupa, Sayaka Mogi nous a largement démontré sa faculté à installer avec succès des ambiances pouvant être à la fois fascinantes, poétiques dans leur aspect morbide, étranges, inquiétantes... Dans Sleeping Charon, elle récidive d'emblée en offrant un début qui a d'abord des allures de conte mélangeant le mignon et le sinistre. Mignon, car les designs des deux héros enfantins paraissent tout choux avec leurs bouilles rondes, surtout Charon qui a en plus pour elle un look assez adorable, une certaine jovialité qui paraît presque candide, une affection apparente pour le jeune garçon... Et puis, les scènes comme le buffet de sucreries ou les jeux ont aussi quelque chose de gai. Et sinistre, car très vite on ressent bien quelque chose de pesant. Ca commence dès les premières pages avec la marche douloureuse jusqu'à la porte, ça continue avec ces étranges ombres noires omniprésentes, avec leur façon de manger les sucreries avec en gros plan leurs dents et de nombreuses onomatopées "crunch" qui créent efficacement un petit malaise... Il y a aussi la mystérieuse voix entendue par le garçon et qui lui conseille de ne surtout pas manger ces sucreries, le fait que Charon lui déconseille de s'éloigner d'elle auquel cas il redeviendra complètement noir... Et ce n'est que le début, car pas mal d'autres éléments seront là pour susciter un certain effroi, en tête la recette des macarons par Charon qui est une chose horrible génialement présentée de façon joyeuse... Ajoutons à cela des perspectives parfois originales et légèrement déformées, des angles de vue intéressant pour nous plonger dans les différents lieux de la demeure, ou encore un certain sens du détail, et on peut facilement affirmer que cette artiste a décidément un talent pour installer des ambiances qui lui sont propres.

Mais au-delà de tout ceci il y a surtout les mystères autour de cette situation. Qui est Charon ? Quel est ce lieu ? Qui est le jeune garçon ? De façon presque étonnante, Sayaka Mogi ne traîner pas forcément à révéler certaines choses, et on en apprend déjà pas mal dans ce premier volume. Il y a des informations qui ne surprennent pas forcément, à commencer par ce qu'est ce lieu, ce qu'est Charon et ce qui est arrivé a jeune garçon pour qu'il arrive là, des éléments que l'on peut déduire facilement quand on sait ce que représente Charon dans la mythologie grecque. En revanche, la curiosité du lecteur peut être largement piquée à vif dès lors que sont dévoilés le passé et la nature du jeune garçon. C'est quelque chose qui peut paraître vraiment inattendu, qui nuance beaucoup les choses, et qui rend la suite aussi intrigante qu'imprévisible.

Ambiance réussie, petit univers intrigant, personnages qui arrivent à offrir quelques surprises... C'est donc une très bonne entrée en matière que nous offre Sayaka Mogi. Au niveau de l'édition, Komikku est fidèle à ses habitudes avec un format seinen, une très bonne qualité de papier et d'impression, des choix de polices réfléchis pour accentuer l'ambiance... On appréciera aussi les premières pages en couleurs, ainsi que la traduction soignée de Masaya Morita.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News