Skip Beat! Vol.16

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 11 July 2011

Après son agression par le ridicule mais dangereux Reino du groupe Vie Ghoul, Kyoko est toute chamboulée de se retrouver face à face à Ren pour le tournage de Dark Moon qui va reprendre. Les non dits et les mensonges ressortent, créant une ambiance entre eux somme toute assez semblable à d’habitude. En effet, l’un essaye en vain de ne pas effrayer la très facilement perturbable élue de son cœur tandis que l’autre tente de ne pas se mettre le premier à dos. Décidemment, ce n’est pas encore demain qu’ils parviendront à se comprendre ... D’autant que Sho rentre dans la danse en assumant définitivement ses sentiments pour celle qu’il a pourtant rejetée quelques années plus tôt. En essayant d’épargner Ren des détails de sa vie mouvementée et en parlant franchement à Sho, même en l’insultant, Kyoko déclenche sans le savoir une guerre imminente entre les deux jeunes hommes. Pourtant, elle reste à des années lumières de la compréhension de la situation. C’est comme ça qu’on l’aime, n’empêche que parfois on aimerait lui expliquer tranquillement la situation jusqu’à ce qu’elle l’admette. Peine perdue, il faut que notre héroïne s’en rende compte par elle-même ... Et ce n’est pas gagné !

C’est un tome agréable que l’on découvre ici après l’impatience de l’attente, d’autant que Ren se dévoile bien plus que d’habitude et que se crée entre eux une atmosphère d’amitié, ce qui n’est déjà pas si mal. On le pousserait bien dans ses pulsions, mais il est tout aussi attendrissant de le voir se retenir. De même, Sho en devient plus appréciable malgré cette compréhension soudaine de ces propres émotions. Quoique, ce garçon n’est pas du genre de Kyoko à ne rien comprendre ... Par contre, on déteste toujours autant cette très belle série sur un point : elle amène une frustration terrible à chaque lecture. Vivement la suite ! D’autant qu’on sent que les choses vont peut être enfin bouger dans le prochain tome. Croisons les doigts, car il est vrai qu’en dépit de la qualité toujours présente, le rythme de narration ralentit considérablement. Notons enfin que sous une couverture pourtant prometteuse et attirante, il n’y a rien sur quoi s’extasier à part les pensées de nos protagonistes. On pouvait toujours rêver ...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News