Seraph of the End Vol.22 - Manga

Seraph of the End Vol.22

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 07 Décembre 2022

Sous les yeux d'un Yû impuissant, Mikael est sur le point de mourir. Perdant sa raison de vivre, le garçon demande à Ashera de l'achever... Mais sa vie vaut-elle vraiment d'être abrégée ? Quid des dernières volontés de Mikael ?
Pendant ce déchirement, Ferid et Crawley retrouvent un Saitô complètement affaibli. Alors que les deux vampires sont sur le point de tuer leur géniteur, ce dernier reçoit un secours inespéré...

L'intense bataille contre la secte Hyakuya et Shikama Dôji a laissé place à un Glenn sous sa deuxième personnalité, qui s'en prend cette fois à Yû et Mikael. En protégeant son ami de toujours, le vampire a reçu un coup fatal : Tranché en deux, après avoir perdu trop de sang, le voilà sur le point de mourir... À moins qu'un autre sort l'attende ?
Ce vingt-deuxième volume met donc les deux protagonistes de la série à rude épreuve. Si on regrettait que la grande bataille de Shibuya n'ait duré que trop peu de temps, les auteurs soufflent un peu pour développer la présente situation, tant celle-ci semble importante pour la suite du récit. L'heure est donc au drame et aux larmes, une occasion pour le récit de s'intéresser de manière plus émouvante que jamais aux liens émotionnels qui connectent Yû et Mikael. Un passage lent à première vue, mais réussi dans l'intensité dramatique que les artistes cherchent à transmettre.

Et à côté, un tout autre point de vue vient marquer d'autres chamboulements au sein du récit : La confrontation entre Ferid et Crawley avec Saitô, l'une des éminences grises derrière bien des événements. Si le déroulement de la scène reste convenu, avec son intervention providentielle apportant un nouveau rebondissement pour relancer la machine, c'est bien la psychologie du vampire le plus énigmatique du manga qui nous intéresse ici. Ferid, derrière son jour excentrique et cynique, est un être dans la désillusion de l'existence, ses scènes dans cet opus lui donnant une certaine consistance dans cet écueil. Le personnage garde son petit côté archétypé, mais on sent enfin une volonté d'aller plus loin dans la richesse de son caractère.
Et surtout, enfin, Seraph of the End apporte une vraie proposition narrative, en opposant un Yû qui choisit l'espoir de la vie, à l'opposé d'un Ferid nihiliste qui constate, jour après jour, le non-sens de l'existence.

Voilà donc un tome qui, en se posant, amène de vrais développements thématiques et émotionnels au sein de la série, ce tout en ne reniant pas sa recette à base de révélations et de rebondissements. Car le flashback, celui de la Grèce Antique, reste présent et nous donne une réponse particulièrement surprenante, tandis que le sort de Mikael est lui aussi l'objet de surprises qui promettent du changement pour la suite de l'intrigue. D'ailleurs, la fin du volume nous présente un nouvel arc, celui des démons, nous laissant avec l'espoir d'une mythologie qui s'enrichira encore davantage. Si Seraph of the End reste un vrai casse-tête scénaristique, la sauce prend davantage avec ce tome.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato
15.5 20
Note de la rédaction