Rudolf Turkey Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 06 May 2015

Quand on est Rudolf Turkey, riche et arrogant adjoint au maire de Gond Land, on peut (presque) tout se permettre. Alors quand sa chère Lapin émet brièvement l'envie de visiter le Japon, Rudolf organise le voyage dès le lendemain ! Débarqués au pays du soleil levant, Rudolf et ses compagnons se font un plaisir d'aller à la rencontre de celle qui les logera : Mme Kamogawa, la mère de Momoko ! Mais est-ce vraiment un plaisir ? Pour Rudolf, pas vraiment, tant il ignore les règles de bienséance nippones, voire les refuse... Pour lui qui ne s'est jamais incliné devant personne, hors de question de le faire ici !


C'est donc dans le plus grand fracas que notre cher Rudolf débarque au Japon et nous amuse par sa méconnaissance des traditions nippones ou son dédain envers certaines coutumes ou certains plats. Pourtant, du haut de son arrogance, il va devoir se confronter à une personne aussi caractérielle que lui : la mère de Momoko, femme forte qui va le contraindre à effectuer des tâches dont il n' a pas l'habitude, et dont la langue bien pendue va donner lieu à des petites joutes verbales absolument délicieuses !


Une nouvelle fois, on s'amuse donc forcément à la lecture en voyant ce cher Rudolf quelque peu malmené, mais conservant encore et toujours son arrogance typique. Le tout, pendant qu'on profite d'une incursion au Japon visuellement très plaisante, entre les décors modernes ou traditionnels riches, les plats qui donnent l'eau à la bouche, et les événements comme la fête traditionnelle permettant d'admirer Lapin, Momoko et ces messieurs en yukata...


Mais avec Rudolf, il y a toujours des dégâts, et en seulement quelques jours il arrive forcément à se mettre à dos quelques yakuzas, pour une confrontation aussi décoiffante que décomplexée ! Que ce soit pour ses moments plutôt axés tranches de vie ou pour ses dangers et scènes d'action, la série est à nouveau un vrai moment de fun. Mais Hiroko Nagakura sait en profiter pour continuer de développer ses personnages : si cette visite au Japon permet évidemment de mieux cerner la famille, les origines et le passé de Momoko, c'est aussi l'occasion de mettre en avant Aigue-Marine, ses doutes quant à son utilité auprès de Rudolf, et la manière dont il est entré à son service.


Combo gagnant, donc, pour ce séjour nippon de 130 pages rondement mené ! Et la suite du tome ne nous laisse que peu de temps pour souffler : après un petit chapitre léger, enlevé et séduisant mettant en avant Lapin et ses compagnes, la fin du volume ouvre de façon tonitruante une nouvelle partie qui s'annonce intéressante et devrait amener de nettes évolutions dans le petit fil conducteur de l'oeuvre... Affaire à suivre !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News